Anna Lawan Gana reçoit le premier prix du concours Génération sans faim.
"Les paysans, éleveurs sahéliens et la dynamique jeunesse de la région du Sahel peuvent aider à relever le défi de la sécurité alimentaire", souligne Anna Lawan Gana (à gauche), lauréate du concours "Génération sans faim"

Génération sans faim : l'image d'une « Afrique rayonnante »

14 Mars, 2013 | CULTIVONS

Il y a une dizaine de jours, nous vous présentions la liste des lauréats du concours vidéo « Génération sans faim », dont le premier prix a été remis à Anna Lawan Gana, pour sa vidéo intitulée « Les solutions sont dans les mains des dirigeants » lors d'une cérémonie organisée en marge du Fespaco, à Ouagadougou, au Burkina Faso. Cette jeune lauréate franco-nigérienne nous a envoyé un message pour raconter sa participation à cet événement et expliquer sa démarche. 

« Tout  a commencé par un email : "Bonjour Anna, j’ai le plaisir de vous annoncer que vous avez gagné le premier prix du concours vidéo 'Génération sans faim' et vous gagnez un séjour au Burkina Faso pendant le Fespaco. Etes-vous disponible pour voyager" ?

Il fait moins deux degrés celsius à Tournai, une petite ville de la Belgique, quand je reçois ce petit rayon de soleil dans ma boîte email... Je réponds bien évidemment "OUI" après avoir esquissé devant mes collègues médusés quelques pas de Harlem shake (la nouvelle dance en vogue). 

Flashback

Anna Lawan Gana au Niger
Anna a passé son enfance au Niger.

Il y a à peine deux mois, je participais au concours vidéo "Génération sans faim" en réalisant une vidéo intitulée "Les solutions sont entre les mains des dirigeants". Un moyen pour moi d’interpeller les dirigeants africains mais aussi occidentaux, en tant que jeune née de parents nigérien et français.

J’ai vécu toute mon enfance au Niger. Un pays classé au deuxième rang des pays les plus pauvres dans le monde. Ma famille paternelle comme 80% de la population nigérienne est composée d’agriculteurs et d’éleveurs dont malheureusement beaucoup ont abandonné les terres et le bétail à cause des sécheresses à répétition.

J’ai grandi dans cette ambiance et j’ai passé ces dernières années en Europe et à chacun de mes retours au Niger, je suis choquée par tant de disparités entre les pays du Nord et du Sud.

La faim n'est pas une fatalité

En participant à ce concours, j’avais deux messages. Le premier est de montrer que les crises alimentaires ne sont pas une fatalité ;  les paysans, éleveurs sahéliens et la dynamique jeunesse de la région du Sahel peuvent aider à relever le défi de la sécurité alimentaire.

Mon deuxième message est surtout adressé aux dirigeants africains et occidentaux qui doivent soutenir les paysans, les éleveurs et surtout les femmes rurales, pas seulement durant les crises alimentaires, mais à long terme.  

Une Afrique rayonnante

Me voilà... En plein Fespaco : le rêve ! Une semaine après avoir reçu l’email, je découvre le Burkina Faso

40 degrés à l’ombre, je cours de salle de cinéma en salle de projection en plein air. De débats publics en interviews, je rencontre de grands noms du cinéma africain, des activistes - Awadi, Smockey - je découvre une Afrique rayonnante !

De retour dans mes degrés inférieurs à zéro, dans mes valises, je ne rentre pas avec le très prisé prix du cinéma africain Etalon de Yennenga, mais avec la conviction que nous pouvons être la dernière génération à vivre les crises alimentaires !

La solution est dans nos mains... et celles de nos dirigeants.

Par Anna Lawan Gana

Et vous ? Quel message souhaitez-vous adresser aux dirigeants pour qu'enfin la nouvelle génération soit une « Génération sans faim » ? Postez vos commentaires ci-dessous !

Commentaires

renforcement de capacité Socio-économique de paysans Agricult

 un Projet  de renforcement de capacité Socio-économique de paysans Agriculteurs a travers les Mutuels de solidarité paysanne « MUSO » et la pratique de reboisement agro forestier serai une bonne strategie pour lutter contre la faim  en Afrique et dans le monde en genaral

si on se sert de Mutuel de solidarité paysanne « MUSO » en vue de consolider la cohésion socio économique de paysans, et  de là, on peut duscuté de la  rentabilité agricole et l’importance de l’agro foresterie dans   agriculture et la gestion durable de l’environnement

Quand à la pratique de l’agroforesterie ;  Comme affirme l’expert agricole Alain Huart, ce qui réduit aujourd’hui le rendement agricole en afrique, c’est l’agriculture itinérante sur brulis,et la sur exploitation du sol pratiquée depuis toujours par les paysans,Selon lui, il faudrait trouver de nouvelles solutions notamment, la gestion intégrée de la fertilité des sols. C’est dans ce sens qu’il a exigé la pratique de l’agroforesterie et l’utilisation des engrais.

Dans le même registre, le professeur Biloso a fait savoir que le système d’Agroforesterie qui met au centre l’arbre, s’avère très indispensable pour fertiliser les sols, dans le cadre de la gestion intégrée des sols. En effet, le système d’Agroforesterie, outre son importance de fertiliser les sols, garantit la gestion durable de l’écosystème (changement climatique…) et permet la culture vivrière, la pisciculture et l’élevage. A travers l’arbre on peut développer la filière des plantes médicinales. Les tradi-praticiens font recours à l’arbre », alors que l’agroforesterie moderne offre la possibilité d’une diversité d’espèces d’arbres.

Par ailleurs, Depuis 2010, le Centre des Ressources Grands Lacs ; s’est engagée dans l’accompagnement des paysans a travers les Mutuelles de Solidarité (MUSO) dans la sous région de grands lacs en partenariat avec d’autres ONG locale et Internationale de  Développement.

 Dans ces MUSO, le CRGL  associe la gestion durable de l’environnement et a la promotion des Activités Génératrice de Revenue «  AGR » des paysans.

 L’expérience et l’impact de l’activité MUSO sur la vie socio- économique des membres des MUSO que le CRGL et ses partenaires accompagnent, ont montré que grâce aux MUSO, les populations démunies peuvent avoir la possibilité de subvenir à leurs besoins, à échanger d’idée  et contribuer aisément au développement de leurs milieux.

 Les Mutuelles de Solidarité se présentent aujourd’hui comme un outil efficace de lutte contre la pauvreté et contribue, en effet, dans la matérialisation du DSRP (Document des Stratégies pour la Réduction de la Pauvreté) et des objectifs du millénaire dans la sous région du grands Lacs.

Cette action vise à augmenter les revenus des membres des MUSO afin de leur permettre de s’auto-développer et de participer efficacement et activement au développement de leurs milieux. C’est ainsi que je suggere d' associer Mutuel de solidarité des paysans et agroforesterie pour contribuer à l’éradication durable de la faim  en afrique en particulier et au monde en general.

Alexis Akilimali

Email: alexisakilimali@gmail.org

Tel:+25771571254

 

Permalink: http://oxf.am/3C9