inondations

Blog: Phénomènes météorologiques extrêmes en 2012 : trois faits, trois photos

Tandis que les négociations sur le climat se poursuivent au Qatar, cette semaine, voici un très bref retour sur quelques-uns des événements qui ont contribué à faire de 2012 une année météorologique des plus capricieuses, aux conséquences désastreuses pour notre nourriture et les agriculteurs du monde entier qui la produisent.

FAIT : Juin 2012 a été le 328e mois consécutif où la température mondiale a été supérieure à la moyenne du XXe siècle.

Personnes temporairement relogées dans un gymnase, Cagayan de Oro, Philippines, Noël 2011. Photo: Glenn Maboloc/Oxfam

Blog: Philippines : pourquoi les questions sanitaires sont importantes, après Sendong

Cagayan de Oro City, Philippines – De nombreuses familles qui ont perdu leur maison lors de la tempête Sendong (dont le nom international est Washi) sont hébergées dans des centres d’évacuation bondés, avec un espace vital limité à la taille du matelas qu’elles possèdent.

Surpeuplés et sans eau courante, ces centres d’évacuation peuvent devenir l’épicentre de nombreux problèmes sanitaires, en un rien de temps. 

Des gardiens de troupeaux font boire leurs buffles, district de Badin, Sindh. Photo: Sam Phelps/Oxfam

Blog: Inondations au Pakistan : le Sindh toujours submergé

En novembre 2011, je me suis rendu dans le district de Badin, dans le sud du Sindh, où Oxfam m’avait envoyé en mission pour couvrir son intervention suite aux récentes inondations qui avaient sévi dans cette province, entraînant le déplacement de millions de personnes et la destruction des cultures, du bétail et des moyens de subsistance. 

Des inondations soudaines paralysent les rues de Pikine, près de Dakar, Sénégal. Photo : Oxfam

Blog: Réduction des risques de catastrophe au Sénégal : le modèle de Pikine

Le deuxième jour de mon séjour à Dakar, au Sénégal, une pluie torrentielle mais de courte durée a douché la ville. En quelques minutes, dans les principales artères de la ville, nous roulions dans 50 centimètres d’eau. Il avait fait de plus en plus chaud et humide et, quatre heures durant, le ciel s’est tout simplement déversé sur Dakar.

Une femme porte ses effets personnels vers la nouvelle extension du camp de réfugiés IFO, à Dadaab, Kenya.

Blog: Les changements climatiques sont-ils responsables de la famine qui frappe la Corne de l'Afrique ?

La famine qui frappe la Corne de l'Afrique est-elle liée aux changements climatiques ? La question se pose chaque fois que des nouvelles "d'événements climatiques extrêmes" (ouragans, inondations, sécheresses) investissent nos écrans de télévision. Impossible de répondre par un simple "oui" ou "non". Néanmoins, nous vous livrons ici un résumé de ce qui nous pensons savoir, à ce jour, sur le sujet.

Blog: Pakistan : "Une forme d'agriculture qui se nourrit de la pauvreté" (3/3)

Le journaliste Alex Renton s'est rendu au Pakistan sept mois après les inondations qui ont frappé le pays. Sur place, il a pu constater les conséquences dramatiques de l'une des pires catastrophes naturelles, qui a laissé plus de 20 millions de personnes dans un complet dénuement.

Les digues, censées protéger des inondations, servent désormais de refuges. Photo : Andy Hall

Blog: Pakistan : "L'injustice des inondations saute aux yeux" (2/3)

Le journaliste Alex Renton s'est rendu au Pakistan sept mois après les inondations qui ont frappé le pays. Sur place, il a pu constater les conséquences dramatiques de l'une des pires catastrophes naturelles, qui a laissé plus de 20 millions de personnes dans un complet dénuement.

Depuis la chaussée où nous avons rencontré les pêcheurs, l'injustice des inondations et leurs conséquences sautent aux yeux.

De nombreux agriculteurs ont été contraints de se reconvertir à la pêche pour survivre. Photo : Andy Hall

Blog: Dans l'espoir d'un retour à la normale, au Pakistan (1/3)

Le journaliste Alex Renton s'est rendu au Pakistan sept mois après les inondations qui ont frappé le pays. Sur place, il a pu constater les conséquences dramatiques de l'une des pires catastrophes naturelles, qui a laissé plus de 20 millions de personnes dans un complet dénuement. La situation a malheureusement peu évolué ces derniers mois.

Portrait de Razia

Blog: Pakistan : retrouvailles avec Razia

Retrouver la trace de personnes rencontrées dans des camps est souvent difficile, notamment quand elles sont retournées dans leur village. Jane Beesley a pu revoir l'une d'elle, Razia, qui raconte son retour chez elle.

Les champs de Naimat Ahmed sont toujours inondés, sa maison pleine de boue.Province du Sindh. Photo: Caroline Gluck/Oxfam

Blog: Nouvelles inquiètudes au Pakistan: après les inondations, l'endettement et l'accès à la terre

Le village de Naimat Ahmed, dans le district de Thatta, région du Sindh, est toujours sous les eaux. Elle m’indique le champ inondé dans lequel elle cultivait son riz, et les pieds dans l’eau, me montre que le niveau n’a toujours pas baissé. Elle ouvre la porte de sa modeste maison de paille et d’argile, elle est remplie de boue. Elle devra attendre que le sol sèche pour s’y réinstaller et dort, avec d’autres, à l’extérieur, dans des abris de fortune, faits de rondins de bois et de draps de coton. 

Pages

Subscribe to RSS - inondations