camp de réfugiés

Abu Anas y su familia. Foto: Yasmine Chawaf/Oxfam

Blog: Quand cela cessera-t-il ? Quatre millions de réfugiés syriens enregistrés à l'étranger

Le nombre de réfugiés syriens dépasse aujourd'hui quatre millions, ce qui crée des difficultés énormes pour les communautés qui les accueillent, les services publics et les infrastructures dont ils sont tributaires.

Manyangson Ngong, le capitaine de l’équipe Lucky Start du camp d’Ayilo. Photo : Oxfam

Blog: Comment des réfugiés sud-soudanais font du foot un instrument de paix, au-delà des clivages

Tandis que la Coupe du monde bat son plein au Brésil, une compétition d’un autre genre a lieu dans le nord de l’Ouganda. Dans les districts d’Arua et d’Adjumani, de jeunes réfugiés sud-soudanais ont formé des équipes de football afin de jouer pour la paix.

« Jamais je ne me serais attendu à en arriver là. Bor, l’école et mes amis me manquent », témoigne Manyangson Ngong, le capitaine de l’équipe Lucky Start du camp d’Ayilo. Le conflit qui a poussé tant de personnes à fuir pour sauver leur vie a aussi coupé court à ses études, à Bor.

Point d'eau à Simbili, district Arua, Ouganda. Photo : Petterik Wiggers/Panos Pictures London UK

Blog: Ils représentent le meilleur espoir de paix pour le Soudan du Sud : rencontre avec de jeunes réfugiés en Ouganda

Un garçon grand et maigre, portant un short déchiré et des sandales en plastique noir avec des petits cœurs roses, sort d’une hutte au toit de chaume et se dirige vers moi. Dans un anglais parfait, Jacob m’explique comment il en est arrivé à vivre dans ce camp de réfugiés, l’un des nombreux camps qui grignotent la forêt dans plusieurs districts ougandais limitrophes du Soudan du Sud. Dix-huit mois plus tôt, il faisait encore partie des quelques privilégiés sud-soudanais à étudier dans un lycée de Kampala, la capitale de l’Ouganda.

Aumenta la presión para las conversaciones de paz en Siria

Blog: Aumenta la presión para las conversaciones de paz en Siria

Gracias al apoyo de personas como tú en más de 150 países, Oxfam y sus socios hemos recogido más de 100.000 firmas pidiendo las negociaciones de paz de Siria, más o menos el equivalente a una firma por cada hombre, mujer y niño que han muerto en el conflicto hasta ahora.

La pression monte en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie

Blog: La pression monte en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie

Grâce au soutien de citoyennes et citoyens de plus de 150 pays, nous avons à présent recueilli plus de 100 000 signatures* en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie, ce qui correspond approximativement à une signature pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant tué dans le conflit à ce jour. 

Liqaa', Basel et leur fille Limar

Blog: Deux millions de réfugiés syriens - et une enfant de plus, née dans un camp

Après que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a annoncé mardi que le nombre des réfugiés syriens enregistrés a atteint deux millions, nous vous apportons une nouvelle plus réjouissante de notre amie Liqaa’.

L’énergie solaire en aide aux réfugiés syriens

Blog: L’énergie solaire en aide aux réfugiés syriens

Pour les Syriennes et Syriens réfugiés au camp de Zaatari, en Jordanie, le soleil est source de sécurité nocturne.

Regardez attentivement cette photo, plus haut. Les réverbères ne vous semblent-ils pas inhabituels ? Les lampadaires que vous voyez en arrière-plan de cette photo (prise au début du mois dans le camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie) fonctionnent en fait à l’énergie solaire et ont été fournis par Oxfam afin de renforcer la sécurité des résidents.

Liqaa’, une amie

Blog: Liqaa’, une amie

Liqaa’ est, une Syrienne de 23 ans, diplômée en littérature anglaise. Jeune mariée, elle devrait donner naissance à son premier enfant très prochainement. Liqaa’, c’est aussi le visage d’une nouvelle pétition internationale qui demande au président russe Vladimir Poutine et au président américain Barack Obama d’ouvrir les pourparlers de paix sur la Syrie sans plus tarder

Samira a dû fuir la Syria et se réfugier dans un camp au Liban. Photo: Luca Sola/Oxfam

Blog: Réfugiées syriennes : plongée dans l’incertitude

Dans un camp de réfugiés au Liban, j’ai récemment fait la connaissance de Reema*, une jeune Syrienne de 19 ans. Dans son pays natal, Reema avait toute sa vie devant elle. Elle venait de terminer le lycée et était sur le point d’entrer à l’université. Soucieuse de se construire un avenir, elle avait soif d’étudier.

Femme et enfants réfugiés syriens sous une tente, camp de Zaatari, Syrie. Photo: Anastasia Taylor-Lind/Oxfam

Blog: Appel des Nations unies pour la Syrie : les gouvernements doivent financer l'aide humanitaire maintenant !

« Nous n’avons pas d’eau. L’électricité est régulièrement coupée. Des rats et des souris courent partout. Il y a un total manque d’hygiène. C’est impossible de garder quoi que ce soit propre. Le toit fuit... Nous n’avons jamais vécu comme ça en Syrie. Nous n’aurions jamais imaginé devoir un jour vivre dans de telles conditions. » Yasmin*, 33 ans, mère de quatre enfants

Pages

Subscribe to RSS - camp de réfugiés