Oxfam International Blogs - responsabilité sociale des entreprises http://l.blogs.oxfam/en/tags/responsabilit%C3%A9-sociale-des-entreprises en La lutte contre la pauvreté, le changement climatique et les inégalités vous tient à cœur ? Retenez bien ces trois lettres : FFD http://l.blogs.oxfam/en/node/27246 <div class="field field-name-body"><p><strong>Nous vivons dans un monde faussé et déséquilibré. Un monde où, d’ici l’année prochaine, les 1 % des plus riches possèderont plus de la moitié des richesses de la planète.</strong> Et ce n’est pas un hasard : les hommes et les femmes politiques continuent à établir des règles qui remplissent les poches des entreprises tout en vidant celles des plus pauvres et en réduisant les services publics. <strong><a href="https://blogs.oxfam.org/en/blogs/15-02-11-breaking-cycle-how-europe-can-stop-industrial-tax-dodging">Le scandale de l’évasion fiscale des entreprises</a></strong> fait bien trop souvent les gros titres de l’actualité. Le changement climatique ruine les récoltes et accroit la misère de ceux qui vivent déjà dans la faim. Quand je vois cela, quand j’entends cela, j’ai envie de monter sur tous les toits, pour dénoncer à pleins poumons ces contradictions. Dans ce cas, pourquoi suis-je en train de plonger dans le monde des acronymes onusiens ? Comment les lettres « FFD » peuvent-elles nous aider à combattre la plus grave menace qui pèse sur notre monde ?</p> <p>Il y a un an, je n’avais jamais entendu parler de la conférence sur le FFD. Ces trois lettres signifient <strong><a href="http://www.un.org/esa/ffd/ffd3/">Financing for Development</a></strong>, le financement du développement. Il s’agit de réunions organisées tous les six ou sept ans par les Nations unies. Plus j’ai appris sur le financement du développement, plus j’ai compris son importance. C’est là que se prennent les décisions pour savoir comment les gouvernements dépensent pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.</p> <p>Mais ces réunions n’ont pas pour seul but de verser des sommes symboliques pour des écoles ou des hôpitaux. S’y discute qui va décider comment l’argent sera récolté et à quoi il servira. Il s’agit de rééquilibrer les pouvoirs et de s’assurer que les pays en voie de développement ont leur mot à dire. Dans <strong><a href="https://www.oxfam.org/fr/rapports/en-finir-avec-les-inegalites-extremes">un monde où les règles fiscales sont faussées</a></strong> et où la finance mondiale défavorise les pays les plus pauvres, la conférence sur le financement du développement est l’occasion, une fois par décennie, de veiller à ce que les efforts dans la lutte contre le changement climatique, la pauvreté et les inégalités sont financés de manière juste.</p> <p>La troisième conférence sur le financement du développement (#FFD3) qui va avoir lieu se déroulera dans une année charnière pour le développement international. Les négociations ont démarré et ont un air de déjà vu : les pays qui ont les plus gros moyens mettent tout leur poids pour acculer les pays en voie de développement au pied du mur. Mais ces derniers ne sont pas prêts à céder et se montrent fermes sur les questions qui auront un impact sur le montant de leurs dépenses pour les écoles, les hôpitaux, les routes ou encore les systèmes d’irrigation. Ils bénéficient du soutien de la société civile et de personnes du monde entier car c’est une question essentielle de justice fiscale qui est en jeu. Si vous voulez rejoindre ces pays au pied du mur, les aider à rééquilibrer les pouvoirs, si la lutte contre la pauvreté, le changement climatique et les inégalités vous tient à cœur, il est l’heure de <strong><a href="https://act.oxfam.org/france/obligeons-les-multinationales-a-payer-leur-juste-part-d-impots">dénoncer cet état de fait et d’agir</a></strong>.</p> <p>Oxfam sera à la <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23FFD3&amp;src=typd">#FFD3</a></strong> et nous porterons plus particulièrement nos efforts sur les points suivants.</p> <h3>La fiscalité</h3> <p>L’évasion fiscale est un problème mondial. <strong><a href="https://www.oxfam.org/fr/rapports/petits-arrangements-entre-amis">Les grandes multinationales augmentent leurs profits en transférant leurs bénéfices</a></strong> des pays où ils sont générés pour les cacher dans des paradis fiscaux, privant ainsi les pays en développement de ressources fiscales estimées à <a href="http://www.taxjustice.net/2015/03/26/unctad-multinational-tax-avoidance-costs-developing-countries-100-billion/"><strong>100 milliards de dollars par an</strong></a>.</p> <p>Les problèmes mondiaux exigent des solutions mondiales. Oxfam et d’autres organisations demandent que la conférence sur le financement du développement débouche sur la création d’un organisme mondial sur la fiscalité, auquel tous les pays participent sur un pied d’égalité. Le moment est on ne peut plus crucial. À l’heure où nous écrivons, un groupe restreint de pays riches s’arroge la prérogative de décider de ce système injuste. Ce que font ces pays en réalité, c’est écrire des règles qui servent leurs intérêts, sans prendre en considération les besoins des pays pauvres.</p> <p>Les problèmes mondiaux exigent aussi des mouvements mondiaux faisant pression pour des solutions mondiales ! Heureusement, dans le monde entier, des militants en faveur de la justice fiscale se rassemblent pour exiger un changement. Récemment, Oxfam a participé avec d’autres organisations à <a href="https://storify.com/TaxJustice/global-tax-justice-a-week-of-action"><strong>une semaine d’action</strong></a> pour la <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23JusticeFiscale">#justicefiscale</a></strong> Nous ne devons pas relâcher la pression et nous assurer que les dirigeants écoutent, agissent et mettent en place un organisme mondial sur la fiscalité lors de la <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23FFD3&amp;src=typd">#FFD3</a></strong>.</p> <p>Dernières informations sur la fiscalité :</p> <p>Retrouvez le dernier né sur les questions de fiscalité <strong><a href="https://twitter.com/GlobalTaxBody">@GlobalTaxBody</a></strong> – surveillez si les propositions sont adoptées à la <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23FFD3&amp;src=typd">#FFD3</a></strong></p> <p>Hashtags <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23globaltaxbody&amp;src=typd">#globaltaxbody</a></strong> <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23JusticeFiscale">#justicefiscale</a></strong> <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23MakeTaxFair&amp;src=typd">#MakeTaxFair</a></strong></p> <p>Comptes Twitter : <strong><a href="https://twitter.com/alieholder">@alieholder</a></strong> <a href="https://twitter.com/frankcarnibella"><strong>@frankcarnibella</strong></a> <strong><a href="https://twitter.com/NoeHa7">@noemiehailu</a></strong></p> <blockquote class="twitter-tweet" lang="en" xml:lang="en"><p lang="en" dir="ltr" xml:lang="en">Love this! <a href="https://twitter.com/GlobalTaxBody">@GlobalTaxBody</a> welcomes Financing for Development <a href="https://twitter.com/hashtag/FFD3?src=hash">#FFD3</a> negotiators <a href="https://t.co/7iHprqLZvw">https://t.co/7iHprqLZvw</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/TaxJustice?src=hash">#TaxJustice</a> will benefit everybody!</p> <p>— Oxfam International (@Oxfam) <a href="https://twitter.com/Oxfam/status/613315388957437952">June 23, 2015</a></p></blockquote> <script async="" src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script><h3>Le climat</h3> <p>Pour plus d’un milliard de personnes qui vivent dans la pauvreté, le changement climatique signifie davantage de phénomènes <strong><a href="http://www.economist.com/news/science-and-technology/21656133-climate-change">météorologiques extrêmes</a></strong>, davantage de catastrophes et encore plus de faim dans le monde. Cela signifie également que les pays les plus pauvres paient le prix fort pour un problème dont ils sont le moins responsables.</p> <p>Les pays riches qui, pour acquérir ces richesses, ont pollué l’environnement, essaient de s’en tirer sans avoir à aider financièrement (en plus d’une aide au développement) les pays les plus pauvres à s’adapter au changement climatique. Aujourd’hui, les pays riches ne comblent que 2 % des besoins des pays pauvres pour s’adapter au changement climatique. C’est pourquoi durant la #FFD3, <a href="http://www.theguardian.com/environment/2015/jun/29/rich-countries-100bn-promise-fight-climate-change-not-delivered"><strong>nous demanderons le versement de contributions financières relatives au climat</strong></a>, en plus de l’aide au développement.</p> <p><em>Dernières informations sur le climat :</em></p> <p><a href="https://twitter.com/search?q=%23climatefinance&amp;src=typd"><strong>#climatefinance</strong></a> <a href="https://twitter.com/search?q=%23climat&amp;src=typd"><strong>#climat</strong></a></p> <p><a href="https://twitter.com/LiesCraeynest"><strong>@LiesCraeynest</strong></a></p> <h3>L’aide au développement</h3> <p>Les pays riches doivent tenir leurs promesses, qui ne l’ont pas été jusqu’à présent, en s’engageant à consacrer<a href="http://www.unmillenniumproject.org/press/07.htm"><strong> 0,7 % de leur budget national à l’aide</strong></a> au développement. Ils ne peuvent pas continuer à faire des promesses sans les tenir et sans fixer d’échéance pour leur réalisation. C’est pourquoi durant la #FFD3, nous demanderons à ces pays de s’engager à nouveau sur le seuil des 0,7 % avec un calendrier. Nous demanderons également que 50 % de ces montants soient consacrés aux pays les moins développés et non à ceux dans lesquels les pays riches ont des intérêts politiques et commerciaux.</p> <h3>Un financement public et non privé</h3> <p>Dans tous les pays, qu’ils soient développés ou en voie de développement, la population doit pouvoir accéder à des services appropriés en matière d’éducation, de soins de santé, d’emploi, garantir la sécurité des moyens de subsistance même dans les climats plus chauds et les ressources nécessaires pour subvenir aux besoins de chaque individu et de sa famille. Nous assistons à un glissement concerté consistant à financer les services publics au moyen de fonds privés. Lorsque les services essentiels sont concernés, par exemple une école pour les enfants ou des soins de santé pour les grands-parents, chacun/e veut être sûr qu’il/elle bénéficiera de services publics gratuits et de qualité, disponibles pour tous, riches comme pauvres. Le profit ne peut pas passer avant l’intérêt public. Lors de la #FFD3, nous demanderons à ce que des engagements soient pris en ce sens.</p> <p><em>Pour les dernières informations sur les financements :</em></p> <p><a href="https://twitter.com/search?q=%23ODA&amp;src=typd"><strong>#ODA</strong></a> <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23Aide&amp;src=typd">#Aide</a></strong> <strong><a href="https://twitter.com/search?q=%23ODD&amp;src=typd">#ODD</a></strong></p> <p><a href="https://twitter.com/hilaryjeune"><strong>@hilaryjeune</strong></a></p> </div><div class="field field-name-title"><h2>La lutte contre la pauvreté, le changement climatique et les inégalités vous tient à cœur ? Retenez bien ces trois lettres : FFD</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/15-06-29-do-you-care-about-fighting-poverty-climate-change-and-inequality-ffd" title="Do you care about fighting poverty, climate change and inequality? Then you’ll probably care about these three letters: FfD" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/15-07-03-te-preocupa-la-lucha-contra-pobreza-cambio-climatico-desigualdad-ffd3" title="¿Te preocupa la lucha contra la pobreza, el cambio climático o la desigualdad? Entonces te interesarán estas tres letras: FfD" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Mon, 06 Jul 2015 06:07:25 +0000 Francesca Carnibella 27246 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/27246#comments Quatre étapes pour empêcher le changement climatique d'aggraver la faim http://l.blogs.oxfam/en/node/10676 <div class="field field-name-body"><p><strong>D’ici 2050, 25 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans supplémentaires risquent de souffrir de malnutrition en raison du changement climatique</strong> et 50 millions de personnes en plus de la faim. Ironiquement, derrière cette situation ne se cachent pas seulement les industries pétrolières ou des énergies fossiles mais aussi les géants de l’agroalimentaire. La manière dont ils cultivent la nourriture que nous mangeons fait que des gens ont faim et sont sans abri. En fait, un quart des émissions globales provient du système alimentaire qui produit chaque jour, entre autres, nos céréales, yaourts, crèmes glacées ou tacos.</p> <h3>Déforestation, engrais polluants et pratiques néfastes</h3> <p>Les entreprises agroalimentaires, comme Kellogg et General Mills qui se cachent derrière de grandes marques comme Frosties ou Pringles, font partie des entreprises accusées de déforestation, d’un usage intempestif d’engrais polluants, de défrichement des sols à grande échelle, de brûler des forêts et autres pratiques nocives dans leurs chaines d’approvisionnement. Ce genre de pratiques de production conduit à de dangereuses perturbations climatiques et à davantage de faim. Pour de nombreux paysans à travers le monde, cela signifie qu’ils ne peuvent plus cultiver assez de nourriture pour nourrir leurs familles ou disposer de suffisamment de revenus.</p> <p>À travers le monde, des familles comme celles d’Eric Pyne au Libéria luttent déjà pour cultiver suffisamment de nourriture et gagner leur vie à cause des phénomènes climatiques extrêmes, comme les sécheresses ou inondations, qui frappent leurs cultures années après années. C’est tout autant une réalité pour Richard Oswald du Missouri aux Etats-Unis, un producteur de maïs et de soja, dont les récoltes sont utilisées par de grandes entreprises agroalimentaires. Ses cultures ont été détruites en 2011 lors d’inondations historiques au Missouri. « Il n’y avait rien à récolter, se souvient Oswald. Nous avons dépensé tout notre argent en semences, engrais, herbicides et n’avons rien eu en retour. »</p> <h3>Des phénomènes climatiques plus fréquents et plus extrêmes</h3> <p>Des tempêtes, inondations, sécheresses plus fréquentes et plus extrêmes, de même que des changements dans la prédictibilité des saisons affectent les stocks de nourriture, <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/terre-rechauffe-prix-flambent-cout-alimentaire-changement-climatique" rel="nofollow">poussent les prix à la hausse</a></strong> et causent davantage de faim et pauvreté. Il pourrait en être autrement. Les entreprises peuvent réduire leurs émissions et encourager d’autres à en faire de même.</p> <h3>Les mauvais élèves</h3> <p><strong>Kellogg et General Mills se démarquent comme les pires parmi les 10 géants de l’agroalimentaire en la matière</strong>. Ils déclarent réduire leurs émissions mais n’ont aucun plan pour eux-mêmes ou leurs fournisseurs. Il est temps pour chacun d’entre nous de faire entendre sa voix et demander aux entreprises comme Kellogg et General Mills d’aider à empêcher le changement climatique d’aggraver la faim dans le monde.</p> <p>Ensemble, les 10 géants de l’agroalimentaire produisent le nombre impressionnant de 264 millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année. S’ils étaient des pays,<strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/dix-geants-agroalimentaire-peuvent-reduire-emissions-CO2" rel="nofollow"> ils seraient le 25e plus gros pollueur de la planète</a></strong> et produiraient davantage que la Finlande, la Suède, le Danemark et la Norvège réunis.”</p> <h3>Des étapes simples et claires</h3> <p>L’agriculture émet plus de gaz à effet de serre que toutes nos voitures, camions, trains et avions combinés. Nous pensons que Kellogg et General Mills peuvent jouer un rôle déterminant et aider à empêcher le changement climatique d’aggraver la faim dans le monde, en commençant par de simples étapes : </p> <h3>1. Mesurer les émissions </h3> <p>Tous les 10 géants de l’agroalimentaire parlent du changement climatique. Mais c’est impossible d’agir sans mesure. Nous voulons que les entreprises mesure et publie leurs émissions. </p> <h3>2. Fixer des objectifs de réduction des émissions </h3> <p>Ceci est très simple. Une fois qu’ils savent combien ils émettent de gaz à effet de serre, ils peuvent fixer des objectifs de réduction et planifier comment y arriver. </p> <h3>3. Encourager leurs fournisseurs à agir</h3> <p>Les entreprises peuvent faire bien plus. Il ne s’agit pas seulement de leurs propres émissions, elles peuvent se servir de leur pouvoir d’influence et inciter leurs fournisseurs à réduire leurs émissions. </p> <h3>4. Agir comme une équipe et influencer d’autres à agir </h3> <p>Les 10 géants ont un pouvoir de taille ; quand ils parlent, ils peuvent réellement faire une différence. Au-delà de réduire leurs émissions, ils peuvent et doivent appeler les gouvernements et autres entreprises à en faire de même. </p> <p>Si les 10 géants de l’agroalimentaire échouent à mobiliser leur pouvoir et à suivre ces quatre étapes pourtant très simples, nous en payerons tous les conséquences. </p> <p><strong>Kellogg et General Mills en particulier ne font pas leur part.</strong> Ces entreprises devraient prendre la tête du combat pour empêcher le changement climatique d’aggraver la faim dans le monde. Il est temps pour elles d’agir. Les grandes marques ne devraient pas alimenter le changement climatique.