Pourquoi, aux côtés de centaines de personnes, j’ai quitté la table des négociations à Varsovie

Publié par Winnie Byanyima

Oxfam International, Directrice générale
Partagez cette page: 

Jeudi 21 novembre, suivie par des centaines de personnes du monde entier, j’ai claqué la porte à la 19e Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Depuis longtemps, Oxfam prend une part active à ces négociations, mettant tout en œuvre pour lutter contre le changement climatique et pour soutenir les personnes qui en subissent les effets. Chaque jour, la nécessité que les gouvernements contribuent à cet effort se fait encore plus pressante. Mais au fil des ans, les négociations semblent n’être devenues plus qu’un rituel. C’est à peine si elles ont progressé sur les dossiers de la réduction des émissions ou de la mobilisation des 100 milliards de dollars promis par les États à l’horizon 2020, pour aider les populations touchées par le changement climatique.

Nous avons mené campagne avec énergie et détermination. Pourtant, les appels du public exhortant les États à agir de toute urgence semblent tomber dans l’oreille d’un sourd. Cette année, les négociations se sont enfoncées davantage encore dans l’ornière : de connivence avec l’industrie du charbon, le gouvernement polonais, qui organisait la conférence, a présenté le « charbon propre » comme une solution au changement climatique, alors qu’il n’en est rien. L’Australie a battu en brèche le principe même du financement de la lutte contre le changement climatique. Le Japon a même promis d’augmenter – au lieu de réduire – ses émissions !

Ça suffit !

Cette année nous offre une occasion sans précédent de renouer avec des hommes et des femmes du monde entier et de commencer, à Varsovie, à mettre sur pied un puissant mouvement en faveur de la lutte contre le changement climatique. Le mouvement de solidarité avec les Philippines, la grève de la faim du délégué philippin Yeb Saño et toutes les personnes qui se sont jointes à lui sont animés par une conviction inébranlable, ont une forte résonance et prennent une importance considérable. Le monde entier s’impatiente.

C’est l’heure de montrer aux États que leur manque de volonté politique est absolument inacceptable. Que, partout dans le monde, les populations exigent des mesures concrètes. Et qu’aucun responsable politique ne saurait plus longtemps fermer les yeux sur le changement climatique. C’est pourquoi de si nombreux individus et organisations ont quitté la table des négociations : il s’agit de rallier le public pour revenir plus en force que jamais en 2014. À bientôt.

Et vous ? Seriez-vous resté-e ou seriez-vous également parti-e ? Dites-nous ce que vous en pensez en postant un commentaire ci-dessous ou en envoyant un tweet @Oxfam_fr.

Sur le même sujet

Blog : Un plaidoyer vibrant de l’ambassadeur des Philippines pour la lutte contre le changement climatique

Pourquoi faisons-nous campagne avec les Grosses Têtes en Pologne à la COP19 ?