Oxfam International Blogs - ouragan http://l.blogs.oxfam/es/tags/ouragan es Quand les choses changeront-elles pour Haïti ? http://l.blogs.oxfam/es/node/9373 <div class="field field-name-body"><p><strong>Ces dix derniers mois, en plus d'une extrême pauvreté, Haïti a dû faire face à un tremblement de terre, de fortes pluies et des tempêtes, et maintenant une épidémie de choléra qui se propage rapidement. Alors que de l'extérieur, le rétablissement de Haïti semble très lent, les organisations qui travaillent sur le terrain se demandent par où elles doivent commencer.</strong></p> <p>Port-au-Prince, <strong>une ville conçue pour 250 000 personnes, en abrite 3 millions</strong>. Beaucoup vivent dans des maisons de fortune ou des tentes perchées sur les flancs de montagnes verdoyantes, qui ne cessent d'envahir la ville. Cette situation est due au manque d'emplois dans les zones rurales. Un grand nombre de ces personnes ne possédaient pas de maisons ou de terrains et se sont trouvées dans l'obligation de squatter illégalement la ville après le séisme. Où construire de nouveaux abris pour eux ? Il n'y a pas de terres disponibles.</p> <p>Il y avait déjà 80 % de personnes sans emploi avant le séisme et aujourd'hui <strong>une grande part des emplois rémunérés ont disparu</strong> à cause des infrastructures qui se sont effondrées. Le séisme a détruit beaucoup d'hôtels, d'écoles, et d'usines, laissant de nombreux individus sans travail.</p> <p>La plupart des gens ne peuvent pas obtenir de prêts auprès des banques et sont dépendants des usuriers qui demandent des taux d'intérêt exorbitants. Etant donné que 80 % des écoles sont privées et très coûteuses, les enfants reçoivent une éducation irrégulière car les parents n'ont pas les moyens de payer leur scolarité et autres frais. Les services de santé sont également très coûteux. Les petites entreprises sont vulnérables à l'instabilité des marchés et des prix alimentaires ainsi qu'à l'instabilité politique et aux désastres naturels.</p> <h3>Chômage et pauvreté</h3> <p>L'ouragan Tomas et le choléra ont frappé Haïti, provoquant des conséquences dévastatrices. En plus des dégâts en termes d'infrastructure et de santé, ces désastres représentent également des enjeux majeurs qui doivent être pris en compte et qui sont liés au <strong>manque de nourriture et au chômage</strong>. Les producteurs de riz ont suspendu la récolte de riz de peur que l'eau soit contaminée par le choléra. Les marchés des zones affectées par le choléra sont vides car les gens ont peur de manger des aliments qu'ils n'ont pas préparé eux-mêmes. Les gens craignent d'acheter du sel de mer et des sachets de peur qu'ils soient également contaminés. Beaucoup de familles ont perdu leurs rentrées d'argent en raison de l'épidémie de choléra.</p> <p>Pour la plupart des organisations humanitaires qui travaillent en Haïti,  la question n'est pas comment répondre à un tremblement de terre ou une autre urgence mais comment gérer l'extrême pauvreté dans un pays qui ne peut même pas fournir des services de base à ceux qui ont été affectés par le désastre.</p> <h3>Des progrès visibles</h3> <p></p> <p>Bien que les choses puissent sembler lentes et limitées, <strong>des progrès sont réalisés et des plans pour l'avenir sont en cours</strong>. Oxfam a aidé plus de 35 000 ménages (environ 175 000 personnes) en distribuant de la nourriture aux personnes qui en ont le plus besoin et en les aidant à retrouver un emploi. C'est ainsi qu'Oxfam a distribué des repas chauds pendant une période de deux mois aux familles les plus vulnérables ayant tout perdu pendant le séisme et donné 175 dollars à chacune de ces familles pour leur permettre de redémarrer leur activité économique. 87% des familles ayant bénéficié de ces activités ont pu redémarrer leur entreprise avec succès. Les cuisiniers qui ont préparé ces repas ont eux aussi bénéficié du soutien d'Oxfam pour redémarrer leur entreprise et reçu des fours économiques réduisant de moitié leur consommation de charbon. Des milliers de familles pauvres ont eu l'opportunité de redémarrer leur entreprise grâce aux dons d'Oxfam. De plus, Oxfam a formé plus de 1 000 personnes ayant des compétences professionnelles dans l'industrie de la reconstruction. Tous ces gens ont perdu leurs outils lors du séisme et ont reçu des kits pour être en mesure de répondre à la forte demande en compétences d'une ville qui doit être reconstruite.</p> <h3>Des programmes de long terme</h3> <p>Bien qu'ici la situation soit très complexe et que Haïti doive constamment faire face à des désastres, <strong>nous avons en tant qu'organisation humanitaire la capacité d'apporter des changements positifs</strong>, désespérément nécessaires. Beaucoup de ces changements sont déjà en cours.</p> <p>Les prochains mois, qui seront marqués par les résultats des élections, seront cruciaux pour notre planification, riche en propositions de financement pour les travaux de développement à long terme, à Haïti. Une grande majorité des programmes pour aider les gens à se relever commenceront à prendre forme.</p> <p>Phillipa Young est Coordinatrice de la Sécurité alimentaire d'urgence et des moyens de subsistance pour Oxfam en Haïti.</p> <p><em>A Haïti, Oxfam apporte son soutien à près d'un million de personnes à la suite du séisme survenu le 12 janvier 2010. Oxfam agit notamment dans la distribution d'eau potable, la mise en place d'infrastructures sanitaires, des programmes d'hygiène et des initiatives "argent-contre-travail".</em></p> <h3>En savoir plus</h3> <p><strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/haiti-seisme" title="Les actions d'Oxfam en Haïti" rel="nofollow">L'action d'Oxfam à Haïti à la suite du séisme</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Quand les choses changeront-elles pour Haïti ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blog/10-12-08-when-will-things-let-haiti" title="When will things let up for Haiti?" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blog/10-12-10-cuando-mejoraran-las-cosas-en-haiti" title="¿Cuando mejorarán las cosas en Haití?" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Thu, 09 Dec 2010 18:00:00 +0000 Philippa Young 9373 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/es/node/9373#comments Pour que le soleil revienne sur Haïti http://l.blogs.oxfam/es/node/9327 <div class="field field-name-body"><p><strong>La tempête Tomas était en chemin.</strong> Les journaux télévisés montraient les ravages qu´elle était en train de provoquer sur les îles des Caraïbes. La tempête, implacable et sans pitié, s´avançait vers Haïti ; un pays qui venait à peine de se remettre du tremblement de terre du 12 janvier et qui devait faire face à une épidémie de choléra.</p> <p><strong>Ce que tout le monde pensait être une situation déjà terrible pouvait alors empirer </strong>si la tempête Tomas frappait aussi fort que prévu. Plus la tempête gagnait en intensité dans les Caraïbes, plus l´ambiance devenait pesante au bureau. La tension était palpable malgré l´effort des gens pour faire des blagues et calmer les nerfs. Après avoir vécu dans des pays comme le Tchad où nous avions l´habitude de prier, en période de sécheresse pour que la pluie vienne. Cette fois-ci, nous avons prié pour que le soleil revienne.  </p> <p><strong>La journée avant que la tempête Tomas arrive est passée très vite.</strong> On a autorisé le personnel à rentrer plus tôt chez soi afin de se préparer. J'avais réservé un vol pour le week-end même où la tempête Tomas devait arriver. Je me suis précipitée au guichet de la compagnie aérienne pour le changer, mais le bureau était débordé car beaucoup de gens tentaient de faire de même. </p> <p><strong>Des mesures de sécurité ont été mises en place, </strong>les réfrigérateurs ont été stockés  et des seaux remplis en cas de panne d´électricité. Les organisations étaient occupées à aider les personnes déplacées qui vivaient dans les tentes à se préparer et à se rendre vers un terrain plus élevé, hors de portée des inondations. Les stocks ont été positionnés afin d'assurer une réaction rapide après le passage de la tempête Tomas.</p> <p><strong>La nuit a été marquée par un peu de pluie, mais rien d'anormal, et le vent n'a pas soufflé fort dans la ville.</strong> Nous nous sommes réveillés en pensant que le pire était encore à venir et qu´il fallait rester à l'intérieur. Pendant que je prenais mon petit déjeuner, un oeil sur mon pain grillé et l'autre sur la fenêtre, le sud de Haïti était en train d'être sévèrement touché. En regardant la bruine et le ciel gris autour de nous, nous nous demandions si c'était le calme avant la tempête comme tout le monde disait. Quand la pluie s´est intensifiée, nos battements de cœur se sont accélérés faisant de même ! Puis, la tempête s'est arrêtée. Est-ce que les prières ont marché ? Est-ce que la tempête Tomas a changé d'avis ?</p> <p><strong>Finalement, Port-au-Prince n'a pas été autant touché que ce qui était prévu.</strong> Cependant, la pluie qui est tombée fût suffisante pour causer des dégâts et affecter les personnes qui  vivaient dans des tentes, les coins escarpés de la ville et sur la côte. Mais, une autre menace, peut-être pire encore qu'un ouragan qui frappe une ville surpeuplée, s'annonçait : la propagation du choléra dans les endroits les plus pauvres de la ville. Et malheureusement quelques jours plus tard, nos craintes sont devenues réalité.</p> <p><strong>Un jour après, je quittais Haïti pour le Royaume-Uni</strong>. Sur la route qui me menait vers l'aéroport, c'était la même routine. Des femmes vendaient leurs oranges au bord de la route tandis que d'autres proposaient des tennis Reebok d'occasion, réminiscences des années 1980.</p> <p>Durant les semaines qui viennent, je serai hors du pays et deviendrai une simple observatrice de ce qui se passe à Haïti : le choléra, les élections imminentes. Et de temps en temps, je verrai des photos, dans les journaux, de ce beau pays.</p> <h3>En savoir plus</h3> <p><strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/emergencies/haiti-seisme/oxfam-mobilisee-pour-repondre-epidemie-cholera" title="Oxfam face à l'épidémie de choléra en Haïti" rel="nofollow">La réaction d'Oxfam face à l'épidémie de choléra en Haïti</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Pour que le soleil revienne sur Haïti </h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blog/10-11-18-praying-sun-haiti" title="Praying for sun in Haiti" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 23 Nov 2010 12:35:00 +0000 Soraya Verjee 9327 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/es/node/9327#comments Une nouvelle menace pour Haïti: la saison des ouragans commence http://l.blogs.oxfam/es/node/9117 <div class="field field-name-body"><p><strong>La saison des ouragans a débuté mardi, une nouvelle épreuve à surmonter pour les habitants de Port-au-Prince</strong>. Depuis qu’un tremblement de terre a ravagé des quartiers entiers de la ville en janvier dernier, on estime qu’un million et demi de personne sont encore sans abri dans la capitale d’Haïti et de ses environs. Un océan de bâches en plastique s’étend sur la ville et ses quartiers encore jonchés de gravats. Ces bâches sont tout ce que les familles possèdent pour abri et pour affronter une nouvelle période d’incertitude.</p> <p>Quelles mauvaises surprises Mère Nature réserve-t-elle maintenant ?</p> <p>Depuis près de cinq mois, les conditions sont déjà assez difficiles comme ça pour les habitants de Port-au-Prince qui se réveillent tous les matins pour basculer dans le même cauchemar : les camps, estimés à ce jour à plus d’un millier, grouillant d’individus, leur vacarme, leurs détritus. Ces camps de fortune, aux chemins boueux et aux odeurs de latrines, ne peuvent être considérés comme des foyers. Pourtant c’est ce qu’ils sont devenus et beaucoup vivent dans la crainte qu’ils ne le soient pour les années qui viennent.</p> <p><strong>Il y a deux semaines je me suis rendue à Port-au-Prince</strong>, ma deuxième visite depuis le séisme. J’ai été vraiment étonnée de la résistance dont font preuve les habitants qui, jour après jour, sont pris au piège de cette catastrophe et n’ont que peu d’espoir d’en sortir, que ce soit sur le plan physique ou psychologique. </p> <p>Comme par miracle, des filles émergent de ce labyrinthe de bâches, prêtes à aller à l’école en jupe écossaise impeccable, socquettes en dentelle et un nœud assorti dans les cheveux. Comment arrivent-elles à si bien se préparer ?</p> <p>Sous les tentes, sombres et étouffantes l’après-midi, j’ai entendu des enfants réciter leurs leçons et des adultes à leurs côtés en train de les encourager tout bas. Comment se concentrer dans cette chaleur et cette confusion ?</p> <p>Du linge pend,  t-shirts, sous-vêtements, jupes et serviettes, un peu partout dans les camps. Il a été lavé dans des bassines rapportées d'un point d'eau éloigné. Comment trouver la force de faire de telles corvées quand vous êtes si inquiet de l'incertitude qui règne sur l'avenir de votre famille?</p> <p><strong>Pendant combien de temps cette force de survie des haïtiens peut-elle durer?</strong></p> Des femmes traitent de la farine dans un bâtiment qui a été financé en partie par Oxfam-Québec, au village de Lacedras. Photo: Ami Vitale/Oxfam <p>Je grimace en me posant cette question parce qu’en sachant tout ce que ces personnes ont enduré – et qu’ils ont survécu- on s’imagine quand même que nos voisins les plus pauvres de l’ouest ont une certaine résistance à la détresse.</p> <p><strong>Et voilà maintenant qu’arrive la saison des ouragans</strong> et son risque de pluies torrentielles, de vents violents, d’épidémies et de glissements de terrain. Oxfam s’inquiète donc, particulièrement pour 28 sites qui, d’après <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/pressroom/pressrelease/2010-06-01/enquete-montre-camps-haiti-ne-peuvent-resister-degats-ouragans" rel="nofollow">une récente enquête</a></strong>, pourraient déclencher une nouvelle série de catastrophes s’ils étaient touchés par une violente tempête. En effet, ces sites sont surpeuplés et l’évacuation naturelle des eaux est extrêmement limitée.</p> <p>Il y a des raisons de s’inquiéter. Il y a deux ans, une série de tempêtes violentes avait provoqué plus d’un milliard de dollars de dégâts dans l’île et avait affecté 800 000 personnes. Cette catastrophe était encore fraîche dans les mémoires des haïtiens quand ils ont été frappés par le séisme.<strong>Oxfam fait d’énormes efforts pour se préparer</strong>. Nous travaillons en commun avec des comités locaux et la Direction de Protection Civile pour coordonner une préparation et une réponse à une éventuelle catastrophe. Nous nous réapprovisionnons en matériel d’urgence et aidons aussi les habitants des camps à améliorer l’évacuation des eaux et à entasser des sacs de sable pour prévenir des inondations.</p> <p>La prévention reste le meilleur moyen de maintenir la sécurité des haïtiens et <strong>nous faisons pression sur le gouvernement</strong> pour qu’il lance une campagne afin d’alerter la population des risques à venir et de les conseiller sur les choses à faire en cas d’ouragan.</p> <p>Cinq mois ses sont écoulés depuis la dernière catastrophe. La saison des ouragans nous fait prendre conscience du chemin encore à accomplir et réaliser que survivre n’est pas une solution à long terme.</p> <h3>En savoir plus</h3> <p><strong><a href="http://maps.google.com/maps/ms?hl=fr&amp;ptab=2&amp;ie=UTF8&amp;oe=UTF8&amp;msa=0&amp;msid=112885470736401132823.00047e87137a55d171f0a&amp;z=13" target="_blank" rel="nofollow">Carte des interventions d'Oxfam en Haïti</a></strong></p> <p><strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/emergencies/haiti-seisme" rel="nofollow"><strong>En savoir plus sur les interventions d'Oxfam en Haïti</strong></a><strong></strong></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Une nouvelle menace pour Haïti: la saison des ouragans commence</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blog/10-06-04-haiti-faces-new-threat-hurricane-season" title="Haiti faces a new threat with hurricane season" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blog/10-06-08-haiti-se-enfrenta-nuevos-peligros-con-la-llegada-de-la-estacion-de-los-huracanes" title="Haití se enfrenta a nuevos peligros con la llegada de la estación de los huracanes" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Fri, 04 Jun 2010 15:23:11 +0000 Coco McCabe 9117 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/es/node/9117#comments