Oxfam International Blogs - consommateurs http://l.blogs.oxfam/fr/tags/consommateurs fr Comment vous pouvez contribuer à réduire le gaspillage alimentaire http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-01-21-comment-vous-pouvez-contribuer-reduire-gaspillage-alimentaire <div class="field field-name-body"><p><strong>Vous avez sans doute vu les gros titres récemment affirmant que <a href="http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/01/10/presque-la-moitie-de-la-nourriture-mondiale-est-gaspillee/" target="_blank" title="Presque la moitié de la nourriture mondiale serait gaspillée - Blog d'Audrey Garric - Eco(lo), Chroniques pour une économie durable" rel="nofollow">près de la moitié de la nourriture mondiale était jetée</a></strong> : selon un nouveau rapport publié par l<strong><a href="http://www.imeche.org/knowledge/themes/environment/global-food" target="_blank" title=" Waste not, want not" rel="nofollow">'Institution of Mechanical Engineers</a></strong> (IME), entre 1,2 et 2 milliards de tonnes de la production alimentaire mondiale ne sont pas consommées. Au lieu de ça, ces quantités sont jetées par les producteurs, les supermarchés et les consommateurs. </p> <p>Choquant, n’est-ce pas ? Ce constat est d’autant plus embarrassant que l’on sait qu’au même moment <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons" title="CULTIVONS - Oxfam" rel="nofollow">une personne sur huit se couche tous les soirs le ventre vide</a></strong>.</p> <h3>Que pouvons-nous faire ?</h3> <p>Les supermarchés et l’industrie agro-alimentaire ont à l’évidence un rôle majeur à jouer dans la réduction du gaspillage alimentaire. Nos gouvernements doivent également mettre en place davantage de mesures pour y parvenir.</p> <p>Dans les pays développés, comme en <strong><a href="http://alimentation.gouv.fr/manger-c-est-bien-jeter-ca-craint" target="_blank" title="Manger c’est bien, jeter ça craint - Campagne du gouvernement française contre le gaspillage alimentaire" rel="nofollow">France</a></strong> ou au <strong><a href="http://sauvetabouffe.org/" target="_blank" title="Sauvetabouffe.org - Site d'information contre le gaspillage alimentaire, par les AmiEs de la Terre de Québec" rel="nofollow">Québec</a></strong>, le gaspillage de nourriture intervient principalement lors de la vente au détail, tant du côté des supermarchés que des consommateurs. </p> <p>Dans les pays en développement, le gaspillage de nourriture se produit plus au niveau des lieux d’exploitation que dans les réfrigérateurs. Cela s’explique par un certain nombre de raisons logistiques. En effet, les paysans n’ont pas accès à des entrepôts leur permettant de stocker les récoltes, ni à des réseaux routiers qui offrent la possibilité de les acheminer et de les commercialiser. </p> <p>En collaboration avec nos  partenaires, Oxfam travaille avec différents acteurs internationaux issus de l’industrie agro-alimentaire autour de cette problématique. L’objectif est de les pousser à <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/enjeux/agriculture-petite-echelle" target="_blank" title=" avec des investissements appropriés, la production des petites exploitations pourrait faire un bond en avant" rel="nofollow">soutenir les petits agriculteurs</a></strong> dans la réduction des pertes agricoles tout en augmentant les revenus de ces derniers.</p> <p><strong>Mais chacun de nous peut contribuer à changer la donne.</strong> Ainsi tout en exigeant de la part des gouvernements et des entreprises de mettre en œuvre des mesures qui aillent en faveur de la réduction du gaspillage alimentaire, il est nécessaire que nous agissions à notre échelle dans le même sens. En appréciant et accommodant un peu plus nos restes de nourriture et en essayant de réduire notre propre gâchis, nous pouvons contribuer à la réduction de la quantité de nourriture gaspillée. </p> <p>La <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/methode" target="_blank" title=" nourrissez votre famille et aidez un milliard de personnes à se nourrir" rel="nofollow">méthode CULTIVONS</a></strong> présente différentes idées que nous pouvons toutes et tous mettre en œuvre au quotidien, afin d’aider à la construction d’un système alimentaire plus juste. Cela commence par la réduction de nos déchets alimentaire domestiques. </p> <p>Vous êtes en panne d’inspiration quant à la façon de réduire la quantité de nourriture qui part à la poubelle ? Rien de plus simple. Seuls un peu d’organisation et de créativité sont nécessaires. Cela vous permettra sans doute de faire des économies et pourra même s’avérer amusant ! </p> <ul><li><strong>Prévoyez vos repas</strong> : certes, cela semble ennuyeux, mais en ayant une vague idée de la composition et de la répartition de vos repas au cours de la semaine, vous saurez quelle quantité de nourriture vous avez besoin d’acheter. De plus, en programmant à l’avance de quoi seront faits vos dîners, vous serez sans doute soulagé-e des préoccupations liées à la cuisine. N’hésitez pas à jeter un œil à notre outil CULTIVONS qui a pour but d’aider à la réalisation de ses <strong><a href="http://growmethod.com/download/oxfammethodecultivonstoolkit2.5MB.pdf" target="_blank" title="La liste des courses selon la méthode CULTIVONS (Fichier PDF)" rel="nofollow">listes de courses</a></strong>.</li> <li><strong>Régalez-vous avec les restes</strong> : au lieu de jeter directement vos restes de nourriture à la poubelle, montrez-vous un peu plus reconnaissant-e envers eux et donnez-leur une seconde vie. Si vous manquez d’inspiration sur la façon d’accommoder les restes de repas, regardez sur Pinterest nos différentes propositions de <strong><a href="http://pinterest.com/oxfamgrowmethod/la-methode-cultivons-recettes/" target="_blank" title=" recettes" rel="nofollow">recettes</a></strong>, toutes savoureuses et originales.</li> <li><strong>Inspirez d’autres personnes à votre tour</strong> : vous avez un plat préféré élaboré à base de vos précédentes préparations ? Alors ajoutez-les à notre plateforme collaborative Pinterest (en <strong><a href="http://pinterest.com/oxfamgrowmethod/la-methode-cultivons-recettes/" target="_blank" title=" recettes" rel="nofollow">français</a></strong> et en <strong><a href="http://pinterest.com/pin/226094843764776211/" target="_blank" title="Be a pinner on our love your leftovers recipes board!" rel="nofollow">anglais</a></strong>) afin de donner à d’autres personnes l’envie d’en faire autant. Devenez dès maintenant un véritable moteur du changement, sur Pinterest ! </li> </ul><p><strong>Qu’en pensez-vous ? Avez-vous d’autres suggestions pour éviter de gaspiller tant de nourriture ?</strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Comment vous pouvez contribuer à réduire le gaspillage alimentaire</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-01-11-how-you-can-help-cut-down-food-waste" title="How can YOU help cut down on food waste?" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-01-14-%C2%BFcomo-puedes-ayudar-reducir-el-desperdicio-de-alimentos" title="¿Cómo puedes ayudar a reducir el desperdicio de alimentos?" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Mon, 21 Jan 2013 14:22:37 +0000 Josephine Whitaker 10203 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-01-21-comment-vous-pouvez-contribuer-reduire-gaspillage-alimentaire#comments Jour 6: Cessez de parler d’égalité http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/cessez-de-parler-d%E2%80%99egalite <div class="field field-name-body"><p><em><strong>Les chefs d’entreprise changent de comportement dès lors qu’ils y voient un intérêt pour eux et pour leurs entreprises. Si nous voulons qu’ils changent leur façon de faire des affaires, il faut cesser de parler de justice et d’égalité entre les sexes et, qu’à la place, nous leur montrions en quoi un système alimentaire plus équitable engendre des profits durables.</strong></em></p> <p>Par <a href="http://blogs.oxfam.org/fr/user/profile/tinna-c-nielsen"><strong>Tinna Nielsen</strong></a>, consultante en diversité et inclusion pour Arla Foods Amba<strong></strong></p> <p><strong>Les chefs d’entreprise changent de comportement dès lors qu’ils y voient un intérêt pour eux et pour leurs entreprises</strong>. Si nous voulons qu’ils changent leur façon de faire des affaires, il faut cesser de parler de justice et d’égalité entre les sexes et, qu’à la place, nous leur montrions en quoi un système alimentaire plus équitable engendre des profits durables.<strong></strong></p> <p>Dans le cadre de mon travail d’anthropologue économique au sein d’une entreprise laitière et agroalimentaire du secteur privé, j’ai observé comment un changement de discours pouvait entraîner un changement de comportement parmi les chefs d’entreprise, ce qui entraine à son tour une plus grande égalité entre les sexes. Le fait de détourner l’emphase de la « justice », des « femmes » et de la « responsabilité sociale » en faveur du « profit » est ce qui a le mieux fonctionné.</p> <p>Si nous nous attendons à ce que les entreprises du secteur privé contribuent au développement d’un système alimentaire qui est « juste pour les femmes », il faut que nous donnions les moyens aux personnes privilégiées de travailler autrement.</p> <h3>De « l’égalité » aux « résultats »</h3> <p>Tous les discours sont connotés, et dans le monde des affaires, les discours sur l’égalité des sexes et sur la responsabilité sociale des entreprises impliquent malheureusement d’aider les minorités pour le bien des minorités. Au cours des dernières décennies, cette approche n’a pas eu de grand impact sur la vie des femmes ou des personnes vivant en situation de pauvreté, ni n’a fait évoluer l’état d’esprit et le comportement des chefs d’entreprise.</p> <h3><em>"Les discours sur l’égalité des sexes et sur la responsabilité sociale des entreprises n’ont pas eu de grand impact sur la vie des femmes ou des personnes vivant en situation de pauvreté.</em></h3> <p><strong><a href="http://www.internationalbusinessreport.com/files/ibr2012%20-%20women%20in%20senior%20management%20master.pdf" rel="nofollow">Une étude de 2011</a></strong> révèle que les femmes détiennent actuellement 20 % des postes de direction au niveau mondial, contre 24 % en 2008. C’est seulement 1 point de plus qu’en 2004. À l’échelle mondiale, les femmes détiennent uniquement 9 % des postes de direction générale, même si la proportion de femmes sur le marché du travail et à des postes de cadre augmente continuellement. Il n’y a pas eu de réel progrès ces dernières années au niveau de la diversité de genre au sein des plus hautes sphères des corps institutionnels de prise de décisions, malgré un nombre grandissant d’entreprises instaurant l’égalité entre les sexes et des initiatives de diversité et d’inclusion.</p> <p>De part mon expérience, j’ai pu observer qu’en mettant l’accent sur les bénéfices commerciaux (de meilleurs résultats, des coûts réduits, des nouvelles parts de marché et des profits durables), on peut changer la mentalité et le comportement des dirigeants d’entreprise. Lorsque l’égalité et la diversité sont perçues comme favorisant le succès de l’entreprise – tels des leviers de performance plutôt que des objectifs en tant que tels – elles comptent aux yeux de ces mêmes dirigeants.</p> <p>Un tel contre-discours a fonctionné dans l’entreprise internationale où je travaille. Au lieu d’établir des objectifs pour l’égalité et la diversité, nous avons fixé un objectif stratégique sur la composition des équipes : chaque équipe, à tous les niveaux, ne doit compter plus de 70 % de personnes du même sexe, de la même génération, du même milieu ethnique ou de même nationalité, et du même domaine disciplinaire/de la même formation. Le raisonnement sous-jacent est qu’en encourageant l’hétérogénéité des points de vue et des perspectives, la performance augmente.</p> <p><a href="http://press.princeton.edu/titles/8353.html" rel="nofollow"><strong>Des études</strong></a> et les meilleures <a href="https://rowman.com/ISBN/9781442210455" rel="nofollow"><strong>pratiques</strong></a> ont prouvé que l’inclusion d’une diversité de perspectives et de milieux entraîne des solutions et décisions plus durables et innovantes, car des équipes diversifiées échangent plus d’informations, font de meilleures prévisions et adoptent une optique plus orientée vers le long terme. Cela peut avoir de profonds impacts pour les entreprises, ainsi que pour les producteurs et consommateurs.</p> <p>Au fil des années, j’ai pu constater que les premières personnes qui font la promotion de tels changements sont celles pour qui la diversité implique la synergie, l’innovation et la performance. Bien que la quête de justice sociale soit tout à fait louable, <a href="http://hbr.org/1996/09/making-differences-matter-a-new-paradigm-for-managing-diversity/ar/1" rel="nofollow"><strong>elle ne semble pas encourager</strong></a> les leaders à promouvoir plus de diversité au sein de leur entreprise. Au contraire, c’est plutôt l’argument commercial en faveur de la diversité et de l’intégration des femmes qui semble les pousser à agir.</p> <h3>La diversité favorise l’accès des femmes à l’alimentation</h3> <p>Bien que la diversité au sein des entreprises soit importante, elle ne suffit pas à provoquer à elle seule un changement significatif. Les entreprises doivent chercher à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement et à cibler des consommateurs plus variés dans le cadre de leur processus d’innovation et de leur modèle d’affaires. Cela peut avoir un impact significatif sur la sécurité alimentaire et sur l’autonomisation des femmes vivant en situation de pauvreté.</p> <h3><em> "Les entreprises doivent chercher  à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement et à cibler des consommateurs plus variés."</em></h3> <p>Par exemple, dans le cadre du processus d’innovation commerciale dans <a href="http://www.arla.com/" rel="nofollow"><strong>l’entreprise agroalimentaire internationale</strong></a> pour laquelle je travaille, nous avons consulté des personnes en situation de pauvreté en Afrique qui ne consommait pas les produits de l’entreprise. Cela a porté ses fruits à la fois pour l’entreprise et pour les femmes vivant en situation de pauvreté.</p> <p>Lorsque les dirigeants de l’entreprise ont appris que les femmes en situation de pauvreté n’avaient pas les moyens d’acheter du lait infantile en raison de son coût élevé, l’entreprise a décidé de produire du lait infantile en petit format, donc plus abordable. Les bébés n’ont pas été les seuls à bénéficier d’un accès plus sûr à la nourriture. Ces femmes, qui auparavant ne consommaient pas, ont soudain acquis le statut d’importantes consommatrices aux yeux de l’entreprise.</p> <p>Un autre exemple souligne comment la collaboration avec des petits producteurs en Afrique a donné aux dirigeants de l’entreprise de nouveaux enseignements sur la façon de maintenir les prix et les coûts stables. La volatilité du marché des fèves de cacao conduisait souvent les producteurs à changer de culture afin de survivre, ce qui engendrait indirectement une envolée des prix des fèves de cacao. L’entreprise s’est rendue compte qu’en contribuant à un meilleur niveau de vie en terme de sécurité alimentaire et d’éducation pour les familles de producteurs de fèves de cacao, elle pouvait éviter que les producteurs se dirigent vers l’industrie de l’huile de palme. Il y avait là clairement un argument commercial en faveur du maintien de prix d’approvisionnement stables dans un marché volatile.</p> <p>Certaines sociétés entreprennent ce genre de collaboration inclusive avec des petits producteurs dans le cadre de leurs engagements de responsabilité sociale. Je pense que davantage d’entreprises en feraient de même si l’argument de rentabilité leur était présenté.</p> <h3>Donnons aux personnes privilégiées les moyens d’agir</h3> <p>Les puissants chefs d’entreprises (qui s’avèrent être l’un des nombreux freins à un système alimentaire plus juste) ne se réveillent pas le matin en se demandant quel impact ils sont sur les personnes en situation de pauvreté et sur les petits producteurs dans les pays en développement. Pour que les chefs d’entreprises changent de comportement, il faut leur présenter un argument de rentabilité, et non un argument de responsabilité sociale.</p> <h3><em>"Pour que les chefs d’entreprises changent de comportement, il faut leur présenter un argument de rentabilité, et non un argument de responsabilité sociale."</em></h3> <p>Nous devons donc changer de discours : un système alimentaire juste est un système au sein duquel chacun a accès à la nourriture, car cela signifie plus de consommateurs et des profits plus durables pour les entreprises alimentaires.</p> <p>Nous devons changer la manière dont les personnes privilégiées gouvernent leurs actions. Cela commence par du développement personnel, pour que les dirigeants d’entreprises ainsi que leurs employés acquièrent une nouvelle conscience du monde. Ils ne changeront pas fondamentalement leurs entreprises et leurs façons de commercer tant qu’ils ne se rendront pas compte de l’importance de consulter et de travailler avec des personnes différentes d’eux-mêmes sur le marché international</p> <h3>Pour avancer</h3> <p>Je suis convaincue qu’en donnant aux leaders du secteur privé les moyen de créer des modèles d’affaires plus inclusifs, cela aura un effet multiplicateur. Il suffira d’un changement chez quelques puissants dirigeants pour que tout le secteur finisse par changer.</p> <p>Jusqu’à présent nous n’avons pas vu le nombre de femmes à des postes de direction augmenter malgré tous les efforts réalisés pour favoriser leur représentation. Ces efforts ont peu d’effet lorsque celles-ci font partie d’un système de pouvoir où le profit et les ambitions personnelles sont les vrais dictateurs du comportement.</p> <h3><em>"Ces efforts ont peu d’effet lorsque celles-ci font partie d’un système de pouvoir où le profit et les ambitions personnelles sont les vrais dictateurs du comportement."</em></h3> <p>Il est temps de cesser de lancer des initiatives au nom de la justice. Il faut plutôt faire pression sur les dirigeants des secteurs public et privé pour qu’ils s’engagent à réduire l’homogénéité chez ceux qui sont responsables de la prise de décision. La collaboration avec une diversité de parties prenantes doit devenir un pilier central de leur modèle d’affaires.</p> <p>Cela engendrera, je le pense, une transformation fondamentale qui contribuera à un système alimentaire « plus juste » pour les femmes... et pour tous.<strong></strong><strong></strong><em><strong></strong></em></p> <p>Téléchargez l'article :<strong></strong><strong> </strong><a href="http://blogs.oxfam.org/sites/blogs.oxfam.org/files/Tinna-Nielsen_Discussion-en-ligne-Oxfam.pdf"><strong>Cessez de parler d’égalité</strong></a><em><strong><a href="http://blogs.oxfam.org/sites/blogs.oxfam.org/files/Tinna-Nielsen_Discussion-en-ligne-Oxfam.pdf"> </a></strong></em></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Jour 6: Cessez de parler d’égalité </h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/dejemos-de-hablar-de-igualdad" title="Día 6: Dejemos de hablar de igualdad" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/stop-talking-about-equality" title="Day 6: Stop Talking About Equality" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Mon, 26 Nov 2012 00:00:01 +0000 Tinna C. Nielsen 10072 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/cessez-de-parler-d%E2%80%99egalite#comments