Nous avons remis votre pétition contre les accaparements de terres à la Banque mondiale et fait entendre votre voix.

Votre mobilisation contribue à mettre fin aux accaparements de terres

24 Avril, 2013 | CULTIVONS

Avec votre aide, Oxfam mène campagne contre les accaparements de terres depuis le mois de septembre. Nous avons insisté auprès de la Banque mondiale sur la nécessité qu’elle prenne des mesures permettant d’en finir avec les accaparements de terres dans de nombreux pays en développement.

Ces dernières semaines, nous avons réalisé des avancées remarquables. Ces avancées auraient été impossibles sans votre appui, notamment les quelques 50 000 signatures de la pétition demandant à la Banque mondiale d'agir contre les accaparements de terres. Voici ce que vous avez permis de changer :

Des avancées décisives

  • Dans une déclaration publique largement relayée par les médias, le président Jim Kim a souligné les risques que présentent les grandes transactions foncières : « il faut faire davantage pour renforcer les capacités et les protections en matière de droits fonciers. »
  • Votre mobilisation a suscité un sérieux débat au sein de la Banque mondiale. La problématique du foncier a fait un vrai buzz aux « Réunions de printemps ». Des membres de son personnel nous ont confirmé que la déclaration du président a permis de faire bouger les choses et que nous avons mis la Banque mondiale sur le qui-vive.
  • La Banque mondiale s’est engagée à appliquer une nouvelle norme onusienne sur la gouvernance foncière. En d’autres termes, elle va s’efforcer de garantir le respect des droits fonciers des personnes les plus vulnérables dans le monde. C’est une excellente nouvelle.
  • Un examen indépendant portera sur l’impact des programmes de la Banque mondiale sur les droits fonciers des populations locales. 
  • La Banque mondiale a reconnu l’importance de porter une attention particulière aux droits fonciers lors de son réexamen des règles régissant ses activités cette année.
  • En particulier, une faille dans sa politique de prêt au secteur privé aggravait le risque d’accaparement de terres. Grâce à tout le bruit que vous avez fait, le conseil d’administration de la Banque mondiale a invité le personnel à trouver un moyen convaincant de combler cette faille.

Bien sûr, nombre de ces promesses ne sont pour l’instant que des mots. Il s’agit donc à présent pour Oxfam de veiller à ce que la Banque mondiale passe aux actes. Et pas seulement la Banque mondiale ; d’autres ont également un rôle à jouer, notamment les États et les entreprises.

Soyez assurés que nous veillons et sommes parés à agir. Si nous estimons que la Banque mondiale ne tient pas parole, nous la rappellerons à ses promesses et vous demanderons de vous joindre à nous pour faire un maximum de bruit.

En attendant, recevez toutes nos félicitations pour ces avancées dans la lutte contre les accaparements de terres !

Rejoignez le mouvement CULTIVONS : nous vous tiendrons informé-e des progrès réalisés contre les accaparements de terres

Permalink: http://oxf.am/U5e