</p> <p><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/vous-en-avez-assez-du-changement-climatique-qui-aggrave-la-faim-dans-le-monde,-q-,-passez-%C3%A0-l'action" rel="nofollow"></a><strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/vous-en-avez-assez-du-changement-climatique-qui-aggrave-la-faim-dans-le-monde,-q-,-passez-%C3%A0-l'action" rel="nofollow">Agissez en demandant à Kellogg et General Mills de ne pas rester les bras croisés et d’agir contre le changement climatique.</a></strong></p> <h3>Sur le même thème</h3> <p><strong>Rapport : </strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/les-bras-croises" rel="nofollow">Les bras croisés : pourquoi les entreprises du secteur agroalimentaire doivent s'impliquer davantage dans la lutte contre le changement climatique</a><a href="http://www.oxfam.org/en/grow/policy/standing-sidelines" target="_blank" rel="nofollow"></a></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Quatre étapes pour empêcher le changement climatique d&#039;aggraver la faim</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/14-05-20-cuatro-pasos-que-las-empresas-alimentarias-pueden-dar-para-ayudar-detener-el-cambio-c" title="Cuatro pasos que las empresas alimentarias pueden dar para ayudar a detener el cambio climático" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/14-05-20-4-steps-food-companies-can-take-help-stop-climate-change" title=" 4 steps food companies can take to help stop climate change" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 20 May 2014 14:07:34 +0000 Al Kinley 10676 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10676#comments Coca-Cola, Pepsi et ABF ignorent-ils l’avis de plus de 175 000 de leurs consommateurs ? http://l.blogs.oxfam/en/node/10490 <div class="field field-name-body"><h3>Est-ce si difficile pour eux de dire qu’ils ne tolèrent aucun abus ?</h3> <p>Vous êtes plus de 300 000 à vous être engagé-e-s en faveur de la campagne <strong><a href="http://www.lafacecacheedesmarques.org" target="_blank" rel="nofollow">La face cachée des marques</a></strong>, mettant en cause la façon dont les entreprises de l’agroalimentaire qui produisent vos marques préférées opèrent.</p> <p>Et vous êtes plus de 175 000 à avoir rejoint <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/accaparements-de-terres" target="_blank" rel="nofollow">notre appel</a></strong> demandant à Coca-Cola, PepsiCo et ABF de s’engager à faire preuve de tolérance zéro concernant les accaparements de terres.</p> <p>Tout ce dont nous voulons nous assurer est que leurs snacks et boissons n’ont pas été produits en chassant des personnes pauvres de leurs terres.</p> <p>Mais plus de trois semaines plus tard, ils n’ont encore pris aucun engagement. Comment cela peut-il être si difficile pour une entreprise de <strong><a href="/fr/blogs/13-10-16-accaparements-terres-tolerons-aucun-abus" rel="nofollow">dire qu’elle ne tolère pas tout simplement pas les violations des droits humains</a></strong> ?</p> <p>Nous avons maintenant besoin que vous fassiez monter la pression. Montrez aux entreprises qui produisent vos marques préférées que vous voulez qu’elles contribuent à mettre un terme aux accaparements de terres. </p> <h3>Mobilisez-vous</h3> <p>Rejoignez des milliers de sympathisant-e-s et montrez à ces entreprises que vous attendez d’elles qu’elles agissent. Rendez-vous sur notre page <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr-be/actualit%C3%A9s/spread-the-word" target="_blank" rel="nofollow">« Spread the Word »</a></strong> (Faites passer le message) pour découvrir ce que vous pouvez faire ensuite (leur envoyer un tweet, partager un message sur Facebook ou même créer votre propre canette personnalisée et la montrer à Coca-Cola, Pepsi et ABF pour leur demander d'écouter) et aider dès à présent à mettre un terme aux <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/enjeux/accaparement-des-terres" target="_blank" rel="nofollow">accaparements de terres</a></strong>.</p> <h3>Besoin d'inspiration ?</h3> <p>Découvrez ci-dessous l'étonnante histoire de la campagne La face cachée des marques contre les accaparements de terres jusqu'à présent (en anglais). Nous sommes très fiers de vous et de nos partenaires et de la façon créative, formidable et influente dont vous avez fait passer le message aux entreprises. Continuez ainsi !</p> <p></p> <h3>En savoir plus</h3> <p><strong>Blog : <a href="/fr/blogs/13-10-18-journee-alimentation-face-cachee-marques-meme-cause" rel="nofollow">La Journée de l’alimentation et La face cachée des marques : une même cause</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Coca-Cola, Pepsi et ABF ignorent-ils l’avis de plus de 175 000 de leurs consommateurs ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-10-31-parece-que-coke-pepsi-ABF-est%C3%A1n-ignorando-175.000-clientes" title="Parece que Coca-Cola, Pepsi y ABF están ignorando a 175.000 de sus clientes" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-10-29-coke-pepsi-abf-ignoring-175000-customers" title="Are Coke, Pepsi and ABF ignoring more than 192,000 of their customers?" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Wed, 30 Oct 2013 11:22:08 +0000 Al Kinley 10490 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10490#comments La Journée de l’alimentation et La face cachée des marques : une même cause http://l.blogs.oxfam/en/node/10479 <div class="field field-name-body"><p>Mercredi avait lieu la <strong><a href="http://www.fao.org/getinvolved/worldfoodday/fr/" target="_blank" rel="nofollow">Journée mondiale de l’alimentation</a></strong>. Ce fût également une journée marquante dans la campagne « La face cachée des marques » aux États-Unis, aux Pays-Bas et au Canada. Mais quel est le lien ? Quel est donc le rapport entre les bénévoles qui brandissaient leur bannière devant le siège social de PepsiCo et une journée qui invite le monde entier à s’unir contre la faim ?</p> <p>Reprenons les choses depuis le début. La Face cachée des marques s’inscrit dans le cadre de la campagne <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/" target="_blank" rel="nofollow">CULTIVONS</a></strong> d’Oxfam. Celle-ci s’articule autour d’un message simple : trop de personnes à travers le monde souffrent de la faim à cause d’un système défaillant. </p> <p>Le système alimentaire est certes complexe, mais nous savons qu’il se trouve entre les mains d’un petit nombre d’acteurs puissants : alors que 7 milliards de personnes consomment des produits alimentaires dans le monde, moins de 500 entreprises contrôlent 70 % du marché alimentaire. La campagne « <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr" target="_blank" rel="nofollow">La Face cachée des marques</a></strong> » braque les projecteurs sur dix de ces grandes entreprises qui produisent des marques aussi connues que Coca-Cola et Cadbury.</p> <p>Ces entreprises du secteur agroalimentaire reposent sur le travail des agriculteurs et agricultrices qui produisent les ingrédients à la base de leurs produits, tels que le sucre des boissons les plus populaires ou le cacao des barres au chocolat. Pourtant, force est de constater que <strong>bon nombre de ces producteurs et ouvriers agricoles souffrent de la faim</strong>. Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ;  il appartient à ces « dix géants » d’user de leur influence, qui est considérable, pour lutter contre la faim et la pauvreté dans leurs chaînes d’approvisionnement. Nous faisons pression sur eux <strong><a href="/fr/blogs/13-10-16-accaparements-terres-tolerons-aucun-abus" rel="nofollow">pour qu’ils agissent</a></strong> dans toute une série de domaines.</p> <p></p> <p>Oxfam est en négociation avec la plupart de ces dix entreprises afin de les aider à améliorer leurs pratiques et politiques. En parallèle, nous orchestrons des actions de campagne sur un domaine clé, ciblant plus particulièrement trois entreprises. En février, nous avons ainsi lancé une action en faveur des productrices de cacao, avec pour cibles Mars, Mondelēz et Nestlé. <strong><a href="/fr/blogs/13-04-24-plus-grands-fabricants-chocolat-monde-fondent-sous-pression-consommateurs" rel="nofollow">Et nous avons gagné !</a></strong> </p> <p>Il y a deux semaines, nous avons lancé une nouvelle action dans le domaine des droits fonciers, exhortant Coca-Cola, Pepsi et ABF à s’assurer que leur sucre n’entraîne pas d’accaparements de terres. Si vous ne l’avez pas encore fait, <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/accaparements-de-terres" target="_blank" rel="nofollow">signez l’appel dès aujourd’hui</a></strong> !</p> <p></p> <p>Nous poursuivrons notre campagne avec détermination jusqu’à ce que ces entreprises entendent et approuvent nos revendications : nous parlons aux médias, nous avons déclenché une <strong><a href="https://www.thunderclap.it/projects/5328-wfd2013-get-behindthebrands?locale=en" target="_blank" rel="nofollow">action collective sur les médias sociaux</a></strong> et nous continuons à promouvoir notre pétition qui a, à ce jour, recueilli plus de 65 000 signatures.