Qu'attendre du G20 en Russie ?

Partagez cette page: 

Le G20 (ou groupe des 20) se réunit une fois par an afin de faciliter la concertation internationale sur les principaux enjeux économiques.

Collectivement, les économies du G20 (en fait 19 pays développés et émergents, plus l’Union européenne) représentent 90 % du PIB mondial, 80 % du commerce international et les deux tiers de la population de la planète. C’est un groupe puissant dont les efforts pour stimuler la croissance et réformer l’architecture financière internationale revêtent une importance cruciale.

En 2009, le G20 a lancé un cadre pour « une croissance forte, durable et équilibrée ». Pour en assurer le succès, ses membres ont promis de prendre des mesures draconiennes de lutte contre les paradis fiscaux, d’honorer leurs engagements en matière d’aide au développement et d’assurer l’accès des plus démunis à l’alimentation, à l’énergie et au financement.

Mais, trop souvent, les dirigeants du G20 font primer la croissance économique sur les intérêts des populations défavorisées. Il nous appartient de mettre nos dirigeants devant leurs responsabilités.

Quel est l’ordre du jour ?

Cette année, le sommet du G20 aura lieu à Saint-Pétersbourg, les 5 et 6 septembre. La Russie, qui en assure la présidence, a présenté un vaste programme englobant les points suivants :

  1. Le cadre pour une croissance forte, durable et équilibrée
  2. La création d’emploi
  3. La réforme de l’architecture financière internationale
  4. Le renforcement de la régulation financière
  5. L’énergie durable
  6. Un développement pour toutes et tous
  7. L’amélioration du commerce multilatéral
  8. La lutte contre la corruption

Oxfam sera à Saint-Pétersbourg pour rappeler aux chefs d’État et de gouvernement que celles et ceux qui ont le plus de difficultés sont les personnes prises au piège de la pauvreté. 1,3 milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour et plus de la moitié se trouvent dans les pays membres du G20.

Il est essentiel de faire passer le message que la croissance économique ne suffira pas, à elle seule, à empêcher l’aggravation de la pauvreté dans les pays du G20 et ailleurs dans le monde. Les dirigeants réunis à Saint-Pétersbourg devront se mettre d’accord sur la façon de lutter contre les inégalités qui se creusent et définir des stratégies de croissance équilibrées et inclusives. Réduire les inégalités n’est pas seulement une obligation morale ; c’est aussi un impératif économique. 

Ce qu’Oxfam attend du G20

  • mettre un frein à l’évasion fiscale, améliorer la transparence fiscale et endiguer les flux financiers illicites qui asphyxient les économies des pays en développement ;
  • investir dans des services publics de santé et d’éducation de qualité – deux points essentiels aussi bien pour la protection sociale que pour la productivité ;
  • assurer une croissance équitable et propre à réduire les inégalités, afin que les personnes vivant dans la pauvreté puissent en bénéficier. Les pays du G20 doivent commencer par considérer la réduction des inégalités comme un indicateur de progrès, au même titre que la croissance du PIB. 

Le G20 doit par ailleurs agir de façon décisive pour qu'une solution politique soit trouvée afin de mettre un terme au bain de sang en Syrie.

Plus de 100 000 personnes ont déjà perdu la vie en Syrie et deux millions, dont la plus de la moitié sont des enfants, ont dû trouvé refuge dans les pays voisins - un nombre qui ne cesse de croître jour après jour. La réponse humanitaire à cette crise atteint les limites de ses capacités. Les Nations unies ont lancé l'appel le plus important de leur histoire, mais il n’est pour le moment financé qu’à hauteur de 41 %. Les pays donateurs doivent donner davantage pour financer les opérations humanitaires. 

Oxfam demande aux membres du G20 de faire en sorte qu'un cessez-le-feu soit décrété immédiatement et qu'une solution politique à la crise soit rapidement trouvé, au lieu de se concentrer sur les options militaires. Les voix des pays arabes doivent être au centre des discussions. Une intervention armée aurait des conséquences imprévisibles pour la région. Les membres du G20 doivent donc convenir d'une date pour de nouveaux pourparlers de paix à Genève et s'y tenir.

Que pouvons-nous faire ?

Signez la pétition lancée par Oxfam et de nombreuses organisations pour demander au président Obama et au président Poutine de mettre leurs différends de côté et de peser de tout leur poids politique pour faire en sorte que les pourparlers de paix aient lieu et aboutissent. 

Tandis que nos spécialistes s’affairent en coulisse pour inciter les dirigeants du G20 à adopter des politiques qui contribueront à réduire la pauvreté et les inégalités, nous avons besoin de votre aide. Tweetez votre message au G20 avec #G20 et @G20rus, le compte officiel du sommet du G20 en Russie. 

  • Avec Oxfam, luttez contre l'évasion fiscale. Demandez au #G20 de réécrire les règles fiscales internationales @G20rus >>Tweetez<<
  • Les paradis fiscaux soustraient des milliards qui permettraient de vaincre la pauvreté. #G20: stop à ce scandale @G20rus >>Tweetez<<
  • Plus de la moitié de la pauvreté mondiale se trouve dans les pays du #G20. Il faut une croissance inclusive @G20rus >>Tweetez<<
  • Dites au @G20rus: la croissance ne doit pas faire de laissés-pour-compte. Non aux #inégalités >>Tweetez<<
  • Le #G20 a promis de mettre fin au scandale de l'évasion fiscale des multinationales. C'est l'heure de concrétiser @G20rus >>Tweetez<<

Vous pouvez également suivre le G20 sur notre compte Twitter @Oxfam_fr

Ensemble, nous changerons les choses. Faites entendre votre voix.