Oxfam International Blogs - Conference ONU sur le changement climatique http://l.blogs.oxfam/fr/tags/conference-onu-sur-le-changement-climatique fr Négociations sur le climat à Lima : la réalité derrière les gros titres http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/14-12-10-n%C3%A9gociations-sur-le-climat-%C3%A0-lima-la-r%C3%A9alit%C3%A9-derri%C3%A8re-les-gros-titres <div class="field field-name-body"><p><strong>Voici passée la première semaine de la conférence des Nations unies sur le climat à Lima (Pérou), où la communauté internationale négocie actuellement un nouveau traité sur le changement climatique qui devrait être adopté à Paris, l’an prochain. À première vue, on pourrait penser qu’il y a du changement dans l’air. </strong></p> <p>Les <a href="http://blogs.oxfam.org/en/blogs/14-09-26-peoples-climate-march-around-world-pictures-biggest-climate-mobilisation-ever"><strong>manifestations pour le climat qui ont eu lieu en septembre</strong></a> à travers le monde, les engagements de réduction des émissions de CO2 annoncés par l’Union européenne, les États-Unis et la Chine, la pression de l’opinion publique au Pérou (y compris des militant-e-s d’Oxfam) et le fait que le nouveau fonds de l’ONU pour le climat ait presque atteint son objectif initial de capitalisation sont autant d’éléments qui semblent avoir impulsé l’élan nécessaire pour des négociations fructueuses. La plupart des médias présentent également le début des négociations sous un jour positif. Qu’en est-il vraiment ? Comment se passe la conférence jusqu’à présent ? </p> <h3>Première ébauche d’un traité sur le climat</h3> <p><img height="512" width="1024" class="media-element file-default" typeof="foaf:Image" src="http://l.blogs.oxfam/sites/default/files/killer-fact-1-twitter-1024x512-fr-pf2.jpg" alt="" /></p> <p>La conférence s’est ouverte sur un défi : lors de l’inauguration, <strong>le pays hôte a formulé l’espoir que ces deux semaines débouchent sur l’adoption d’une première ébauche</strong> du traité sur le climat de Paris. C’est formidable que le Pérou place d’emblée la barre si haut. Mais c’est aussi incroyablement ambitieux de penser qu’en deux semaines, la communauté internationale parviendra à régler suffisamment de différends pour s’accorder sur un projet de texte.</p> <p>Ces négociations de Lima doivent en revanche aboutir à un format commun de contribution, assurant que dans quelques mois, chaque pays présentera ses engagements de la même manière dans le cadre du nouvel accord. Cela peut sembler une simple formalité, mais <strong>c’est extrêmement important si nous voulons éviter un bel imbroglio</strong>, avec des données de référence, des échéances et des périmètres de mesures différents selon les pays. Nous devrons pouvoir additionner tous ces engagements afin de calculer dans quelle mesure ils nous permettent d’atteindre l’objectif général d’éviter un niveau dangereux de changement climatique. </p> <p>Un accord au rabais, qui conduirait à <strong>un réchauffement planétaire de 3,5 °C (ce vers quoi nous nous dirigeons pour le moment) aurait des conséquences catastrophiques</strong> pour les populations pauvres en première ligne du changement climatique, pour lesquelles il deviendrait infiniment plus difficile et coûteux de se protéger d’un chaos climatique. Si nous voulons faire pression sur les gouvernements afin qu’ils renforcent leurs engagements après Lima, il faut que ces engagements soient comparables pour que nous puissions facilement identifier et interpeller ceux qui traînent les pieds.</p> <h3>Financement de la lutte contre le changement climatique</h3> <p><img height="512" width="1024" class="media-element file-default" typeof="foaf:Image" src="http://l.blogs.oxfam/sites/default/files/ssa-1-twitter-1024x512-pf.jpg" alt="" /></p> <p>Une autre question importante, grande pomme de discorde ici, aux négociations de Lima, est le « financement climat ». <strong>Les pays riches font tout pour éviter la question du soutien à apporter aux pays pauvres dans le cadre du nouveau traité.</strong> Cela paraît d’autant plus injuste que, cette fois-ci, on demande aux pays même les plus pauvres de s’engager à réduire leurs émissions sans leur donner l’assurance qu’ils recevront le soutien dont ils ont besoin pour ce faire. Cela revient un peu à demander à quelqu’un de monter à une échelle que l’on s’empresse de retirer sous ses pieds. </p> <p><strong>Les pays développés ne font pas de cadeaux.</strong> Selon eux, les pays en développement ne recevront rien d’autre que les récents engagements au titre du Fonds vert pour le climat – dont quasiment aucun ne représente un nouvel apport de fonds et qui ne précisent pas comment les pays riches renforceront l’aide aux pays pauvres pour mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020. Des pays développés ont même menacé d’opposer un veto général si on leur demandait de nouveaux engagements financiers dans le cadre du nouveau traité sur le climat !</p> <h3>Notre présence à la COP20</h3> <p><img height="512" width="1024" class="media-element file-default" typeof="foaf:Image" src="http://l.blogs.oxfam/sites/default/files/hagupit-twitter-1024x512-fr-pf.jpg" alt="" /></p> <p>Compte tenu de l’importance des enjeux, Oxfam est à Lima pour mener campagne en faveur de la justice climatique au cœur même du processus de décision. Dans <a href="http://www.oxfam.org/fr/rapports/sortir-de-limpasse-le-financement-de-la-lutte-contre-le-changement-climatique-post-2020" rel="nofollow"><strong>notre rapport publié à l’occasion de l’ouverture de la COP20</strong></a>, nous formulions trois grandes revendications :</p> <ul><li><strong>Un accord suffisamment ambitieux</strong> pour qu’il marque une étape décisive dans la lutte contre le changement climatique</li> <li><strong>La contribution équitable de chaque pays</strong> pour ne pas dépasser un budget carbone mondial qui se réduit</li> <li>L’allocation des <strong>financements climat en fonction des besoins réels</strong></li> </ul><p>Les États doivent progresser sur ces trois points à Lima. Sinon, le prochain sommet sur le climat à Paris, où le nouveau traité doit être signé, risque de se solder par un échec aussi catastrophique que la dernière fois où l’on a essayé de conclure un accord international sur le climat, il y a cinq ans à Copenhague. <strong>Si nous voulons limiter l’impact du changement climatique, c’est maintenant qu’il faut agir.</strong></p> <h3>Ce que vous pouvez faire</h3> <p><strong>Appelez les responsables politiques à agir pour <a href="http://www.oxfam.org/fr/action/empechez-que-le-changement-climatique-naggrave-la-faim-dans-le-monde" rel="nofollow">empêcher que le changement climatique aggrave la faim dans le monde</a></strong></p> <p><strong>Suivez notre <a href="http://www.oxfam.org/fr/campagnes/cop20-lima" rel="nofollow">page spéciale consacrée à la COP20 à Lima</a> et nos infos sur <a href="http://twitter.com/@Oxfam_fr" rel="nofollow">@Oxfam_fr</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Négociations sur le climat à Lima : la réalité derrière les gros titres</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/14-12-05-beyond-headlines-whats-actually-happening-un-climate-talks-cop20" title="Beyond the headlines: What’s actually happening at the UNFCCC COP20" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Wed, 10 Dec 2014 14:30:50 +0000 Kiri Hanks 24244 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/14-12-10-n%C3%A9gociations-sur-le-climat-%C3%A0-lima-la-r%C3%A9alit%C3%A9-derri%C3%A8re-les-gros-titres#comments La conférence des Nations unies sur le climat à Lima en six questions http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/14-12-02-la-conference-des-nations-unies-sur-le-climat-a-lima-en-six-questions <div class="field field-name-body"><p>Sans de sérieux engagements pour faire face au changement climatique, le monde risque de subir « <a href="http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20141102.OBS3881/climat-les-4-lecons-alarmantes-du-rapport-du-giec.html" target="_blank" rel="nofollow"><strong>des impacts graves, étendus et irréversibles</strong></a> ». Les impacts d'un climat déjà en rapide évolution se font sentir partout dans le monde et il n'y a tout simplement pas de temps pour l'inaction. Cela est particulièrement vrai ici au Pérou.</p> <p>Voilà pourquoi il est nécessaire d’agir au niveau mondial sur le changement climatique. En septembre, <a href="http://blogs.oxfam.org/fr/blogs/14-09-23-climat-plus-une-minute-%C3%A0-perdre-accentuons-la-pression-pour-que-%C3%A7a-bouge"><strong>plus de 650 000 personnes à travers le monde</strong></a> sont descendues dans les rues et ont pris part à la plus grande mobilisation publique sur le changement climatique - appelant les responsables politiques à s’engager à agir. Les décideurs ont maintenant la possibilité de se réunir et de signaler clairement leur intention d’agir concrètement sur le changement climatique.</p> <p>La <a href="http://unfccc.int/portal_francophone/items/3072.php" rel="nofollow"><strong>20e Conférence des Parties (COP) de la CCNUCC</strong></a> (Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques) à Lima, Pérou, marque la prochaine étape sur la route vers la sécurisation de l’ambitieux accord mondial sur le climat dont nous avons toutes et tous besoin.</p> <p>Vous trouverez ici tout ce que vous avez besoin de savoir sur ces importantes négociations sur le climat.</p> <h3>Où et quand ?</h3> <p>La conférence se déroule <a href="http://www.oxfam.org/fr/campagnes/cop20-lima" rel="nofollow"><strong>du 1er au 12 décembre 2014 à Lima</strong></a>, Pérou.</p> <h3>Qui y participe ?</h3> <p><strong>196 représentants</strong> de toutes les parties du traité CCNUCC de 1992. Ce groupe comprend tous les pays membres de l'ONU (les États) et des organismes tels que l'Union européenne et le Saint-Siège (représentant du Vatican).</p> <h3>Que se passe-t-il durant la COP ?</h3> <p>La COP20 est une réunion mondiale en vertu de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (la CCNUCC). Les délégations discutent des détails clés du projet d'accord mondial pour le climat avant les négociations finales qui auront lieu à la Conférence des Parties de Paris à la fin de 2015.</p> <p>Fondamentalement, la COP20 offre aussi une chance aux pays de résoudre les problèmes liés aux plans actuels de financement climat. Les pays développés ont déjà promis de mobiliser <strong>100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour aider les pays les plus pauvres du monde à faire face aux effets du changement climatique</strong>. Cependant, à l'heure actuelle, le Fonds vert pour le climat (le système prévu pour gérer une grande partie de cet argent) est très loin de ces objectifs, ayant reçu des promesses de moins de 10 milliards de dollars.</p> <h3>Pourquoi cette conférence est-elle si importante ?</h3> <p>La Conférence des Parties est l'occasion pour tous les gouvernements du monde - riches et pauvres - de se réunir pour agir sur le changement climatique.</p> <p>Le changement climatique nuit à la production alimentaire et contribue à l'augmentation de la faim et la situation ne fera que s’aggraver si des mesures sérieuses ne sont pas prises par nos leaders mondiaux. <strong>D’ici 2050, 50 millions de personnes (l'équivalent de la population de l'Espagne) risquent de souffrir de la faim</strong> à cause du changement climatique.</p> <p>C’est pourquoi nous avons besoin de grands engagements sur les financements climat (pour aider les efforts d'adaptation et faire face aux effets actuels) et d’objectifs ambitieux en matière de mitigation (la réduction des émissions et, par conséquent, des impacts du changement climatique) à décider à Paris en 2015.</p> <h3>Quelle est l’importance du Pérou en tant que pays hôte ?</h3> <p>Le <a href="http://peru.oxfam.org" rel="nofollow"><strong>Pérou</strong></a> est l'un des nombreux pays sur les lignes de front de la lutte contre le changement climatique. À l'heure actuelle, <strong>plus de 80% de la production des aliments de base au Pérou est extrêmement vulnérable à la sécheresse</strong> et la production agricole dans l'ensemble de la région andine pourrait chuter de 12 à 50% dans les prochaines décennies en raison du changement climatique.</p> <p>Les habitants du Pérou ressentent de plus en plus les effets du changement climatique. Sous les feux de l’actualité internationale, Lima a maintenant l’opportunité de mettre les témoignages de ses populations affectées au centre des négociations.</p> <h3>Comment puis-je contribuer ?</h3> <p>La COP de Lima est un tremplin essentiel pour vraiment faire avancer la lutte contre les effets du changement climatique. Nous avons besoin de voir de réelles avancées sur le plan des financements afin de faire face aux conséquences du changement climatique et nous espérons recevoir des signes concrets de la part des dirigeants mondiaux montrant qu'ils entendent bien faire de 2015 l’année de l'action climatique.</p> <p><strong>Vous pouvez <a href="http://www.oxfam.org/fr/campagnes/cop20-lima" rel="nofollow">suivre les avancées de la COP</a> et vous joindre à nos campagnes en nous suivant sur </strong><a href="http://twitter.com/@oxfam_fr" rel="nofollow"><strong>Twitter</strong></a>. Vous pouvez également nous aider à partager cet important événement qui se tient en ce moment même à Lima en recommandant ce blog à tous vos amis !</p></div><div class="field field-name-title"><h2>La conférence des Nations unies sur le climat à Lima en six questions</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/14-12-01-la-conferencia-clim%C3%A1tica-en-lima-las-6-preguntas-y-respuestas-que-debes-saber-sobre" title="La conferencia climática en Lima: Las 6 preguntas y respuestas que debes saber sobre la COP20" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/14-12-01-un-climate-conference-lima-whats-happening-and-why-it-really-matters-6-questions" title="UN Climate Conference in Lima: what&#039;s happening and why it really matters in 6 questions" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 02 Dec 2014 09:37:36 +0000 Frank Boeren 24082 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/14-12-02-la-conference-des-nations-unies-sur-le-climat-a-lima-en-six-questions#comments Climat : plus une minute à perdre, accentuons la pression pour que ça bouge http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/14-09-23-climat-plus-une-minute-%C3%A0-perdre-accentuons-la-pression-pour-que-%C3%A7a-bouge <div class="field field-name-body"><p>Depuis le sommet de Copenhague sur le changement climatique, à la fois beaucoup et trop peu de changements ont eu lieu. <strong>On ne peut plus dire que le changement climatique s’annonce ; il est déjà là. Au cours des cinq dernières années, les catastrophes liées au climat ont touché plus de 650 millions de personnes et fait plus de 112 000 morts.</strong></p> <p>Le changement climatique menace de faire reculer le développement. En détruisant les infrastructures, les récoltes et autres sources de revenus, il prive des millions de personnes des moyens de manger à leur faim et de se sortir de la pauvreté. La facture de ce chaos est énorme : près de 500 milliards de dollars sur cinq ans, soit trois fois plus que pour l’ensemble des années 1970.</p> <p>Pourtant l’inertie persiste. Les engagements internationaux visant à faire reculer la menace du changement climatique semblent être restés sans suite, tant sur le plan de la réduction des émissions de gaz à effet de serre que sur celui de la mobilisation des financements nécessaires aux pays en développement pour réduire leurs émissions et s’adapter aux effets désormais inévitables du changement climatique. </p> <h3>Les ambitions politiques de Copenhague n'ont pas progressé</h3> <p>Alors que <strong><a href="http://blogs.oxfam.org/fr/blog/09-12-18-excusez-moi-messieurs-mais">les chefs d’État et de gouvernement s’étaient mis d’accord à Copenhague, en 2009</a></strong>, pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C, leurs engagements de réduction des émissions se sont révélés insuffisants. Depuis lors, <strong>aucun pays n’a augmenté ses objectifs d’atténuation</strong> et certains, comme le Canada et le Japon, sont même revenus sur leurs engagements initiaux. La planète se dirige donc vers un réchauffement de près de 4 °C d’ici à la fin du siècle et nous pouvons nous attendre à des effets catastrophiques. </p> <p>Les chefs d’État et de gouvernement avaient également souhaité la mise en place du « Fonds vert pour le climat », et les pays riches s’étaient engagés à mobiliser 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012, puis 100 milliards par an d’ici 2020, afin d’aider les pays pauvres à lutter contre le changement climatique. Là encore, les ambitions politiques n’ont pas progressé : <strong>une poignée de pays seulement se sont engagés à augmenter leurs financements au cours des prochaines années. </strong>Au mieux, 16 à 17 milliards de dollars seront mobilisés cette année, qui pourraient en fait se limiter à 8 ou 9 milliards, compte tenu des subterfuges comptables. </p> <h3>Un nouvel élan à la lutte contre le changement climatique est nécessaire</h3> <p>Pendant ce temps, les subventions aux énergies fossiles ne cessent d’augmenter, malgré la nette baisse du coût des énergies renouvelables et les appels à l’action de plus en plus pressants de citoyennes et citoyens du monde entier.</p> <p>Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a invité tous les chefs d’État et de gouvernement, les magnats de la finance et de l’industrie, ainsi que les organisations de la société civile à un sommet sur le climat, cette semaine, dans le but de donner un nouvel élan à la lutte contre le changement climatique. <strong>Ce sommet est une nécessité.</strong> Face à cette crise climatique qui se développe, nous devons passer à la vitesse supérieure. </p> <p>Les dirigeant-e-s mondiaux ont du pain sur la planche. Syrie, Irak, Soudan du Sud, Somalie... <strong>Nous avons rarement connu autant de crises internationales que ces dernières années. </strong>Mais si le changement climatique n’est pas le seul problème auquel nos dirigeant-e-s doivent faire face, c’est à bien des égards le plus abordable. Contrairement à nombre de crises politiques actuelles pour lesquelles il est difficile d’identifier les solutions, <strong>nous savons quelles mesures mettre en œuvre pour enrayer le changement climatique.</strong> Nous sommes d’accord avec Ban Ki-moon quand il dit : « Au lieu de nous demander si nous avons les moyens d’agir, nous devrions nous demander ce qui nous arrête, qui nous arrête et pourquoi. » Seuls les intérêts particuliers de l’industrie des énergies fossiles nous retiennent de construire un avenir plus sûr.</p> <h3>Les annonces du secteur privé ne suffiront pas</h3> <p>Malheureusement, il semble que ce sommet ne suffira pas à nous remettre sur la bonne voie. La plupart des chefs d’État et de gouvernement devraient venir les mains vides à la table des négociations. Les annonces du secteur privé tentent de combler ce vide politique. Mais, même si des engagements encourageants seront pris, trop risquent de n’être guère plus que des opérations d’écoblanchiment qui ne nous mèneront pas loin. </p> <p>Les entreprises progressistes doivent, selon les propres termes de Ban Ki-moon, « <strong>contrer les climatosceptiques et les intérêts établis</strong> ». Le secteur privé peut, à cet effet, faire pression sur les gouvernements pour une réglementation plus rigoureuse, plus d’efficacité énergétique et plus d’investissements dans les énergies renouvelables. Les entreprises peuvent également réduire leurs propres émissions et supprimer progressivement les émissions fossiles de leurs opérations.</p> <p>Mais les promesses d’initiatives volontaires de la part du secteur privé ne suffiront pas. <strong>Un engagement politique et une réglementation officielle sont indispensables</strong> pour susciter l’action internationale qui s’impose compte tenu des connaissances scientifiques et que réclament un nombre croissant de citoyennes et citoyens à travers le monde. </p> <p>Le sommet de cette semaine ne sera considéré comme un succès que s’il apporte un regain d’énergie et relance l’action en vue de la conclusion d’un nouvel accord international sur le climat au sommet de Paris, à la fin 2015. Les États devront alors prendre des engagements clairs et fermes, suivant les connaissances scientifiques et le principe de l’équité.</p> <p>Le changement climatique est un phénomène bien réel ; il fauche des vies et aggrave la faim dans le monde. Son coût humain et économique ne cesse de s’alourdir, et tout atermoiement ne fait qu’empirer les choses.<strong> Il nous faut un changement radical. </strong>C’est pourquoi<strong> <a href="http://peoplesclimate.org/" rel="nofollow">nous sommes descendus dans les rues à New York et ailleurs ce 21 septembre</a></strong>. Avec des dizaines de milliers d’autres personnes, nous affirmons qu’il est temps d’empêcher le changement climatique d’aggraver la faim dans le monde et de construire un avenir de paix et d’équité. </p> <p><em>Photo : Winnie Byanyima, directrice générale d'Oxfam International, et Amina J Mohammed, conseillère spéciale auprès du Secrétaire général des Nations unies sur la planification du développement après 2015, lors de la marche pour le climat à New York</em></p> <h3>Agissez</h3> <p><strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/action/empechez-que-le-changement-climatique-naggrave-la-faim-dans-le-monde" rel="nofollow">Joignez-vous</a></strong> à nous pour exiger que les États et les grandes entreprises prennent les mesures qui s'imposent pour empêcher le changement climatique d'aggraver la faim dans le monde.</p></div><div class="field field-name-title"><h2>Climat : plus une minute à perdre, accentuons la pression pour que ça bouge</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/14-09-23-calentemos-el-debate-sobre-el-cambio-clim%C3%A1tico-no-hay-tiempo-que-perder" title="Calentemos el debate sobre el cambio climático. No hay tiempo que perder" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/14-09-19-turning-heat-climate-action-no-time-delay" title=" Turning up the heat on Climate action – no time for delay" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 23 Sep 2014 09:19:48 +0000 Winnie Byanyima 18871 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/14-09-23-climat-plus-une-minute-%C3%A0-perdre-accentuons-la-pression-pour-que-%C3%A7a-bouge#comments Nous avons besoin de vous pour dire à nos responsables politiques de changer de cap pour le climat http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-11-25-nous-avons-besoin-de-vous-pour-dire-nos-responsables-politiques-de-changer-de-cap-pou <div class="field field-name-body"><p><strong>Combien de personnes faut-il pour sauver un accord mondial sur le climat ? Beaucoup. En fait, nous ne pourrons y parvenir qu’avec une mobilisation massive de citoyennes et citoyens comme vous. Et c’est le moment d’agir !</strong></p> <p>Les dernières négociations organisées par l’ONU pour tenter d’apporter une solution au problème colossal que pose le changement climatique ont pris fin le 22 novembre. Malheureusement, ces négociations qui se déroulaient cette année à Varsovie, en Pologne, tenaient plus de la farce. Comme l’a dit <strong><a href="http://blogs.oxfam.org/fr/blogs/13-11-22-pourquoi-centaines-personnes-quitte-negociations-varsovie-climat-COP19">Winnie Byanyima</a></strong>, directrice générale d’Oxfam :</p> <p>« Les engagements ont été bafoués. Les gouvernements [...] agissent en toute insouciance, promeuvent des énergies polluantes et anéantissent les chances d’assurer la sécurité alimentaire. Très peu de pays peuvent sortir de ces négociations la tête haute. » L’Australie, les États-Unis et l’Union européenne ont refusé de s’engager sur la manière dont ils mobiliseront les fonds promis pour financer la lutte contre le changement climatique. Les États-Unis, l’Australie, le Japon, le Canada, la Chine, l’Inde, le Brésil et d’autres ont appuyé un nouveau plan d’action sur le climat qui permette aux pays de choisir, chacun, des objectifs faibles de réduction d’émissions. Le Japon a même annoncé qu’il augmentera ses émissions !