Au menu de la COP 17 : des actes pour le climat !

Les Nations unies s'installent à Durban, en Afrique du Sud, le temps des négociations de la 17e Conférence sur le Climat (COP17). Responsables politiques, spécialistes, représentant-e-s des pays, caravanes, photographes, marionnettes, médias du monde entier et toutes sortes de personnages hauts en couleurs sont arrivés avec l’espoir de nouvelles avancées dans le combat face au changement climatique.

Pour l'ouverture des négociations, Oxfam a préparé un dîner les pieds dans l'eau - au sens propre -, pour dénoncer les conséquences que les changements climatiques et phénomènes extrêmes auront sur le système alimentaire, d'ores et déjà défaillant. Les plus pauvres de la planète consacrent déjà une grande partie de leurs revenus à l'alimentation et cela risque d'augmenter encore si les récoltes sont mauvaises à cause d'un climat devenu imprévisible.

Il s'agissait donc de manifester notre soutien à ces populations vulnérables, mais aussi d'exiger des responsables politiques qu'ils agissent face au changement climatique. En ce moment même, près d'un milliard d'individus souffrent de la faim, un chiffre qui risque fort d'augmenter.

Des progrès importants peuvent être réalisés au cours des deux semaines qui viennent. Les pays riches doivent commencer à financer le fonds climat, établi l'an dernier à Cancun. Ils doivent élever leur contribution jusqu'à 100 milliards de dollars par an, niveau nécessaire pour répondre véritablement aux besoins des plus vulnérables. Dans un contexte de crise économique mondiale, les leaders doivent envisager de nouvelles voies de financements telles qu'une taxe sur les émissions du secteur du transport maritime – qui représentent l'équivalent de la totalité des émissions de CO2 de l'Allemagne. Une petite taxe sur les transactions financières (ou taxe Robin des Bois) pourrait également fournir les fonds nécessaires. De plus, Oxfam souhaite voir des progrès sur la prorogation du protocole de Kyoto après 2012, tout en assurant que l'accord sera respecté et qu'il y aura une réduction des émissions.

Le Sommet sur le climat s'ouvre à peine, mais la diffusion des messages et la pression sur les négociateurs sont déjà en marche. La Caravane trans-africaine de l'espoir est arrivée à Durban avec, dans ses valises, plus d'un million de signatures de soutien. Oxfam a lancé une exposition photo, Enough to Eat réalisé par des femmes de l'ONG locale Women on Farms, pour souligner les défis auxquels font face les agricultrices. Hier (dimanche 27 novembre), à Durban, l'ancien archevêque Desmond Tutu a rassemblé des milliers de personnes et plus de 200 000 appels à l'action ont été relayés sur une arche. Des gens du monde entier demandent à leurs dirigeant-e-s de prendre les décisions nécessaires pour s'attaquer au changement climatique.

Si les responsables politiques ont besoin d'inspiration, ils n'ont qu'à se rendre à quelques kilomètres de Durban. Non loin de la ville, ils peuvent visiter l'ancienne maison du Mahatma Gandhi, où il a passé 21 ans à développer et promouvoir ses idéaux. Ils peuvent également voir l'endroit où Nelson Mandela a voté en Afrique du Sud aux premières élections démocratiques. De grandes choses ont été réalisées à Durban ! Et comme Nelson Mandela l'a déclaré: « Cela paraît toujours impossible, jusqu'à ce que cela devienne réalité ».

En savoir plus

Suivez Oxfam et la COP17 sur Twitter et Facebook

Oxfam à Durban pour la COP17

Comparte esta página: