Le mauvais temps, les négociations de Bonn nous laissent brûler

Pendant que le thermomètre enregistrait 36 °C à Moscou la semaine dernière, le président russe Dimitri A. Medvedev a reproché publiquement au changement climatique d’avoir entraîné la crise actuellement en cours qui a mené aux incendies de brousse incontrollables et à la décimation des récoltes. En décrivant le désastre qui se développait il a parlé du besoin d’un « coup de réveil » pour que tous les chefs d’état agissent d’urgence sur le changement climatique.

Il est donc surprenant que les négociations de l’ONU à Bonn la semaine dernière sur le changement climatique ont fait peu pour ouvrir les yeux des dirigeants aux défis climatiques très réels auxquels le monde et certains de ses habitants les plus vulnérables font face. En fait, à la clôture des négociations Oxfam a lancé un avertissement, qu’il y a eu peut-être une diminution des espérances en amont du prochain sommet de l’ONU sur le climat, qui aura lieu à Cancun en fin d’année. Actuellement, c’est inquiétant.

Comme si les températures dévastatrices ne suffisaient pas pour secouer les négociateurs les plus endormis, on pourrait penser que les inondations sans précédent au Pakistan le feraient. Erreur ! Bien que nous ne puissions attribuer ces terribles inondations directement et exclusivement au changement climatique, la tendance est claire: autant que le changement climatique prend de la vitesse, des événements climatiques extrêmes deviendront plus fréquents et plus sévères. Ces événements sont également consistantes avec les impacts prévus du climat sur la région. C’est évident, comme le montrent les enquêtes sur le temps d’une intensité croissante dans la région.

Malgré cela, malgré les milliards de personnes touchées, les pourparlers ne sont pas allés aussi loin qu’il ne le fallait.

On peut tirer de l’espoir des discussions concernant l’argent nécessaire pour permettre aux pays pauvres de s’adapter au changement climatique. Oxfam comprend que les contributions des pays riches à cette intention seront bientôt rendues publiques – un pas-clé pour rendre le processus plus transparent qu’il ne l’est actuellement. En plus, on fait du progrès vers l’établissement d’un nouveau fonds critique qui assurera que l’argent arrive chez les gens qui en ont le plus grand besoin.

Cependant, dans la perspective de la réunion COP 16 de Cancun qui approche, il faut faire un progrès plus concret qui relève les vrai défis – résultant du changement climatique – auxquels les communautés autour du monde font face.

Engagez-vous pour le climat

Comparte esta página: