aide humanitaire

1,5 million de personnes ont été déplacées par ce conflit.

Blog: Soudan du Sud : derrière les barbelés, un abri précaire et des conditions effroyables

Ce mercredi marque le troisième anniversaire de l’indépendance du Soudan du Sud. Mais au cours des sept derniers mois, l’enthousiasme et l’espoir qui unissaient le peuple sud-soudanais en 2011 ont laissé place aux violences qui ont contraint 1,5 million de personnes à fuir de chez elles, dont beaucoup doivent à présent vivre dans des conditions effroyables, derrière les barbelés et dans l’eau stagnante

Femmes au camp pour déplacés de Mingkaman, Soudan du Sud. Photo: Pablo Tosco/Oxfam

Blog: Soudan du Sud : la lutte des femmes pour survivre dans une guerre d’hommes

Mary est Dinka, et Knyah est Nuer – les deux ethnies qui s’affrontent dans une lutte pour le pouvoir au Soudan du Sud. À première vue, rien ne les unit. Pourtant, elles ont beaucoup en commun. Ce sont deux femmes qui se battent seules pour s’en sortir dans une guerre menée par les hommes.

Réfugiés en Ouganda : les oubliés du Soudan du Sud

Blog: Réfugiés en Ouganda : les oubliés du Soudan du Sud

Geno Teofilo, chargé de relations médias chez Oxfam, décrit les besoins humanitaires pressants, notamment le besoin d’un abri à l’approche de la saison des pluies, qu’ils a constatés lors de sa visite de plusieurs centres de réfugiés sud-soudanais, dans le nord de l’Ouganda.

Sunrise dans le camp de déplacés internes de Mingkamen, Sud Soudan. Photo : Aimee Brown/Oxfam

Blog: Soudan du Sud : quelques lueurs d'espoir entre la violence

« Même si la paix venait, nous ne pourrions pas rentrer chez nous. Nous n’y serions pas en sécurité. »

Ces mots, prononcés par une grand-mère que j’ai rencontrée dans un camp de déplacés internes au Soudan du Sud, montrent la profondeur des divisions dans ce jeune pays. Ils témoignent aussi de l’ampleur des difficultés à surmonter pour que le pays puisse retrouver sa situation d’avant le 15 décembre dernier – voire même, avec plus d’optimisme encore, retrouver le chemin d’un développement stable.

A-t-on retenu les leçons pour les Philippines ?

Blog: A-t-on retenu les leçons pour les Philippines ?

Il y a à peine trois ans, en 2010, le séisme d’Haïti, suivi par de terribles inondations au Pakistan, provoquait une onde de choc dans le monde entier. Les États comme le public ont alors donné corps à un immense élan de générosité. L’aide humanitaire internationale est montée en flèche pour atteindre 20,2 milliards de dollars, afin d’au moins tenter de faire face à « l’année des deux méga-catastrophes ».

Victor Rosales, bénéficiaire de l'aide d'Oxfam, lors d'une distribution de kits d’hygiène à Daanbantayan, aux Philippines. Photo : Chee Chee Leung/OxfamAustralie

Blog: Après le typhon Haiyan aux Philippines, renaître des décombres

Par Cherian Mathews, directeur régional d’Oxfam Asie

Aumenta la presión para las conversaciones de paz en Siria

Blog: Aumenta la presión para las conversaciones de paz en Siria

Gracias al apoyo de personas como tú en más de 150 países, Oxfam y sus socios hemos recogido más de 100.000 firmas pidiendo las negociaciones de paz de Siria, más o menos el equivalente a una firma por cada hombre, mujer y niño que han muerto en el conflicto hasta ahora.

La pression monte en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie

Blog: La pression monte en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie

Grâce au soutien de citoyennes et citoyens de plus de 150 pays, nous avons à présent recueilli plus de 100 000 signatures* en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie, ce qui correspond approximativement à une signature pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant tué dans le conflit à ce jour. 

De l’aide acheminée vers la Syrie

Blog: De l’aide acheminée vers la Syrie

Après plusieurs mois d’intervention auprès des réfugiés dans les pays voisins, Oxfam va désormais pouvoir venir en aide à 300 000 personnes en Syrie afin qu’elles aient accès à de l’eau potable. 

C’est un sujet qui n’est quasiment jamais évoqué dans les actualités concernant la Syrie : l’eau. Pourtant, alors que bombes et tirs de mortiers s’abattent sur les communautés, détruisant les infrastructures qui contribuaient à la santé publique, l’eau contaminée peut se réveler aussi mortelle que les armes de guerre.

Femme et enfants réfugiés syriens sous une tente, camp de Zaatari, Syrie. Photo: Anastasia Taylor-Lind/Oxfam

Blog: Appel des Nations unies pour la Syrie : les gouvernements doivent financer l'aide humanitaire maintenant !

« Nous n’avons pas d’eau. L’électricité est régulièrement coupée. Des rats et des souris courent partout. Il y a un total manque d’hygiène. C’est impossible de garder quoi que ce soit propre. Le toit fuit... Nous n’avons jamais vécu comme ça en Syrie. Nous n’aurions jamais imaginé devoir un jour vivre dans de telles conditions. » Yasmin*, 33 ans, mère de quatre enfants

Pages

Subscribe to RSS - aide humanitaire