Images d’Haïti : intervention suite à l’ouragan Matthew

Partagez cette page: 

L’ouragan Matthew, un cyclone tropical dévastateur de catégorie 4, a balayé Haïti le 4 octobre 2016. Des rafales de vent de plus de 260 km/h, des ondes de tempêtes et huit heures de pluies abondantes ont fait tomber les arbres, sévèrement endommagé ou détruit les maisons, les sources d’eau et les installations sanitaires, ainsi que ravagé les cultures et emporté les semences.

Cet ouragan a été l’une des tempêtes les plus puissantes enregistrées dans la région des Caraïbes et a provoqué la plus grave crise humanitaire en Haïti depuis le séisme de 2010.

Nos équipes ont distribué de l’eau potable, réparé les systèmes d’approvisionnement en eau et fournit des abris et une aide alimentaire d’urgence à des dizaines de milliers de personnes suite au passage de l’ouragan Matthew. Nous avons aussi installé des latrines et des tonneaux pour attraper l’eau de pluie.

Après les interventions humanitaires au lendemain de l’ouragan, nous avons recentré nos programmes sur la reconstruction et le développement à long terme dans les zones urbaines, suburbaines et rurales.

L’équipe au sol d’Oxfam effectue les derniers chargements sur les deux barges fluviales pour quatre distributions qui auront lieu dans la péninsule sud d’Haïti (Sylvain Gilliand / Oxfam).

L’équipe au sol d’Oxfam effectue les derniers chargements sur les deux barges fluviales pour quatre distributions qui auront lieu dans la péninsule sud d’Haïti (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Le village d’Anba Nan Sab est en vue pour la distribution de kits alimentaire et de bâches (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Le village d’Anba Nan Sab est en vue pour la distribution de kits alimentaire et de bâches (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Un groupe de villageois d’Anba Nan Sab fait une chaine humaine pour décharger les bateaux (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Un groupe de villageois d’Anba Nan Sab fait une chaine humaine pour décharger les bateaux (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Maison détruite sur le front de mer de Buteau (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Maison détruite sur le front de mer de Buteau (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Après 25 heures de voyage, le bateau pilote accoste sur la plage de Tiburon  pour la première distribution du jour (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Après 25 heures de voyage, le bateau pilote accoste sur la plage de Tiburon  pour la première distribution du jour (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Suze, 20 ans, habite à Tiburon (Pablo Tosco / Oxfam).

Suze, 20 ans, habite à Tiburon. L’ouragan a détruit sa maison et ses moyens de subsistance. Avec sa famille, elle a essayé de reconstruire le toit avec des plastiques et des morceaux d’aluminium. Mais, quand il pleut, tout devient trempé. « Il y a des gens qui s'en sont sortis mieux que d'autres, mais de façon générale nous avons été touchés fortement ».

Son village s’est retrouvé isolé et sans moyens de communiquer suite au passage de Matthew. Oxfam a été l’une des premières agences humanitaires à acheminer de l’aide à Tiburon par voie maritime (Pablo Tosco / Oxfam).

La responsable en protection d’Oxfam, Andrea Verdeja, aide à la coordination de la distribution à Tiburon (Sylvain Gilliand / Oxfam).

La responsable en protection d’Oxfam, Andrea Verdeja, aide à la coordination de la distribution à Tiburon (Sylvain Gilliand / Oxfam).

Après le passage de l’ouragan Matthew, nos équipes ont distribué de l’eau potable, réparé les systèmes d’approvisionnement en eau et installé des latrines (Pablo Tosco / Oxfam).

Après le passage de l’ouragan Matthew, nos équipes ont distribué de l’eau potable, réparé les systèmes d’approvisionnement en eau et installé des latrines (Pablo Tosco / Oxfam).

Texte rédigé en avec l'appui de Dominique S. Févry-Gilliand.

En savoir plus

Oxfam en Haïti

L’accès à l’eau potable : un droit humain fondamental