Festival du goût de Turin - Terra Madre

Mieux manger pour tout changer : CULTIVONS le mouvement pour une alimentation saine et équitable

8 Novembre, 2012 | CULTIVONS

La semaine dernière, j’ai rejoint l’équipe d’Oxfam à Turin, en Italie, pour participer au « Terra Madre e Salone del Gusto », l’un des plus grands salons gastronomiques internationaux au monde. Le salon Terra Madre est organisé par Slow Food, l’un des partenaires d’Oxfam dans le cadre de la campagne CULTIVONS.

Lors de la cérémonie d’ouverture, des intervenants, tous plus passionnants les uns que les autres, se sont succédés, notamment Vandana Shiva, militante indienne, Alice Waters, cheffe et éducatrice alimentaire, et Dario Fo, prix Nobel de littérature, ainsi que des petits producteurs et petites productrices de denrées alimentaires, tout juste arrivés des coins les plus reculés de la planète. Le message de José Graziano da Silva, directeur général de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), lors de son discours d’inauguration était clair : « Quand il s’agit de la faim, zéro est le seul chiffre acceptable ». Il a également ajouté : « Nous serons 9 milliards en 2050 et, pour accroître la production de nourriture de 60 %, nous devons modifier notre mode de production alimentaire et économiser l’énergie ».

Parmi les principaux défis à relever, il a mentionné le gaspillage alimentaire : « Si nous parvenons à diminuer de moitié pertes et gaspillages alimentaires, nous pourrons nourrir un milliard de personnes supplémentaire ».

Le salon visait à se pencher sur les questions relatives à notre système alimentaire défaillant et à y apporter des solutions efficaces. Plus de 200 000 personnes ont attendu des heures durant pendant cinq jours pour rencontrer de petits producteurs et petites productrices, originaires de 150 pays, et pouvoir observer, goûter et en savoir plus sur les différents aliments du monde, leur mode de production et les défis imposés par le système alimentaire actuel. Plus de 16 000 personnes ont participé aux 56 conférences. Dans des salles combles, nous avons écouté des tables rondes thématiques, abordant les questions de santé comme de nutrition, d’eau comme des accaparements de terres, ainsi que des comités sur la production et la consommation durables avec les producteurs agroalimentaires, les experts, les représentants des communautés et de la jeunesse du monde entier. Les intervenants d’Oxfam n’étaient pas en reste. Ils ont participé aux conférences sur les accaparements de terres et l’économie verte.

De l’enthousiasme de la jeunesse à la sagesse du grand âge (en passant par tous les autres âges de la vie), j’ai pu observer une foule variée d’amoureux de la gastronomie, de chefs, de producteurs et de consommateurs, démontrant qu’une « alternative » est possible, qu’elle existe déjà et qu’elle rétablit un lien entre producteurs et consommateurs.

Toutes ces personnes veulent un système qui soit bénéfique pour les consommateurs, les producteurs et la planète. Mieux encore : non contents d’être de grands rêveurs, ils passent de la parole aux actes avec succès ! Aurora, venue du Mexique, est directrice d’une fondation qui travaille à la reconstruction et au développement des communautés mayas de l’État du Yucatán ; originaire de Jamaïque, Donaldson dirige une exploitation bio à Rio Grande, où il organise des projets destinés à combler le fossé intergénérationnel ; Eleni, originaire de Grèce, participe activement au réseau Slow Food Youth Network (SFYN), avec lequel elle cherche à promouvoir un meilleur avenir alimentaire pour son pays. Quelle expérience incroyable que de voir des personnes d’horizons totalement différents se rencontrer, échanger des idées et toucher du doigt une vraie solidarité grâce au don et au partage de nourriture ! J’étais vraiment heureuse de constater qu’un mouvement international de particuliers, d’organisations et de communautés aspirant à un système alimentaire sain, qui permette à toutes et tous de s’en sortir, croît et fait appel à de nouveaux modes de pensée, de production et de consommation.

Les « Héroïnes de l’alimentation »

Au total : cinq jours de bains de foule, colorés, bruyants, parfumés, passionnants et savoureux, regorgeant de témoignages d’hommes et de femmes qui font la différence dans le système alimentaire. Parmi ces nombreuses histoires et ces voix venues d’ailleurs, Oxfam a apporté le témoignage d’Ester et de Mariana, qui font la différence au quotidien, chez elles, en Tanzanie et en Sibérie. 

Accompagnée du réseau SFYN, Ester a décrit la manière dont le projet des « Héroïnes de l’alimentation » en Tanzanie permet d’attirer l’attention sur le rôle des exploitantes agricoles et de sensibiliser les jeunes à l’agriculture et à la production alimentaire. Quant à Mariana, elle a expliqué comment il est possible de combattre la famine depuis sa table de cuisine à l’aide de la méthode CULTIVONS.

À la fin du salon, les gens ont fait leurs valises et sont rentrés chez eux, mais le mouvement ne s’interrompt pas pour autant : particuliers, producteurs, chefs, consommateurs, organisations et réseaux continueront à se battre contre les injustices du système alimentaire dans leur pays avant de se retrouver, dans deux ans, plus nombreux et plus forts que jamais.

Un autre système alimentaire est possible. Participez au débat, rejoignez le mouvement dès maintenant !

Commentaires

La securité alimentaire peut elle contribuer a l'atteinte de la

la securité alimentaire peut elle contribeur a l'atteinte de la souverainété alimentaire

 

Shopwise

bonjour,

Merci beaucoup pour votre blog qui est passionnant !
Connaissez vous www.Shopwise.fr ? L'application et le site pour  bien s'alimenter ?

merci

Permalink: http://oxf.am/3Tt