Déclaration d'une vision pour la faim du monde

Le Sommet Alimentaire Mondial sur la Sécurité Alimentaire a rendu publique une déclaration qui traduit sa vision sur la manière dont on devrait parvenir à une sécurité alimentaire à travers le monde. Cependant, le problème qui se pose est de savoir si cette vision est suffisante en elle-même - surtout quand on sait que les crises économiques et climatiques paraissent imminentes.

"Savez-vous combien de petits exploitants agricoles il y a dans le monde?" "1,5 milliards!"

"Connaissez-vous le pourcentage de vivres consommés à travers le monde et provenant des petits exploitants agricoles?" "75 pour cent!"

"Connaissez-vous le volume d'émissions de gaz à effet de serre provenant de l'agriculture qui peut être réduit en recourant, en lieu et place, à de petites exploitations agro-écologiques?" "50 pour cent!"

Le Forum des Organisations de la Société Civile, qui se tient parallèlement au Sommet Alimentaire Mondial, se fonde sur ces faits en les utilisant comme cri de guerre pour attirer l'attention de la communauté internationale. Au-delà de l'appel lancé hier par la FAO, ce Forum tient à souligner le rôle important que peuvent jouer les petits exploitants agricoles dans la lutte contre la faim et le changement climatique.

Pendant ce temps-là, les représentants des gouvernements, y compris beaucoup de Chefs d'Etat des pays en voie de développement (même si manifestement il n'y a eu qu'un seul représentant du G8, à savoir l'Italie qui est présente en qualité de pays hôte) se réunissaient pour discuter des politiques qui affectent particulièrement les populations des pays pauvres, plus précisément un milliard ou plus de personnes à travers le monde.

Les conclusions de ce Sommet sont d'une importance capitale pour la maîtrise de la sécurité alimentaire mondiale. Cependant, l'aspect le plus important de ce Sommet, qui concerne l'adoption de la déclaration et qui n'a duré qu'une heure, aurait pu développer davantage la vision sur la manière dont la gestion du système alimentaire mondial pourrait être améliorée dans la perspective de l'éradication de la faim à travers le monde.

La déclaration suggère qu'on se concentre sur les petits paysans. Toutefois, comme l'a souligné Garwain Kripke, Directeur Politique d'Oxfam America: "c'est une déclaration inexplicable qui n'est pas suivie de mesures efficaces en termes d'évaluation et de soutien financiers. L'idée est louable mais ne permet pas de nourrir un milliard de personnes touchées par la faim. Il y a des défis sérieux qu'il faut relever en toute urgence. Le redressement économique est en train de contribuer à la flambée des prix des denrées alimentaires. Le changement climatique est un défi majeur pour les pauvres paysans. Paradoxalement, les 20 milliards de dollars que le G8 s'est engagé à injecter au profit des petits exploitants agricoles pourrait être un mirage. Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à persévérer dans ces erreurs monumentales. Ce Sommet alimentaire - tout comme le sommet sur le changement climatique qui se tiendra le mois prochain - a besoin de fournir des actions concrètes même s'il faut admettre que le temps est court ».

Aujourd'hui, le Forum des Organisations de la Société Civile qui se tient parallèlement au Sommet Alimentaire Mondial va lancer sa propre déclaration en collaboration avec des groupes représentant des personnes qui sont souvent les plus touchées par la faim et la malnutrition et qui sont marginalisées par les foires internationales, à savoir les femmes, les groupes indigènes et les jeunes vivant en milieu rural.

Partagez cette page: