déplacés internes

Le camp de Zataari, en Jordanie, accueille environ 80 000 réfugiés syriens. La moitié d'entre eux ont moins de 18 ans. Credit: Sam Tarling/Oxfam

Blog: Vers un nouvel accord en faveur des réfugiés et des migrants ?

Josephine Liebl, responsable des politiques de déplacement pour Oxfam, évoque la perspective du Sommet des Nations unies qui se tiendra à New York en septembre prochain et se remémore les dernières semaines passionnantes qui ont servi à en négocier l’issue.

Sunrise dans le camp de déplacés internes de Mingkamen, Sud Soudan. Photo : Aimee Brown/Oxfam

Blog: Soudan du Sud : quelques lueurs d'espoir entre la violence

« Même si la paix venait, nous ne pourrions pas rentrer chez nous. Nous n’y serions pas en sécurité. »

Ces mots, prononcés par une grand-mère que j’ai rencontrée dans un camp de déplacés internes au Soudan du Sud, montrent la profondeur des divisions dans ce jeune pays. Ils témoignent aussi de l’ampleur des difficultés à surmonter pour que le pays puisse retrouver sa situation d’avant le 15 décembre dernier – voire même, avec plus d’optimisme encore, retrouver le chemin d’un développement stable.

La population sud-soudanaise de nouveau en proie aux violences

Blog: La population sud-soudanaise de nouveau en proie aux violences

Trois ans à peine après avoir vu le jour, le plus jeune pays au monde, le Soudan du Sud, commençait seulement à connaître la paix. Mais voici qu’il retombe dans les affres de la violence. Depuis que les combats ont éclaté à Juba, la capitale, le 15 décembre, près de 10 000 personnes ont été tuées et 400 000 autres ont dû fuir.

Samira a dû fuir la Syria et se réfugier dans un camp au Liban. Photo: Luca Sola/Oxfam

Blog: Réfugiées syriennes : plongée dans l’incertitude

Dans un camp de réfugiés au Liban, j’ai récemment fait la connaissance de Reema*, une jeune Syrienne de 19 ans. Dans son pays natal, Reema avait toute sa vie devant elle. Elle venait de terminer le lycée et était sur le point d’entrer à l’université. Soucieuse de se construire un avenir, elle avait soif d’étudier.

Veillée pour la paix en Syrie, Gaza, mars 2013. Photo : Ghada Snunu

Blog: La voie des pourparlers, le seul espoir de paix en Syrie

La guerre fait rage depuis plus de deux ans en Syrie et a un coût humain catastrophique. Plus de 100 000 personnes ont perdu la vie et près de 8 millions ont cruellement besoin d’une aide humanitaire. Depuis janvier, 200 000 réfugiés supplémentaires ont, chaque mois, fui la Syrie. À ce rythme, le nombre total de réfugiés devrait atteindre 3,5 millions d’ici la fin de l’année. Ces chiffres vertigineux vont continuer de monter sans qu’une solution politique à la crise ne se dessine.

Plus de 93 000 vies ont déjà été perdues en Syrie depuis le début du conflit.

Blog: De nombreuses vies perdues en Syrie

Par Camilla Jelbart Mosse, responsable de campagne humanitaire pour Oxfam.

Femme et enfants réfugiés syriens sous une tente, camp de Zaatari, Syrie. Photo: Anastasia Taylor-Lind/Oxfam

Blog: Appel des Nations unies pour la Syrie : les gouvernements doivent financer l'aide humanitaire maintenant !

« Nous n’avons pas d’eau. L’électricité est régulièrement coupée. Des rats et des souris courent partout. Il y a un total manque d’hygiène. C’est impossible de garder quoi que ce soit propre. Le toit fuit... Nous n’avons jamais vécu comme ça en Syrie. Nous n’aurions jamais imaginé devoir un jour vivre dans de telles conditions. » Yasmin*, 33 ans, mère de quatre enfants

Ecolières de l'école du Général Daud à Mogadiscio, Somalie. Photo : Petterik Wiggers

Blog: Conférence de Londres sur la Somalie : "On ne peut pas se laver le visage avec un seul doigt"

La semaine dernière, l’ONU révélait pour la première fois que plus de 250 000 personnes sont mortes en Somalie durant la famine, sur une période de dix-huit mois d’octobre 2010 à avril 2012. Ces chiffres sont d’autant plus élevés et choquants que la plupart de ces décès auraient pu être évités si le monde avait simplement réagi plus tôt aux signaux d’alerte provenant de la région alors que les pluies commençaient à se faire rare en 2010.    

Kadidiatou Yara s'entretient avec des femmes déplacées, à Konna, Mali. Photo: Habibatou Gologo/Oxfam

Blog: Un autre regard sur la situation des femmes déplacées au Mali

Kadidiatou Yara est chargée de programme Education et coordinatrice d’un projet d’Oxfam destiné à maintenir les filles scolarisées dans la capitale du Mali, Bamako, depuis 2010. Elle a fait partie de l’équipe d’Oxfam qui a conduit une évaluation en février 2013 dans les régions de Mopti et de Ségou, au centre du Mali. Elle nous raconte ci-dessous le déroulement de cette mission d’évaluation et le choc qu’elle a eu lors de ses rencontres avec des femmes déplacées.

Oliva Noalla, 6 ans, avec sa petite soeur, camp de Mugunga, RDC. Photo : Colin Delfosse/Oxfam

Blog: Marchandises de guerre : vie, mort et peur en RDC

Un nouveau rapport d’Oxfam dénonce le cercle vicieux de prédation et d’exactions dans lequel est prise au piège la population de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Il en résulte que les communautés locales sont victimes d’une exploitation impitoyable de la part des groupes rebelles et des milices locales, mais aussi des propres troupes et responsables de l’État. Duncan Green, directeur des recherches d'Oxfam, revient sur les principaux points de ce rapport, alors qu'il devait se rendre en RDC ces jours-ci.

Pages

Subscribe to RSS - déplacés internes