Edilza Duarte est membre de la communauté Guaraní-Kaiowá, au Brésil, dont les terres sont aujourd'hui couvertes de cannes à sucre.  Photo : Tatiana Cardeal
Edilza Duarte est membre de la communauté Guaraní-Kaiowá, au Brésil. Là où les siens chassaient, pêchaient et cultivaient, se dressent maintenant des plantations de cannes à sucre. Photo : Tatiana Cardeal

Coca-Cola, Pepsi et ABF : assurez-vous que votre sucre n’entraîne pas d’accaparements de terres

2 Octobre, 2013 | CULTIVONS

Trop souvent, le sucre contenu dans vos snacks et boissons préférés a été produit sur des terres dont on a chassé des agriculteurs et leurs familles, qui se sont retrouvés dans le dénuement le plus complet. Mais vous pouvez changer cela. Dites à Coca-Cola, PepsiCo et Associated British Foods (ABF) de s’assurer que leur sucre n’entraîne pas d’accaparements de terres.

La vérité qui se cache derrière le sucre n’a rien d’une douceur

La demande mondiale de sucre augmentant, la ruée sur les terres agricoles s’accélère. Oxfam a découvert que, dans des pays comme le Brésil et le Cambodge, des entreprises qui fournissent en sucre Coca-Cola, Pepsi et les autres géants de l’agroalimentaire chassent des petits agriculteurs de leurs terres et les dépouillent de leurs droits. Ailleurs, ABF – le premier producteur de sucre en Afrique – serait associé à une série de conflits fonciers.

« Nous voulons récupérer nos terres »

Edilza Duarte a 24 ans et est membre de la communauté Guaraní-Kaiowá. Elle est mère de deux enfants et vit à Ponta-Porã, dans l'État du Mato Grosso do Sul. Il y a 40 ans, sa communauté à Jatayvary a été dépossédée de ses terres. Ces terres sont à présent entièrement couvertes de cannes à sucre.  

Là où sa communauté a chassé, pêché et cultivé les terres pendant des siècles, se dressent maintenant d'énormes exploitations de cannes à sucre. Edilza et ses enfants sont confrontés à la faim (ils ne peuvent chasser ou pêcher comme ils le faisaient auparavant) et à de graves problèmes de santé.

« Ils pulvérisent les champs dans deux directions et lorsque le vent souffle, nous avons l'impression de respirer du poison. C'est exactement ce que nous ressentons. Lorsqu'il pleut, l'eau ruisselle jusqu'à la rivière dans laquelle nous nous baignons et où nous nous approvisionnons en eau potable. Le poison se propage et les habitants tombent malades. Les enfants sont victimes de diarrhées et de maladies cutanées », nous raconte Edilza.

« Ils devraient arrêter ces épandages. Ils nous ont déjà bien assez porté préjudice. C'est pour cette raison que nous avons besoin de récupérer nos terres, afin de pouvoir les cultiver et nous nourrir. Nous voulons récupérer nos terres. »

Les accaparements de terres comme celui-ci sont le petit secret au goût amer de l'industrie sucrière, et le Brésil n'est pas un cas isolé. Dans des pays comme le Cambodge, de nombreuses familles sont confrontées à cette même lutte pour leurs terres. 

Vous avez le pouvoir

Mais vous avez le pouvoir de nous aider à mettre un terme aux accaparements de terres. Plus de 120 000 personnes du monde entier ont déjà exhorté les grandes multinationales du secteur agroalimentaire à changer leurs pratiques. Et ça marche

Et avec le soutien de plus de 50 000 personnes et de Coldplay, nous enregistrons d'ores et déjà d'importantes victoires dans notre lutte contre les accaparements de terres. Notre campagne a poussé la Banque mondiale à revoir ses politiques foncières et à s'engager à respecter les nouvelles normes de l'ONU sur les droits fonciers.

Il est maintenant temps pour ces trois géants du sucre d'être les premiers à agir et ce dans les plus brefs délais. 

Halte aux accaparements de terres

Afin de s'assurer que leur sucre n'entraîne pas d'accaparements de terres, Coca-Cola, Pepsi et ABF doivent :

  • savoir quel est l’impact de leur sucre sur l’accès des communautés locales à la terre et si elles-mêmes et leurs fournisseurs respectent les droits fonciers ;
  • indiquer ouvertement d’où proviennent les ingrédients qu’elles utilisent et qui les produit ;
  • agir en s’engageant à une tolérance zéro des accaparements de terres dans l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement et de leurs propres activités. Collaborer avec les gouvernements et les autres acteurs du secteur pour qu’ils leur emboîtent le pas.

Finissons-en avec les accaparements de terres. Signez la pétition dès maintenant !

Permalink: http://oxf.am/UKW