</p> <p>Nous avons également monté des opérations médiatiques. Mercredi, des bénévoles se sont rendus aux sièges de plusieurs sociétés aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas. Pour attirer l’attention sur la question, ils ont brandi d’immenses banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Attention : certains ingrédients peuvent causer des accaparements de terres. » En parlant à leurs employés, nous espérons susciter un débat sur les <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/enjeux/accaparement-des-terres" target="_blank" rel="nofollow">accaparements de terres</a></strong> au sein des entreprises. Et si l’indignation du grand public fait écho à ce débat interne, en ligne et hors ligne, les entreprises devront bien nous entendre.</p> <p>La lutte contre les accaparements de terres est un petit, et néanmoins important, élément de la lutte contre la faim. Les accaparements de terres chassent des familles de chez elles et les privent de leurs moyens de subsistance. Il est temps d’en finir. Vous pouvez contribuer à y mettre fin. Quelques jours après la Journée mondiale de l’alimentation 2013 et alors que la <strong><a href="/fr/blogs/13-10-14-semaine-cultivons" rel="nofollow">semaine CULTIVONS</a></strong> touche à sa fin, vous aussi, <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/accaparements-de-terres" target="_blank" rel="nofollow">joignez-vous aux militants et militantes du monde entier</a></strong> qui luttent contre les accaparements de terres.</p> <p></p> <p><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/signup" target="_blank" rel="nofollow"></a></p></div><div class="field field-name-title"><h2>La Journée de l’alimentation et La face cachée des marques : une même cause</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-10-17-world-food-day-behind-brands-connecting-dots" title="World Food Day and Behind the Brands: Connecting the dots" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-10-17-dia-mundial-de-la-alimentacion-y-tras-la-marca-uniendo-los-puntos" title="Día Mundial de la Alimentación y Tras la Marca: Uniendo puntos" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Fri, 18 Oct 2013 09:28:31 +0000 Georgi York 10479 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10479#comments À quel point est-il difficile de dire « Nous ne tolérons aucun abus » ? http://l.blogs.oxfam/en/node/10471 <div class="field field-name-body"><p>Pour une entreprise, est-ce tellement ardu de déclarer « nous ne tolérons aucune violation des droits humains » ? Prenons l’exemple d’une entreprise multimillionnaire qui dépend de la qualité de ses relations publiques à travers le monde. À coup sûr cette entreprise voudrait s’assurer que tout le monde sache qu’elle ne tolère absolument aucun <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/enjeux/accaparement-des-terres" target="_blank" rel="nofollow">accaparement de terres</a></strong> dans sa chaine d’approvisionnement, par exemple.</p> <p>Et pourtant, de manière surprenante et dramatique, nous ne parvenons pas à ce qu’une seule des dix grandes entreprises de l’agroalimentaire fasse une déclaration de ce genre. En fait, pour des sociétés jouant tellement <strong><a href="http://grist.org/article/food-2010-11-09-the-fast-food-industrys-4-2-billion-marketing-blitz/" target="_blank" title="The fast-food industry’s $4.2 billion marketing blitz" rel="nofollow">le jeu du marketing</a></strong>, elles sont restées bien silencieuses en la matière.</p> <h3>On ne peut pas prétendre qu’il n’y a aucun problème</h3> <p>La semaine dernière, la campagne <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr" target="_blank" rel="nofollow">« la Face cachée des marques »</a></strong> s’est tournée vers les trois plus gros acheteurs et producteurs de sucre : Associated British Foods, Coca-Cola et PepsiCo. En fait, nous avons demandé aux dix entreprises figurant sur la fiche d’évaluation de la Face cachée des marques d’améliorer leurs politiques relatives au foncier. Nous nous sommes concentrés sur 3 géants du sucre en raison de leur immense influence et du fait que le secteur sucrier, en raison de sa croissance, est de plus en plus susceptible d’entraîner des conflits fonciers.</p> <p>Nous avons publié un <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/fievre-sucre" rel="nofollow">rapport</a></strong> et rencontré les entreprises. Coca-Cola et PepsiCo ont fait des déclarations publiques. <strong><a href="/fr/blogs/13-10-03-coca-cola-pepsico-et-associated-british-foods-–-leurs-declarations-et-ce-que-nous-sav" rel="nofollow">Nous y avons répondu.</a></strong></p> <h3>Coca-Cola</h3> <p>Coca-Cola a dit <strong><a href="http://www.coca-colacompany.com/press-center/company-statements/sustainable-agriculture-guiding-principles" target="_blank" title="Sustainable Agriculture Guiding Principles - Coca-Cola" rel="nofollow">à plusieurs reprises</a></strong> « demander à ses fournisseurs de reconnaitre et de protéger les droits des communautés et des peuples autochtones afin de maintenir leur accès à la terre et aux ressources naturelles ». La société a aussi déclaré à <strong><a href="http://www.mintpressnews.com/coke-pepsi-sugar-supplies-tied-to-global-land-grabs-conflict/170102/" target="_blank" title="Coke, Pepsi Sugar Supplies Tied To Global Land Grabs, Conflict" rel="nofollow">Mint Press News</a></strong> avoir soumis une proposition à Oxfam qui « souligne des domaines clés d’action concrète, en ce compris des évaluations d’impact potentiel et un plus haut niveau de transparence dans sa chaine d’approvisionnement ». Tout cela est vrai – mais loin d’être suffisant.</p> <p>Nous exigeons que Coca-Cola reconnaisse que les conflits fonciers constituent un grave problème dans le secteur. Nous voulons qu’elle s’engage à mettre en œuvre le principe du consentement libre, informé et préalable dans l’ensemble de ses opérations. Il est nécessaire qu’elle publie les informations relatives à ses fournisseurs et volumes d’approvisionnement de sorte que les communautés touchées soient mieux informées pour pouvoir communiquer avec Coca-Cola. D’autres lacunes subsistent également – notamment des engagements en matière de transparence des marchés et de règlement équitable des litiges. Coca-Cola a encore du chemin à parcourir.</p> <h3>PepsiCo</h3> <p>PepsiCo affirme prendre ces problèmes très au sérieux et être engagée en faveur de la responsabilité sociale. Cette société a immédiatement rediffusé son rapport annuel de durabilité publié le mois dernier. Néanmoins, nous n’y avons vu aucun signe d’une politique globale en matière de foncier digne du XXIe siècle. PepsiCo peut être leader en la matière, comme elle l’a été il y a quelques années en prenant le risque de reconnaître le <strong><a href="http://www.pepsico.com/Purpose/Environmental-Sustainability/Water" target="_blank" title="PepsiCo takes a comprehensive approach to water stewardship - PepsiCo" rel="nofollow">droit à l’eau</a></strong> comme droit humain. Elle pourrait donc agir de même pour la terre.</p> <h3>Associated British Foods</h3> <p><strong><a href="http://www.abf-grocery-grads.com/" target="_blank" title="Associated British Foods - Who are we?" rel="nofollow">ABF</a></strong> a repoussé notre appel à améliorer ses politiques et à faire preuve de davantage d’ouverture sur la manière exacte dont elle respecte les droits fonciers. Fait encourageant, elle a admis l’importance de s’associer et de négocier avec les communautés locales dans ses activités sucrières. Nous exigeons qu’elle suive ces principes dans l’ensemble de ses activités et traduise ses paroles en actes. Il est nécessaire qu’ABF s’engage à une tolérance zéro des accaparements de terres.</p> <h3>Nestlé</h3> <p>Nestlé a mis en avant sa place de numéro 1 dans notre fiche d’évaluation et a fait valoir qu’elle a adopté une nouvelle <strong><a href="http://www.nestle.com/asset-library/documents/creating-shared-value/responsible-sourcing/nestle-responsible-sourcing-guidelines.pdf" target="_blank" title="Nestlé General Responsible Sourcing Guidelines for Materials of Agriculture, Forestry, Fishery and Aquaculture Origin - Nestlé (PDF)" rel="nofollow">politique relative au consentement libre, informé et préalable des communautés</a></strong> locales et autochtones pour 12 produits dont l’huile de palme, le sucre et le soja. Si nous reconnaissons les efforts de Nestlé, nous les mettons également en perspective. Nestlé est parvenue en tête du classement mais ne dépasse pas les 61 % - étant tout juste admise dans la catégorie « assez bien ». Et alors que son score en matière de terres a grimpé de 3 à 5, cela maintient toujours l’entreprise dans la catégorie « quelques progrès ». Nestlé a donc encore beaucoup à améliorer.