G20 : encore une de ces pétitions ennuyantes ? Non !

C’est vrai, une pétition, ça n’a rien d’original. D’ailleurs, les abolitionnistes utilisaient déjà les pétitions au 19e siècle (ainsi que la plupart des méthodes modernes utilisées pour mener une campagne, à l’exception des blogs, je suppose). Mais si aujourd’hui encore nous produisons autant de pétitions, c’est parce qu’elles marchent : elles montrent à quel point le public se préoccupe d’une question ; elles soutiennent la cause des bons et effrayent les méchants. Ca a fonctionné par le passé ; faisons en sorte que ce soit aussi le cas aujourd'hui ! Chère lectrice, cher lecteur, vous pouvez faire la différence. 

Au mois de novembre de cette année, les dirigeant-e-s des plus grandes économies du monde se réuniront en France, pour se pencher principalement sur la question de l’agriculture. Dans le contexte d’une crise alimentaire mondiale, qui précipite des millions d’entre nous dans la pauvreté, ce rassemblement constitue notre plus grande chance de faire pression pour que des solutions d’urgence soient apportées à cette crise, avant qu’elle ne s’aggrave davantage. Mais les responsables politiques ne passeront pas à l’action si nous ne faisons pas du ramdam.

Que doivent faire les dirigeant-e-s pour enrayer la crise ? Vous pouvez prendre connaissance des principaux engagements pour lesquels la campagne CULTIVONS fait pression et signer la pétition ici, mais en voici déjà un aperçu :

Augmenter la transparence : nous voulons que les gouvernements acceptent de fournir des informations transparentes concernant l’état des stocks alimentaires, notamment des informations venant des grands négociants et investisseurs du secteur privé, et concernant les réserves nationales et régionales (y compris le niveau actuel des capacités d’exportation ainsi que de l’offre et de la demande). Pourquoi ? Parce que ces informations ont un effet dissuasif sur la spéculation ; elles coupent court aux rumeurs infondées et permettent d’informer tout le monde de problèmes imminents. 

Contrôler la spéculation financière : nous voulons que les gouvernements du G20 établissent un cadre réglementaire afin qu’à l’avenir, les marchés fonctionnent de façon équitable et transparente, à l’abri des abus de marché et de la spéculation excessive. Des limites de prix et de position ainsi que des restrictions concernant la spéculation passive doivent être fixées, ou renforcées lorsqu’elles existent déjà. De plus, les lacunes réglementaires existantes doivent être comblées. 

Agrocarburants : nous voulons que les gouvernements du G20 cessent de transformer les céréales en carburants. Pour ce faire, ils doivent abandonner leurs objectifs de production d’agrocarburants et mettre un terme aux subventions dans ce secteur. Ils doivent également envisager, de toute urgence, la mise en place de « soupapes de sécurité », par des mesures qui permettraient de limiter la production d’agrocarburants lorsque le niveau des stocks mondiaux est dangereusement bas.

Investissement : nous voulons que les membres du G20 tiennent leurs précédentes promesses d’investir dans l’agriculture à petite échelle et de fournir des filets de sécurité aux personnes qui ne peuvent pas produire ou acheter suffisamment de nourriture. 

Adaptation climatique : nous voulons que les pays développés réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2020, afin d’éviter un changement climatique irréversible aux conséquences catastrophiques. Nous voulons également qu’ils fournissent les ressources nécessaires - au moins 100 milliards de dollars par an - aux pays pauvres pour leur permettre de s’adapter au changement climatique. 

Ces mesures d’urgence ne constitueraient qu’une première étape, afin que les dirigeant-e-s parviennent à stabiliser la crise. Ils devront ensuite s’attaquer aux causes fondamentales du problème. La campagne CULTIVONS sera là pour faire pression afin qu’ils mettent en œuvre les solutions dont nous avons besoin pour vivre mieux, cultiver mieux et partager mieux. Vous pouvez aussi rejoindre le mouvement dès à présent en signant cette pétition à l’intention du G20 pour une action urgente afin de mettre un terme à la crise alimentaire.

Comparte esta página: