Les plus grands vendeurs d'armes promettent un Traité mondial sur le commerce des armes

A la fin du mois d'octobre, après des années de discussions et de débats aux Nations Unies, la majeure partie des gouvernements (153 en tout) se sont mis d'accord sur un calendrier en vue de créer un Traité mondial sur le commerce des armes qui soit "solide et robuste" et qui serait doté des "normes communes les plus élevées" pour contrôler les transferts internationaux d'armes conventionnelles.

La plupart des plus grands vendeurs d'armes, y compris les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, apportent maintenant leur appui au processus de l'ONU. Dix-neuf États se sont abstenus*, mais l'on s'attend à ce qu'ils prennent quand-même part au processus. Le Zimbabwe est le seul État à avoir voté contre.

Le mérite de cette évolution historique revient surtout aux millions de personnes partout dans le monde qui ont pris part à la campagne Contrôlez les armes et demandé un Traité solide et robuste pour mettre fin à la circulation mortelle des armes à travers les frontières.

Cet accord signifie que le Traité sur le commerce des armes sera négocié au cours d'une série de réunions de l'ONU qui se termineront par une Conférence de l'ONU en 2012. Cette résolution met aussi en lumière la question des transferts d'armes internationaux et de leur contribution aux conflits armés, au déplacement des populations, aux violations des droits des personnes, au crime organisé et au terrorisme, menaçant ainsi la paix, le sécurité et le développement durable.

Les militants ont voulu que toutes ces questions soient incluses dans les débats - maintenant, c'est à nous de continuer de faire pression au cours des deux prochaines années pour nous assurer que nous obtiendrons un traité des plus solides qui sauvera des vies.

Nous avons toutefois des réserves quant à la procédure prévue pour la Conférence finale de l'ONU, qui pourrait donner à chaque pays le droit d'opposer son veto au Traité. Ce changement dans le règlement - demandé par les États-Unis - signifie qu'un petit nombre d'États sceptiques pourraient menacer l'ensemble du processus de création du Traité, alors qu'il est clair que le monde entier souhaite la mise en place d'un Traité robuste.

Pendant bien trop longtemps les gouvernements ont laissé la circulation des armes hors de contrôle, provoquant la souffrance et la mort dans certaines régions les plus pauvres du monde. Chaque année, des centaines de milliers de personnes sont victimes des violences armées, tandis que leurs communautés et leurs modes de vie sont détruits par les armes qui se retrouvent entre les mains de criminels et de personnes sans respect pour les droits humains. Ce changement d'attitude, qui vise à commencer sérieusement à élaborer un Traité, devrait permettre de mettre fin à la circulation de ces armes.

* Les États qui se sont abstenus sont les suivants : Arabie saoudite, Bahreïn, Biélorussie, Chine, Cuba, EAU, Égypte, Inde, Iran, Koweït, Libye, Nicaragua, Pakistan, Qatar, Russie, Soudan, Syrie, Venezuela et Yémen.

En savoir plus sur la Campagne Contrôlez les armes d'Oxfam.

Comparte esta página: