Crise à Copenhague: Les négociations sont en train d'échouer mais les dirigeants des pays riches peuvent encore les sauver.

C'est la crise. Alors que les dirigeants de la planète convergent vers Copenhague pour les deux derniers jours des négociations, celles-ci sont au bord d'un échec retentissant. Les pays riches semblent ne pas avoir décidé de relever le défi, et ne proposent ni financements ni autres mesures vitales, essentiels à tout accord équitable et contraignant.

Cela dit, les négociations ne sont pas encore closes et peuvent encore être couronnées de succès si les dirigeants décident enfin de faire preuve de volonté politique. Participez au large mouvement de pression mondial et téléphonez directement à ces dirigeants. Exigez d'eux qu'ils résolvent cette crise urgente et qu’ils arrêtent enfin de bloquer l'Accord.

Ce que vous pouvez faire ?

Voici une liste des gouvernements qui bloquent l'Accord - et la manière dont ils s’y prennent. Nous avons aussi les coordonnées des gouvernements du monde entier. Nous attendons de VOUS que vous appeliez le pays le plus approprié et lui demandiez d'arrêter de bloquer la conclusion d’un accord. Veuillez svp. choisir votre propre gouvernement ou celui que vous estimez être le plus "bloquant".

Utilisez le texte ci-dessus comme source d'inspiration. Vous trouverez davantage d'information sur la manière dont les différents pays bloquent les négociations ci-dessous.

Voici un outil qui vous donnera le numéro de téléphone du gouvernement que vous voulez joindre par téléphone.

Qui engendre la crise ?

Les Etats-Unis - Cible d'une énorme pression internationale, Hilary Clinton a aujourd’hui annoncé le soutien des Etats-Unis à un package de financement à long terme visant à aider les pays pauvres, chose bien reçue par Oxfam.Le Etats-Unis doivent néanmoins être clairs sur deux points essentiels : premièrement, il est impératif que l’argent libéré par les pays riches soit uniquement public, deuxièmement, il est absolument vital que les engagements soient nouveaux et ne ponctionnent pas l'argent de l'aide au développement qui est désespérément nécessaire aux hôpitaux et aux écoles dans les pays pauvres. (mise à jour le 17 décembre)

L'Autriche, la Suède, la Finlande, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et le Canada - Ces pays essaient de créer un vide juridique sous prétexte que les émissions liées aux forêts diminueraient radicalement leurs émissions apparentes (mais pas réelles).

L'Union Européenne - n'en a pas suffisamment fait sur le financement de l'adaptation aux changements climatiques des pays en développement. Elle doit faire une offre concrète sur le montant qu'elle s'engage à débourser sur le long-terme pour que ces pays puissent s'adapter et réduire leur empreinte carbone. Elle doit pour cela assurer une contribution claire aux 200 milliards de dollars annuellement nécessaires d'ici à 2020, et, tout comme les Etats Unis, devra s’assurer que ces fonds ne seront que des fonds gouvernementaux ajoutés aux fonds et aux promesses existants.

Le Canada - a systématiquement bloqué toute progression dans les négociations et trompé le public sur ses émissions de pétrole et de gaz.

C'est notre dernière chance de faire pression pour un accord juste et contraignant. Dés que vous avez passé votre appel téléphonique, laissez-nous un message sur ce blog pour dire au monde que vous l'avez fait.

Partagez cette page: