Semaine #CULTIVONS - 6e jour : Grande finale du concours des « héroïnes de l’alimentation » en Tanzanie

Marc Wegerif

Publié par Marc Wegerif

Oxfam International, Coordinateur de la campagne pour la justice économique
Partagez cette page: 

À l’occasion de la semaine CULTIVONS, nous avons suivi le travail incroyable réalisé en Tanzanie pour venir en aide aux productrices alimentaires et combattre les problèmes liés à la terre. Ci-dessous, un résumé de l’émission de télé réalité qui récompense des « héroïnes de l’alimentation » et à laquelle Oxfam a participé. Le nom de la gagnante a été révélé cette semaine. 

Après avoir passé quatorze jours dans le village de Maisha Plus, Sœur Martha Mwasu Waziri de Dodoma, au centre de la Tanzanie, a été couronnée Mama Shujaa wa Chakula 2012 (« Héroïne de l’alimentation » 2012) lors d’une cérémonie haute en couleurs qui s’est tenue au sein du village, retransmise en direct sur TBC 1 et vue par des millions de Tanzaniens. Un tonnerre d’applaudissements a retenti au moment où l’invité d’honneur, M. January Makamba, vice-ministre aux Communications, à la science et aux technologies, a prononcé le nom de la gagnante. La grande finale coïncidait avec la Journée mondiale de l’alimentation, un symbole fort pour cette cérémonie reconnaissant la contribution des agricultrices dans la production alimentaire et la lutte contre la pauvreté.

Lors de son discours de remerciements, Sœur Martha a confié : « Je souhaite partager les connaissances que j’ai acquises lors du concours Mama Shujaa wa Chakula et mon vœu le plus cher est de pouvoir montrer aux autres ce que l’on peut réaliser en me basant sur mon expérience personnelle ». Sœur Martha souhaite aussi mettre en place une structure offrant du travail aux jeunes de son village, Kondoa, situé en milieu rural. Sœur Martha, sous les conseils d’Inades-Formation, a travaillé dur à Kondoa pour, entre autres, réhabiliter les terres érodées et en faire des terres agricoles productives. Avec les pressions environnementales grandissantes dues au changement climatique et à la surexploitation des terres, nous allons avoir besoin de beaucoup plus d’héroïnes comme Martha, capables de sauver, au sens propre, nos terres. 

Emiliana Aligaesha, agricultrice et éleveuse dans la région de Kagera, a décroché la seconde place. Elle s’est dite très reconnaissante et compte assumer le rôle de modèle pour les autres femmes de sa communauté. Enfin, c’est une agricultrice et éleveuse de la région de Tanga, Tatu Abdi Juma, qui est arrivée troisième du concours. Elle a confié : « Grâce à la formation que j’ai reçue de Mama Shujaa, j’ai maintenant le courage de prendre position et de dire ce que je pense. Et lorsque je rentrerai chez moi, je partagerai ce que j’ai appris avec les autres femmes de mon village ».

Cette année, le concours Mama Shujaa wa Chakula a démarré le 17 juillet 2012 dans le village d’Iyenge, dans le district Mpwapwa, d’où est originaire Esther Jerome, la gagnante de la première édition de Mama Shujaa wa Chakula, organisée l’an dernier. À la suite de sa victoire, plus de cinq mille candidatures ont été reçues pour le prix de 2012. C’est parmi ces candidatures venant de tout le pays que le jury a choisi les finalistes.

Les candidates sélectionnées ont été choisies à la fois grâce au vote du public par SMS et grâce aux commentaires des animateurs ayant travaillé avec elles lors des dernières semaines dans le village Maisha Plus. Pendant le concours, les quatorze finalistes ont bénéficié de formations sur des thèmes allant des questions de droits fonciers et de commercialisation aux problèmes du VIH et du Sida. Elles se sont également préparées en groupe pour la finale. Tout cela faisait partie d’une émission de télé réalité diffusée quotidiennement à la télévision nationale. Sœur Martha a montré pendant tout le programme les qualités d’une travailleuse acharnée et d’une véritable meneuse. Les trois gagnantes du concours ont chacune reçu de l’argent pour les équipements agricoles de leur choix, qui leur permettront d’accroître la production de leur exploitation.

Monica Gorman, directrice pays d’Oxfam en Tanzanie, à l’origine de l’initiative Mama Shujaa wa Chakula, a déclaré, lors de la finale : « Aujourd’hui nous rendons hommage aux héroïnes qui nourrissent le monde. Donnons-leur les droits qui leur reviennent et l’aide qu’elles méritent ».

En tant que représentantes des organisations partenaires, Juliana Bwire de Concern International a pour sa part souligné : « Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de l’alimentation et au nom de Concern Tanzania, nous voulons dire aux femmes que ce sont toutes des héroïnes, pas seulement des héroïnes de l’alimentation, mais aussi des héroïnes pour leur famille, leur communauté et leur pays en général ».

L’invité d’honneur, le vice-ministre January Makamba, a promis de donner suite à la lettre que les quatorze « héroïnes de l’alimentation » finalistes ont envoyée au président de Tanzanie et de soumettre au gouvernement les problèmes qui y sont soulevés. « Le gouvernement a bien reçu le message ; les femmes doivent être placées au centre des politiques et des programmes agricoles », a expliqué M. Makamba. 

Après avoir passé deux semaines dans le village rudimentaire où était tournée l’émission, toutes les finalistes sont parties passer quelques jours dans un hôtel à Dar es Salaam. Elles participent également à un dernier atelier sur les questions de genre, se préparant à rentrer dans leurs villages avec le statut de militantes pour les droits des femmes et à tenir le rôle de modèles pour la production alimentaire.

Rejoignez la campagne d'Oxfam contre les accaparements de terres