réfugiés

Blog: Dentro de un campo de refugiados en Burkina Faso (1): “La única cosa que importa es estar un lugar seguro”

El conflicto en el norte de Malí ha empujado a miles de personas a refugiarse en los países vecinos. Desde 21 al 23 de agosto Yaye Fatou Marone, responsable de la información y la comunicación para Oxfam en África Occidental, visitó varios campamentos de refugiados de Malí en Burkina Faso, para entender mejor su situación y para representar mejor sus intereses. Ella relata sus encuentros con mujeres, niños, niñas y hombres obligados a dejarlo todo  - casa, trabajo, escuela - en busca de un mínimo de seguridad. Primera parte de una serie de tres artículos. 

Camp de réfugiés maliens de Mentao, Burkina Faso, août 2012. Photo : Yaye Fatou Marone/Oxfam

Blog: Dans un camp de réfugiés au Burkina Faso (1) : « la seule chose qui importe, c’est être en sécurité »

Le conflit au nord du Mali a poussé plusieurs milliers de réfugiés vers les pays voisins. Du 21 au 23 août, Yaye Fatou Marone, chargée d'information et communication pour Oxfam en Afrique de l'Ouest, s'est rendue dans plusieurs camps de réfugiés maliens au Burkina Faso, afin de mieux connaître leur situation et de défendre au mieux leurs intérêts. Elle relate ses rencontres avec des femmes, des enfants et des hommes contraints du jour au lendemain de tout quitter - maison, travail, école - en quête d'un minimum de sécurité.

Femme et enfants déplacés, camp de Kibati, RDC Est. Photo : Oxfam

Blog: Afrique : la crise s’aggrave dans la région des Grands Lacs

En ce moment même, en République démocratique du Congo (RDC), plus de personnes sont déplacées qu’au cours de n’importe quelle période des trois dernières années. Des dizaines de milliers de Congolais ont fui dans les pays voisins. Samuel Dixon, qui travaille en RDC pour Oxfam, explique la crise actuelle et ce que la communauté internationale peut faire pour alléger les souffrances de la population.

Femmes dans une échoppe du camp de Dadaab, Kenya. Photo : Jo Harrison/Oxfam

Blog: Afrique de l'Est : dans le camp de Dadaab, un an après la famine

Je me suis rendue pour la dernière fois à Dadaab, au Kenya, en juillet 2011. L’état de famine venait juste d’être décrété en Somalie et les réfugiés arrivaient en masse dans le camp, au rythme de 1 500 par jour.

Une jeune femme récemment arrivée à Jamam.

Blog: Nouvel afflux de réfugiés au Sud-Soudan : “Une situation plus difficile que jamais”

Au cours des deux dernières semaines, 30 000 nouveaux réfugiés ont fui le conflit qui sévit dans la région du Nil Bleu, au Soudan, pour se rendre dans la région du Haut-Nil, au Sud-Soudan. Ces femmes et ces hommes sont venus gonfler les rangs des dizaines de milliers de réfugiés ayant déjà fui les combats depuis la fin 2011.

Près d'un millier de réfugiés somaliens arrivent chaque jour au camp de Hiloweyn, à Dollo Ado, Ethiopie. Photo : Caroline Gluck/Oxfam

Blog: Ethiopie : des réfugiés somaliens entre le marteau et l'enclume

Sous les rafales de vent soufflant à intervalles de quelques minutes, hommes et femmes grimacent de douleur, progressant contre un nuage de sable qui leur picote les yeux et s'insinue dans leur bouche, leurs oreilles et leurs narines. Seuls les grands foulards qu'arborent traditionnellement les femmes offrent une modeste protection contre cette poussière qui recouvre tout, en quelques secondes, sous une épaisse couche ocre.

Des femmes se regroupent à la lisière du camp de Dadaab, Kenya. Photo : Oxfam

Blog: Oxfam à Dadaab : faire entendre la voix des femmes dans les crises humanitaires

Une vingtaine de femmes sont rassemblées à l'ombre d'un arbre, se protégeant du soleil implacable et des vents chauds qui balayent sans discontinuer le camp de réfugiés de Dadaab, à l'est du Kenya. 

Oxfam organise des rencontres exclusivement destinées aux femmes à la lisière du camp, afin de leur permettre de parler ouvertement de leurs besoins et de la façon de rendre leur vie ici un peu plus supportable. 

Blog: A Dadaab, les réfugiés somaliens à la recherche d’un abri

"Je n’ai pas encore de tente alors je me débrouille avec quelques bouts de vêtements et des bâtons. Tout ce qui m’importe c’est que ma famille dispose au moins d’un abri", déclare Maalim Bahigow, 50 ans, un nouveau venu à Daabab.

Le complexe de réfugiés de Dadaab, au nord-est du Kenya est le plus grand au monde. Il abrite actuellement près de 320 000 personnes, la plupart fuyant le conflit en Somalie, un des pires qui soit. Le camp est surpeuplé. Cependant, le gouvernement kenyan a empêché son agrandissement. 

Blog: Côte d'Ivoire : le long de la "route de la mort"

Philippe Conraud, coordonnateur humanitaire d'Oxfam pour l’Afrique de l'Ouest, revient d’une mission (effectuée du 18 au 22 avril) le long de ce qu’il appelle la "route de la mort", l'une des zones les plus touchées par le conflit. Selon lui, l’insécurité permanente qui règne dans la région rend toute forme d’aide humanitaire extrêmement difficile.

Pages

Subscribe to RSS - réfugiés