</p> <h3>Danone et Mars</h3> <p><strong><a href="http://www.danone.com/?lang=fr" target="_blank" title="Danone" rel="nofollow">Danone</a></strong> et <strong><a href="http://www.mars.com/" target="_blank" rel="nofollow">Mars</a></strong> ont cité leurs engagements en matière de développement durable, mais ce mot est tellement galvaudé qu’il n’est pas évident de comprendre exactement comment il s’applique à une problématique aussi spécifique que celle de la terre. Nous n’avons eu vent d’aucun changement concret de leurs politiques qui leur permettrait de quitter leur piètre score d’1 sur 10 en matière de terres. </p> <h3>Mondelez, Kellogg et General Mills</h3> <p>Encore plus décevant : le manque complet de commentaires de <strong><a href="http://www.mondelezinternational.com/home/index.aspx" target="_blank" rel="nofollow">Mondelez</a></strong> et <strong><a href="http://www.kelloggcompany.com" target="_blank" rel="nofollow">Kellogg</a></strong> et l’impossibilité totale pour un journaliste brésilien de ne serait-ce que prendre contact avec <strong><a href="http://www.generalmills.com/" target="_blank" rel="nofollow">General Mills</a></strong>.</p> <h3>Unilever</h3> <p><strong><a href="http://www.unilever.com/" target="_blank" rel="nofollow">Unilever</a></strong> a, au moins, reconnu que le droit à la terre est fondamental pour le droit à l’alimentation et nous trouvons encourageante son apparente volonté de à mettre en œuvre les directives du Comité de la sécurité alimentaire mondiale. Toutefois, Unilever doit encore accepter de s’engager spécifiquement en la matière comme Oxfam le demande.</p> <h3>Pour une tolérance zéro</h3> <p>Nous demandons aux dix entreprises de s’engager totalement pour une tolérance zéro des accaparements de terres dans l’ensemble de leurs chaines d’approvisionnement et de publier de manière indépendante des études d’impact social, environnemental et en matière de droits humains, particulièrement dans des cas relatifs à la terre. Nous continuons d’insister auprès de ces sociétés pour qu’elles révèlent d’où vient leur sucre et en quel volume. </p> <p>Nous sommes convaincus que ces entreprises ont un réel intérêt à prendre les devants sur la problématique des terres avant qu’elle ne les atteigne de plein fouet :</p> <ul><li>Les consommateurs veulent avoir la garantie que leurs aliments et boissons n’ont pas été produits aux dépens de personnes chassées de leurs terres</li> <li><strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/pressroom/pressrelease/2013-09-17/geants-agroalimentaire-fonds-investissement" target="_blank" title="Les géants de l’agroalimentaire pressés par les investisseurs de renforcer la transparence" rel="nofollow">Les investisseurs veulent avoir la garantie</a></strong> que les entreprises savent, communiquent et gèrent les risques dans leurs chaines d’approvisionnement.</li> <li>Les communautés touchées  veulent simplement que leurs droits soient respectés. Les équipes d’Oxfam et nos partenaires l’entendent tous les jours. </li> </ul><p><strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actnow" target="_blank" rel="nofollow">Dites à Coca-Cola, PepsiCo et Associated British Foods (ABF)</a> - et à l'ensemble des géants de l'industrie agroalimentaire - de s’assurer que leur sucre n’entraîne pas d’accaparements de terres.</strong></p> <p><a href="/sites/blogs.oxfam.org/files/rb1194_Whoownswhat-FRENCH.png" target="_blank" rel="nofollow"></a></p></div><div class="field field-name-title"><h2>À quel point est-il difficile de dire « Nous ne tolérons aucun abus » ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-10-11-how-difficult-it-say-we-do-not-tolerate-abuse" title="How difficult is it to say “we do not tolerate abuse”?" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Wed, 16 Oct 2013 08:21:27 +0000 Judy Beals 10471 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10471#comments La face cachée des marques : le compte à rebours a commencé http://l.blogs.oxfam/en/node/10444 <div class="field field-name-body"><p>Mercredi 2 octobre, nous lancerons un nouveau volet de la campagne La face cachée des marques. Tout est encore top-secret. Mais en attendant le lancement, voici une bande-annonce exclusive pour un petit avant-goût.</p> <p>Pour découvrir la campagne en primeur, <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/signup" target="_blank" rel="nofollow">inscrivez-vous dès aujourd’hui</a></strong>. Et continuez à lire pour en savoir plus sur la Face cachée des marques.</p> <h3>La face cachée des marques : le chemin parcouru</h3> <p>Depuis son lancement en février, la campagne <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/lafacecachedesmarques" target="_blank" rel="nofollow">La face cachée des marques</a></strong> a mobilisé plus de 120 000 personnes qui ont appelé les dix géants de l’agroalimentaire à changer leurs pratiques.</p> <p>Quand vous avez demandé aux grands fabricants mondiaux de chocolat de traiter correctement les femmes qui cultivent leur cacao, <strong><a href="/fr/blogs/13-04-23-vous-avez-entendu-notre-appel-les-entreprises-nous-ont-ecoutes" rel="nofollow">Mars, Mondelez et Nestlé vous ont écoutés</a></strong> et se sont engagés à assurer le bon respect des <strong><a href="/fr/blogs/13-04-24-plus-grands-fabricants-chocolat-monde-fondent-sous-pression-consommateurs" rel="nofollow">droits des productrices de cacao</a></strong> dans leurs chaînes d’approvisionnement.</p> <p>Les succès remportés jusqu’à présent n’auraient pas été possibles sans <strong>votre pouvoir d’action</strong> ! À votre voix, les entreprises ont réagi et ont commencé à améliorer le système.</p> <h3>Le prochain épisode</h3> <p>Mais cela ne s’arrête pas là. La campagne se penche à présent sur le sucre, un ingrédient essentiel de nombre de nos marques préférées. Les dix géants en achètent et produisent des quantités astronomiques. Mais vous êtes-vous déjà demandé d’où vient ce sucre ?</p> <h3>Tout sera révélé le 2 octobre</h3> <p><strong>Vous avez le pouvoir d’adoucir l’avenir.</strong> Inscrivez-vous dès aujourd’hui [link to sign up] pour découvrir en primeur lesquels des dix géants nous ciblons – et pourquoi.</p> <p><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/signup" rel="nofollow"><strong></strong></a></p> <h3>Sur le même sujet</h3> <p><strong>Blog : <a href="/fr/blogs/13-06-21-derriere-face-cachee-marques-vous-avez-pouvoir" rel="nofollow">Derrière la face cachée des marques, vous avez le pouvoir</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>La face cachée des marques : le compte à rebours a commencé</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-09-26-behind-brands-countdown-next-chapter" title="Behind the Brands: Countdown to the next chapter" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-09-26-empieza-la-cuenta-atras-6-dias-para-el-lanzamiento" title="Empieza la cuenta atrás: 6 días para el lanzamiento" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Thu, 26 Sep 2013 23:00:00 +0000 Georgi York 10444 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10444#comments Allons de l'avant : changeons la façon dont les marques opèrent http://l.blogs.oxfam/en/node/10432 <div class="field field-name-body"><h3>Et voilà le résultat !</h3> <p>Plus de 120 000 personnes en action,  les dix plus grandes entreprises du secteur alimentaire, et une campagne révolutionnaire. Combinez ces trois ingrédients et qu'obtient-on ? Les prémices d'un système alimentaire plus équitable pour tous.</p> <p>Nous sommes aujourd’hui ravis de vous annoncer les premiers changements majeurs au niveau de la fiche d’évaluation de « La face cachée des marques » : <strong>cinq des dix géants de l’agroalimentaire grimpent au classement</strong>. Grâce aux actions que vous avez entreprises, Coca-Cola, Danone, General Mills, Nestlé et Unilever ont tous pris des mesures pour améliorer leurs politiques et leurs pratiques concernant des problématiques clés.</p> <p>Ces changements prouvent que les entreprises vous prêtent attention. Voici quelques exemples montrant comment votre travail de campagne a fait la différence :</p> <ul><li>Avant le lancement de la campagne, seulement deux des dix géants avaient adhéré aux <strong><a href="http://www.unwomen.org/fr/partnerships/businesses-and-foundations/womens-empowerment-principles" target="_blank" title=" pour l'entreprise aussi, l'égalité est une bonne affaire" rel="nofollow">Principes d’autonomisation des femmes de l’ONU</a></strong>. À présent, <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/probl%C3%A9matiques/femmes" target="_blank" rel="nofollow">six d’entre eux y ont adhéré</a></strong>.