Enquête : ce que pense les gens de leur alimentation

Natalie Brook

Publié par Natalie Brook

Oxfam Great Britain, Campagne sur le Changement Climatique
Partagez cette page: 

Avez-vous suffisamment à manger ? Qu’est-ce qui affecte notre approvisionnement alimentaire ? Ces deux questions figurent dans l’enquête mondiale d’Oxfam sur les comportements alimentaires menée dans le cadre de la campagne CULTIVONS lancée dernièrement. Les réponses que nous avons enregistrées auprès de plus de 16 000 personnes interrogées dans 17 pays nous rappellent que, malgré la diversité de nos goûts, nous avons beaucoup en commun lorsqu’il s’agit de notre alimentation.

Les réponses données nous aident à mieux comprendre les principales tendances que nous observons dans les modèles mondiaux de consommation alimentaire et nous permettent d’anticiper leurs possibles répercussions. À la question "Quel est votre aliment préféré ?" les réponses obtenues nous montrent que le régime occidental se généralise dans le monde, ou du moins que les gens y aspirent. Même si cette information n’a rien d’une découverte révolutionnaire, il est intéressant de découvrir que de l’Allemagne au Guatemala, les pâtes et les pizzas sont de loin les aliments les plus plébiscités.

On entend de plus en plus que l’évolution des modes de consommation des économies émergentes comme l’Inde, le Brésil et le Mexique contribue considérablement à l’augmentation du coût de nos aliments favoris et des produits de base sur lesquels repose notre alimentation. Si 66% des personnes interrogées ont indiqué que le coût est leur principale préoccupation, au niveau mondial en revanche, la demande des consommateurs figure en avant dernière place des facteurs affectant l’approvisionnement alimentaire (l’augmentation du prix du pétrole et du coût du transport ainsi que l’impact des conditions météorologiques figurent en tête des réponses obtenues).

C’est un fait difficile à accepter : près d’un milliard de personnes se couchent tous les soirs la faim au ventre. Si vous vivez dans un pays en développement, il est fort probable que vous ne mangiez pas à votre faim. Si vous avez le ventre plein au Mexique ou au Pakistan, vous faites partie d’une minorité. Si vous avez le ventre plein au Kenya ou en Tanzanie, vous avez de la chance car vous n’êtes qu’une personne sur quatre à être dans ce cas.

Même dans des pays plus développés, les personnes les plus démunies souffrent également. Etonnamment, en Australie, aux États-Unis et au Royaume-Uni, près de 10% des gens disent ne manger à leur faim que parfois, rarement ou jamais. Ce constat confirme les résultats du dernier rapport d’Oxfam, Cultiver un avenir meilleur.

Si nous voulons créer un monde où chacun et chacune aura suffisamment à manger (et il est clair que la tâche est urgente), il est important de comprendre ce que cela implique non seulement pour nous-mêmes, nos amis et notre famille mais également pour nos voisins qui vivent dans des pays du monde très différents du nôtre.

L’objectif de la campagne CULTIVONS est de contribuer à atteindre ce but. Pour cela nous allons toutes et tous devoir mieux comprendre le rôle que joue notre consommation individuelle sur le système alimentaire et nous connecter les uns aux autres pour trouver le moyen de réussir. Qu’en pensez-vous ? Les impacts de l’évolution de la consommation sont-ils exagérés ?

En savoir plus

> Vidéo : Gabriel Garcia Bernal, ambassadeur d'Oxfam, nous livre ses plats préférés et les raisons pour lesquelles il soutient la campagne CULTIVONS

> Article et test : Pâtes, pizza ou paella : une enquête mondiale sur l'alimentation dévoile les plats les plus populaires