</li> <li>Le groupe <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/coca-cola/coca-cola" target="_blank" rel="nofollow">Coca-Cola</a></strong> vient d'annoncer publiquement qu'il demandera à ses fournisseurs de garantir la <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/probl%C3%A9matiques/eau" target="_blank" rel="nofollow">qualité de l'eau</a></strong> et d'empêcher sa pollution. Ces étapes sont essentielles pour veiller à ce que chacun ait accès à de l'eau propre et potable.</li> <li><strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/nestle/nestle-pure-life" target="_blank" rel="nofollow">Nestlé</a></strong> a entendu le besoin de reconnaître de manière plus complète les <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/probl%C3%A9matiques/terres" target="_blank" rel="nofollow">droits fonciers</a></strong> et est devenu le premier des dix géants à pleinement soutenir des directives visant à garantir que les fournisseurs obtiennent le consentement des communautés avant toute transaction foncière convenue pour l'approvisionnement en sucre, <strong><a href="http://oxf.am/UeC" rel="nofollow">huile de palme</a></strong>, soja et autres matières premières.</li> </ul><h3></h3> <h3>Félicitations à vous ! </h3> <p>Bien qu'il reste encore beaucoup à faire, nous devrions nous montrer reconnaissants envers ces entreprises, qui apportent un changement positif à leur façon d'opérer. Mais c'est vous, les personnes qui nous ont aidés à y parvenir, que nous devons féliciter ! Lorsque plus de 120 000 personnes du monde entier se rassemblent et s'expriment à l'unisson, les marques que vous aimez doivent vous écouter.</p> <p><strong>Chaque signature de <a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/agissez" target="_blank" rel="nofollow">pétition</a>, chaque <a href="https://twitter.com/search?q=%23facecach%C3%A9e&amp;src=hash" target="_blank" rel="nofollow">tweet</a> et chaque commentaire sur <a href="https://www.facebook.com/GROWgarden" target="_blank" rel="nofollow">Facebook</a> appelle au changement</strong>, et les grands groupes agroalimentaires ne peuvent l'ignorer. En demandant à vos marques préférées de rendre leurs produits plus attirants, vous aidez à apporter un véritable changement aux politiques essentielles ayant des répercussions sur la population et la planète, telles que les politiques liées à l'eau, aux droits des femmes et aux droits fonciers.</p> <p>Et votre travail de campagne est soutenu par quelques importants protagonistes du secteur financier : <strong><a href="http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/lettre-fonds-investissements-sept-2013_fr.pdf" target="_blank" rel="nofollow">plus de 30 investisseurs, représentant 1 400 milliards de dollars d’actifs</a></strong>, ont signé une déclaration exhortant les dix géants de l’agroalimentaire d'améliorer leurs pratiques commerciales, [link to letter].</p> <h3>Ce n'est que le début </h3> <p>Les progrès découlant des actions que vous avez entreprises sont une étape importante vers un futur où chacun mangera à sa faim [link to GROW page]. Mais ces géants de l'alimentation doivent en faire bien davantage pour garantir <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons" rel="nofollow">un système alimentaire équitable pour tous</a></strong>.</p> <p><strong>Les résultats de ces entreprises progressent doucement, mais elles doivent travailler plus rapidement</strong> à l'amélioration des conditions de travail des ouvriers, à la transparence concernant leurs sources d'approvisionnement et au soutien des petits agriculteurs. Et les entreprises pointant en bas du classement de notre fiche d'évaluation ont encore plus de pain sur la planche : elles se retrouvent à la traîne dans cette course à la première place.</p> <h3>À suivre... </h3> <p>Dans les prochaines semaines, nous lancerons <strong>une nouvelle phase de la campagne « La face cachée des marques »</strong> pour veiller à ce que les dix géants accomplissent de réels progrès. À présent, et plus que jamais, nous avons besoin de votre voix pour donner encore plus d'importance à la campagne, afin d'observer des progrès encore plus notables concernant la façon dont ces entreprises opèrent.</p> <p>Pourquoi ne pas partager la nouvelle et demander à deux de vos amis de nous rejoindre lors de la prochaine phase de « La face cachée des marques » ? Ensemble nous pouvons réaliser des progrès bien plus importants en faveur d'un système alimentaire plus équitable pour tous.</p> <h3><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/actualit%C3%A9/agissez" target="_blank" rel="nofollow">Faites-vous entendre, faites changer vos marques préférées !</a></h3> <p><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/signup" target="_blank" rel="nofollow"> <p></p></a></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Allons de l&#039;avant : changeons la façon dont les marques opèrent</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-09-17-un-cambio-positivo-en-la-manera-en-que-funcionan-las-grandes-empresas" title="Un cambio positivo en la manera en que funcionan las grandes empresas" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-09-11-moving-changing-way-big-brands-do-business" title="Moving on up: Changing the way big brands do business" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 17 Sep 2013 23:01:00 +0000 Georgi York 10432 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10432#comments Votre marque préférée arrivera-t-elle en tête de peloton ? http://l.blogs.oxfam/en/node/10383 <div class="field field-name-body"><p><strong>Nous constatons déjà que des entreprises se sont engagées à adopter de meilleures pratiques dans le cadre de leurs activités. C'est grâce à vous ! Mais nous pouvons en <a href="http://ow.ly/ncliH" target="_blank" rel="nofollow">faire encore plus</a> pour maintenir la pression, via Twitter et Facebook.</strong></p> <p>Depuis que nous avons lancé la campagne <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/" target="_blank" rel="nofollow">« La face cachée des marques »</a></strong> en février, plus de 10 000 d'entre vous ont répondu à l'appel pour que les marques que vous aimez en fassent davantage en faveur des personnes et des ressources qui permettent de fabriquer leurs produits.</p> <p>Votre action a déjà incité Nestlé, Mondelez et Mars, trois des plus gros fabricants de chocolat au monde, à s'engager à <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/campaign-news/women-cocoa-roadmap" target="_blank" rel="nofollow">traiter correctement les femmes</a></strong> dans leur chaîne d’approvisionnement.</p> <p>Toutefois, chaque entreprise a encore un long chemin à parcourir pour améliorer son classement. Il est donc maintenant important de faire pression sur chacune de ces entreprises pour leur montrer qu'elles doivent toutes s’impliquer et produire de manière juste nos aliments et boissons préférés. </p> <p><a href="/sites/blogs.oxfam.org/files/BtB-sscorecard-21Jun_FR_0.jpg" target="_blank" rel="nofollow"></a></p> <h3>Course pour la première place</h3> <p>Bien sûr, nous voulons toutes et tous que chacune de ces entreprises s'améliore sur l’ensemble des thèmes abordés dans notre fiche d'évaluation. Mais en parlant d’une seule et même voix, nous avons plus de chances d’être entendu-e-s. Nous avons donc analysé et identifié les principales possibilités d’amélioration au sein de chaque entreprise, pour que vous soyez sûr-e-s de pouvoir vraiment faire changer les choses, du mieux possible. Vous pouvez agir pour influer sur les entreprises et les problèmes qui vous tiennent le plus à cœur et maintenir la pression pour améliorer leur façon d’opérer. Votre avis compte pour les marques que vous aimez : elles devront donc vous écouter et agir.</p> <h3>Bonne nouvelle !</h3> <p>Nous pouvons d'ores et déjà vous faire part de bonnes nouvelles concernant « La face cachée des marques » : <strong><a href="http://www.unilever.com/sustainable-living/betterlivelihoods/our-approach/" target="_blank" title="Unilever - Sustainable Living" rel="nofollow">Unilever</a></strong> vient d'annoncer publiquement de nouveaux engagements destinés à améliorer la situation des femmes dans leur chaîne d’approvisionnement.</p> <p>Votre soutien à la campagne « La face cachée des marques » a déjà incité Unilever a entamé des actions pour mieux traiter les femmes, et pour répondre aux <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/en/brands/unilever/knorr" target="_blank" rel="nofollow">principales possibilités d’amélioration</a></strong> que nous avions identifiées. Unilever a reconnu publiquement l'importance des droits des femmes et de leur inclusion dans l'économie comme une priorité de l'entreprise, ainsi que le rôle que jouent les femmes dans leur communauté et dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, et les obstacles auxquels elles doivent faire face.</p> <p><strong>Unilever s'est publiquement engagé</strong> à adhérer aux <strong><a href="http://www.unwomen.org/fr/partnerships/businesses-and-foundations/womens-empowerment-principles/" target="_blank" rel="nofollow">Principes d'autonomisation des femmes de l'ONU</a></strong>, à travailler à l'augmentation de l'intégration économique et des opportunités d'emploi ouvertes aux femmes, et à aider à renforcer leurs capacités dans des domaines tels que l'éducation financière.</p> <p>Surveillez le <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/unilever/knorr" target="_blank" rel="nofollow">classement d'Unilever</a></strong> concernant les femmes dans la prochaine mise à jour de notre fiche d'évaluation, et soyez fiers et fières d'avoir contribué à rendre leurs marques encore plus populaires.</p> <h3>Comment puis-je changer les choses maintenant ?</h3> <p>Jetez un coup d'œil sur les informations concernant « la meilleure façon de changer la donne » pour votre marque préférée, et faites entendre votre voix sur Twitter et Facebook pour faire pression sur l'entreprise afin qu'elle s'engage à faire mieux d’ici septembre.  </p> <p>Alors qu'attendez-vous ? Jetez un coup d'œil à toutes les autres façons de <strong><a href="http://ow.ly/ncliH" target="_blank" rel="nofollow">rendre vos marques préférées plus populaires</a></strong>.</p></div><div class="field field-name-title"><h2>Votre marque préférée arrivera-t-elle en tête de peloton ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-07-22-conseguira-tu-marca-favorita-llegar-lo-mas-alto-de-la-clasificacion" title="¿Conseguirá tu marca favorita llegar a lo más alto de la clasificación?" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-07-22-will-your-favorite-brand-make-it-top-scorecard" title="Will your favorite brand make it to the top of the scorecard?" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Mon, 22 Jul 2013 16:43:18 +0000 Valentina Montanaro 10383 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10383#comments Nous avons parcouru beaucoup de chemin… non ? http://l.blogs.oxfam/en/node/10317 <div class="field field-name-body"><p>Tandis que l’égalité des sexes est inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations unies de 1948, dans la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et dans la législation de la plupart des pays, <strong>les conditions de participation des femmes aux marchés et leur rémunération correspondante demeurent tristement inégales par rapport aux hommes</strong>. De nombreuses femmes occupent des emplois provisoires ou informels et restent donc « invisibles » aux yeux de la loi et de la réglementation. Actuellement, les femmes supportent également une charge disproportionnée de tâches ménagères, s’occupant de 80 % des travaux non rémunérés. Le commerce à lui seul ne peut régler ces problèmes, mais les pratiques institutionnelles peuvent à la fois aggraver et perpétuer les inégalités entre hommes et femmes, ou elles peuvent également aider à montrer la voie en faveur de l’égalité des sexes.</p> <p><strong>Les chiffres parlent d’eux-mêmes :</strong></p> <ul><li> En Afrique subsaharienne, environ <strong>80 % des ouvrières occupent un emploi vulnérable</strong>.</li> </ul><ul><li>En Asie du Sud, 36 % des femmes participent au marché du travail.<strong> Moins de 50 % d’entre elles reçoivent un salaire déclaré</strong> et la majorité travaillent dans des secteurs informels, en sous-traitance et à domicile.</li> </ul><ul><li> <p>Au Kenya, la moitié des petites et moyennes entreprises sont détenues par des femmes, mais la croissance de ces entreprises s’avère inférieure à celles détenues par des hommes, à cause du<strong> manque d’aide et de ressources</strong>. </p> </li> </ul><p>Les<strong> <a href="http://weprinciples.org/" target="_blank" rel="nofollow">Principes d’autonomisation des femmes</a></strong> des Nations unies sont le résultat de la collaboration entre <strong><a href="http://www.unwomen.org/fr/" target="_blank" rel="nofollow">ONU Femmes</a></strong>, l’entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, créée par le l’UN General Assessment (Évaluation générale des Nations unies) en 2010, et le <strong><a href="http://unglobalcompact.org/Languages/french/index.html" target="_blank" rel="nofollow">Pacte mondial des Nations Unies</a></strong> , une initiative politique pour les entreprises s’engageant à aligner leurs opérations et stratégies à dix principes universellement acceptés touchant des droits de l’homme, les normes du travail, l’environnement et la lutte contre la corruption. </p> <p><strong>Les principes d’autonomisation des femmes sont un ensemble de principes destinés aux entreprises et leur offrant des conseils sur la façon d’autonomiser les femmes sur le lieu de travail, le marché et au sein de leur communauté.</strong></p> <p><strong> Les sept principes sont les suivants :</strong></p> <p><strong>Principe 1 : <a href="http://weprinciples.org/Site/Principle1/" target="_blank" rel="nofollow">Avoir une direction favorable à l’égalité des sexes au plus haut niveau des entreprises</a></strong></p> <p><strong>Principe 2 : <a href="http://weprinciples.org/Site/Principle2/" target="_blank" rel="nofollow">Traiter tous les hommes et les femmes de manière équitable au travail — respecter et appuyer les droits de l’homme et la non-discrimination</a></strong></p> <p><strong>Principe 3 : <a href="http://weprinciples.org/Site/Principle3/" target="_blank" rel="nofollow">Garantir la santé, la sécurité et le bien-être des travailleurs des deux sexes</a></strong></p> <p><strong>Principe 4 : <a href="http://weprinciples.org/Site/Principle4/" target="_blank" rel="nofollow">Promouvoir l’éducation, la formation et le développement professionnel des femmes</a></strong></p> <p><strong><a href="http://weprinciples.org/Site/Principle4/" rel="nofollow"></a>Principe 5 : <a href="http://weprinciples.org/Site/Principle5/" target="_blank" rel="nofollow">Mettre en œuvre des pratiques permettant d’autonomiser les femmes au niveau du développement des entreprises, de la chaîne logistique et du marketing</a></strong></p> <p><strong>Principe 6 : <a href="http://weprinciples.org/Site/Principle6/" target="_blank" rel="nofollow">Promouvoir l’égalité grâce à des initiatives communautaires et à la mobilisation</a></strong></p> <p><strong> Principe 7 :<a href="http://weprinciples.org/Site/Principle7/" target="_blank" rel="nofollow"> Mesurer et faire rapport publiquement sur les progrès réalisés en faveur de l’égalité des sexes</a></strong></p> <p>S’il n’existe pas de mécanisme d’application ou de conséquence en cas de non-respect des principes, de tels engagements sont l’occasion pour les organisations de la société civile de demander aux entreprises de rendre des comptes. Le principe 7 en particulier encourage les entreprises à établir des points de références spécifiques et des objectifs de progrès en faveur de l’égalité des sexes et à utiliser des données ventilées par sexe lorsque cela s’avère possible pour rendre compte des progrès réalisés à leurs parties prenantes ; et selon les Principes d’autonomisation des femmes de l’ONU, de nombreuses entreprises respectent bien ces engagements.</p> <p>Un des éléments clés de la campagne <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr" target="_blank" rel="nofollow">La face cachée des marques</a></strong> d’Oxfam est la problématique de la transparence, qui sert de méta-thème à la<strong> <a href="http://www.behindthebrands.org/fr/fiche-d'%C3%A9valuation" target="_blank" rel="nofollow">fiche d’évaluation</a></strong> d’Oxfam sur les dix géants de l’agroalimentaire. Tandis que les politiques en faveur des femmes, des ouvriers, des agriculteurs, des terres, de l’eau et du climat contribuent toutes aux impacts sur les communautés vulnérables, les rapports des entreprises permettent à ces communautés et aux autres de comprendre les dynamiques de la chaîne d’approvisionnement et de demander aux acteurs de rendre des comptes. C’est bien ce principe de « connaître et montrer » qui encourage Oxfam à demander aux trois entreprises productrices de chocolat, Mars, Mondelez et Nestlé d’adhérer aux Principes d’autonomisation des femmes en plus de mener des évaluations d’impacts sur les conditions de travail des femmes dans leurs chaînes d’approvisionnement en cacao, de s’engager en faveur de plans d’actions, et d’utiliser leur influence en matière d’initiatives et de projets de certification dans le secteur pour faire une priorité de la problématique des droits des femmes et de l’égalité des sexes. </p> <p>Des principes juridiques flexibles tels que les Principes d’autonomisation des femmes ne remplacent pas des lois et règlements rigides et bien que ces principes ne soient pas une mesure palliative pour assurer l’égalité entre les hommes et les femmes, ils nécessitent que la ou le dirigeant-e de l’entreprise signe une déclaration stipulant que l’entreprise promouvra et mettra en œuvre ces principes. La plupart des dirigeant-e-s prennent au sérieux de tels efforts et envoient ainsi un signal aux employé-e-s de l’entreprise mais également à leurs fournisseurs, montrant que la direction croit en l’égalité des sexes.</p> <p><strong> Oxfam continuera donc à encourager les entreprises à adhérer aux Principes d’autonomisation des femmes ainsi qu’à les mettre en œuvre</strong>. Bien que les femmes aient parcouru un long chemin pour inscrire leurs droits dans les lois et les conventions, pour la plupart d’entre elles dans le monde, la réalité de l’égalité des sexes n’est pas encore matérialisée.</p> <h3>En savoir plus</h3> <p><a href="http://www.behindthebrands.org/fr" target="_blank" rel="nofollow">La face cachée des marques</a></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Nous avons parcouru beaucoup de chemin… non ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-05-20-hemos-recorrido-un-largo-camino" title="Hemos recorrido un largo camino... ¿no?" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-05-17-weve-come-long-way-baby-or-have-we" title="We’ve come a long way baby… or have we?" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 21 May 2013 14:06:51 +0000 Irit Tamir 10317 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10317#comments Jour de la Terre 2013 : les grandes entreprises agroalimentaires en font-elles assez face au changement climatique ? http://l.blogs.oxfam/en/node/10285 <div class="field field-name-body"><p><em>A l’occasion du Jour de la Terre, ce lundi 22 avril, nous publions cette analyse sur la façon dont les grandes entreprises agroalimentaires devraient s’attaquer aux causes et conséquences du changement climatique.</em></p> <p>La semaine dernière lorsque j'ai lu dans les journaux des titres sur la <strong><a href="http://www.bloomberg.com/news/2013-03-11/vietnam-coffee-harvest-may-drop-30-on-drought-vicofa-says-1-.html" target="_blank" title="Vietnam Coffee Harvest May Drop 30% on Drought, Vicofa Says" rel="nofollow">possible chute des récoltes de café au Vietnam de 30 % à cause de la sécheresse</a></strong>, cela m'a inquiété et laissé un goût amer dans la bouche.</p> <p>La cause de cela : le changement climatique.</p> <p>Les événements climatiques de plus en plus graves et les autres impacts climatiques ruinent d'ores et déjà la production alimentaire au niveau mondial, et ce n'est que le début ! Les petits agriculteurs des pays en développement en sont les plus durement frappés et bien trop souvent, les cultures dont dépendent leur vie et leurs moyens de subsistance sont directement mises en danger.</p> <p>Ainsi, lorsqu'Oxfam a commencé à travailler sur sa nouvelle initiative <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr" target="_blank" rel="nofollow">La face cachée des marques</a></strong> et sur une <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/fiche-d'%C3%A9valuation" target="_blank" rel="nofollow">fiche d'évaluation</a></strong> étudiant les politiques des dix plus grandes entreprises agroalimentaires sur une série de problématiques vitales pour les petits agriculteurs, le <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/probl%C3%A9matiques/climat" target="_blank" rel="nofollow">changement climatique</a></strong> en faisait partie, à juste titre.</p> <p>Nous avons étudié les politiques des entreprises sur le changement climatique sous deux angles, en prêtant attention à la façon dont elles agissent sur les causes et les conséquences du réchauffement climatique.</p> <ul><li>Tout d'abord, nous avons cherché à savoir si les principales entreprises <strong>œuvrent réellement contre les risques liés au changement climatique</strong> dans leurs chaînes d’approvisionnement et si elles soutiennent la résilience des petits agriculteurs confrontés aux impacts tels que les pénuries d'eau et les tempêtes.</li> <li>Ensuite, nous avons voulu savoir si ces entreprises œuvraient à <strong>réduire leurs émissions de gaz à effet de serre</strong>, notamment celles d'origine agricole. </li> </ul><p>La plupart de nos évaluations sont basées sur les rapports des entreprises établis selon le format de rapport du <strong><a href="https://www.cdproject.net/en-US/Pages/HomePage.aspx" target="_blank" title="CDP" rel="nofollow">CPD</a></strong> (anciennement Carbon Disclosure Project).</p> <p><strong><a href="http://blogs.oxfam.org/sites/blogs.oxfam.org/files/fr-issues-climate.jpeg" target="_blank"></a></strong></p> <p><strong>Ce que nous avons découvert nous a surpris.</strong> Ce n’est pas parce qu'une entreprise a obtenu une bonne note dans un domaine (le renforcement de la résilience au changement climatique ou la réduction des émissions), qu'elle est exemplaire dans les autres domaines. <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/unilever/ben-and-jerrys" target="_blank" rel="nofollow">Unilever</a></strong>, qui a obtenu une note de 74 % dans la fiche d'évaluation au sujet des émissions, <strong>n'en est qu'à 30 % en ce qui concerne ses politiques autour des risques climatiques et du renforcement de la résilience des petits agriculteurs</strong>. L'entreprise doit se concentrer sur la résilience tout autant qu'elle prête attention aux émissions, bien qu'elle puisse encore faire des progrès en la matière. L'échec d'Unilever à traiter des questions de la résilience souligne le triste état global des choses en ce qui concerne l'engagement des dix géants en matière de risques climatiques et des impacts auxquels sont confrontés les petits agriculteurs. Le score moyen de l'entreprise à ce sujet s'élevait à 25 %.</p> <p>En matière de politiques sur la résilience face au changement climatique, une entreprise, <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/nestle/kit-kat" target="_blank" rel="nofollow">Nestlé</a></strong>, s'est plutôt bien débrouillée. Elle a obtenu un score de 83 % sur les éléments de résilience de sa fiche d'évaluation. Ceci est dû en grande partie au fait que les rapports CPD et autres politiques de l'entreprise mettent l'accent sur l'importance de s'attaquer aux conséquences des changements climatiques tels que les pénuries d'eau ou les conditions météorologiques imprévisibles. Il est toutefois à regretter que l'entreprise n'ait pas obtenu de si bons résultats en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre. Dans ce domaine, globalement, Nestlé se situe dans la moyenne avec un score de 44 %. En revanche, en ce qui concerne ses politiques spécifiques en matière d'<strong>émissions de gaz à effet de serre d'origine agricole, son score chute bien en dessous de la moyenne, à 23 %</strong>.</p> <p>Mais ce qui nous a franchement le plus surpris et déçu, ce sont les <strong>politiques trop faibles de certaines entreprises en matière de changement climatique</strong> dans l'ensemble. <strong><a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/associated-british-foods/twinings" target="_blank" rel="nofollow">Associated British Foods</a>, <a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/general-mills/haagen-dazs" target="_blank" rel="nofollow">General Mills</a>, et <a href="http://www.behindthebrands.org/fr/brands/kelloggs/cornflakes" rel="nofollow">Kellogg’s</a> ont respectivement obtenu des notes de 3 %, 9 % et 12 % en matière de résilience</strong> face au changement climatique. Leurs scores en ce qui concerne leurs politiques sur les émissions de gaz à effet de serre d'origine agricole s'élevaient respectivement à 15 %, 0 % et 8 %. Ces entreprises sont clairement à la traîne lorsqu'il s'agit de s'attaquer aux causes et conséquences du changement climatique sur leurs chaînes d’approvisionnement.</p> <p>Elles doivent prendre conscience des effets de leurs agissements. Les populations les plus pauvres du monde pâtissent des politiques de ces entreprises. Cela doit changer !</p> <p><em>Cet article, traduit de l'anglais au français, a été publié initialement sur le blog d'<strong><a href="http://politicsofpoverty.oxfamamerica.org/2013/03/21/climate-change-behind-the-brands-its-no-magic-trick/" target="_blank" title=" It’s no magic trick" rel="nofollow">Oxfam Amérique</a></strong> (Etats-Unis) </em></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Jour de la Terre 2013 : les grandes entreprises agroalimentaires en font-elles assez face au changement climatique ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-04-22-earth-day-climate-change-behind-brands-its-no-magic-trick" title="Earth Day: Climate Change Behind the Brands - it’s no magic trick" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Mon, 22 Apr 2013 16:17:56 +0000 David Waskow 10285 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/en/node/10285#comments