</p> <p><strong>« Personne ne sortira gagnant de cette course à la médiocrité</strong>, ajoute Winnie Byanyima, mais ce sont les populations les plus pauvres et les plus vulnérables qui y ont le plus à perdre. »</p> <p>De fait, exaspérées par l’absence de progrès, des organisations, dont Oxfam, ont décidé de se retirer de la conférence avant la clôture, sous le slogan « Les pollueurs parlent, nous partons. Mais nous reviendrons plus forts. »</p> <p>Que 800 personnes quittent la table des négociations en dit long aux responsables politiques. Des personnes et des organisations du monde entier se sont en outre fait entendre durant toute la conférence. Nous avons été époustouflés par les mises en scène photos, les manifestations, les pétitions et les jeûnes et grèves de la faim ; personne d’autre que des citoyennes et citoyens comme vous n’auraient pu mieux faire passer le message : le monde a besoin de sécurité climatique.</p> <p><strong>S’il y a un point positif à retenir de ces négociations, c’est bien la foi et l’espoir en le pouvoir citoyen.</strong> Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons lancer notre appel haut et fort – et faire savoir à nos responsables politiques que nous ne tolérerons plus de tergiversations ni de vagues promesses.</p> <p>Découvrez quelques-unes de nos actions préférées parmi celles menées par la société civile au cours de ces deux dernières semaines (avec l’aimable autorisation de nos amis de <strong><a href="http://fr.tcktcktck.org/" target="_blank" rel="nofollow">TckTckTck</a></strong>). En attendant, voici le dernier mot de Winnie Byanyima. Nous espérons qu’il vous donnera envie de participer à la lutte contre le changement climatique et qu’il contribuera à inciter les leaders mondiaux à agir sans plus tarder.</p> <p><strong>« Il est temps d’appuyer sur le bouton <em>reset</em>.</strong> Nous devons prendre des décisions cruciales pour le futur de notre planète, nous reconnecter aux citoyens du monde et cesser de discuter uniquement derrière des portes closes. Un accord global sur le climat reste le meilleur espoir d’échapper à la catastrophe climatique mais chacun d’entre nous devra se mobiliser dans ce sens. »</p> <h3>Sur le même sujet</h3> <p><strong>Blogs : </strong><a href="http://blogs.oxfam.org/fr/blogs/13-11-22-pourquoi-centaines-personnes-quitte-negociations-varsovie-climat-COP19">Pourquoi, aux côtés de centaines de personnes, j’ai quitté la table des négociations à Varsovie</a></p> <p><strong><a href="/fr/blogs/13-11-12-un-plaidoyer-vibrant-de-l’ambassadeur-des-philippines-pour-la-lutte-contre-le-changem" rel="nofollow">Un plaidoyer vibrant de l’ambassadeur des Philippines pour la lutte contre le changement climatique</a></strong></p> <p><strong><a href="/fr/blogs/13-11-14-cop19-pourquoi-oxfam-grosses-tetes-font-campagne-pologne" rel="nofollow">Pourquoi faisons-nous campagne avec les Grosses Têtes en Pologne à la COP19 ?</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Nous avons besoin de vous pour dire à nos responsables politiques de changer de cap pour le climat</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-11-24-we-need-you-tell-world-leaders-change-direction-climate" title="We need you: Tell world leaders to change direction for the climate" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Mon, 25 Nov 2013 17:18:08 +0000 Al Kinley 10524 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-11-25-nous-avons-besoin-de-vous-pour-dire-nos-responsables-politiques-de-changer-de-cap-pou#comments Pourquoi faisons-nous campagne avec les Grosses Têtes en Pologne à la COP19 ? http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-11-14-cop19-pourquoi-oxfam-grosses-tetes-font-campagne-pologne <div class="field field-name-body"><p><strong>Vous êtes probablement au courant qu’Oxfam est actuellement présente, dans le froid de Varsovie, à la conférence des Nations unies sur le changement climatique. Mais qu’est-ce que cela signifie et que faisons-nous ici ?</strong></p> <p>Chaque année, des gouvernements, des ONG (organisations non gouvernementales), des organisations communautaires, des médias et des personnes du monde entier se réunissent à la <strong><a href="/fr/blogs/13-11-12-trois-choses-sur-la-pologne-qui-devraient-inspirer-les-negociations-sur-le-climat" rel="nofollow">conférence des Nations unies sur le climat</a></strong> et passent deux semaines à réfléchir à des solutions au problème colossal du changement climatique. Cet événement attire toujours beaucoup de monde, il s’avère souvent fascinant et parfois très frustrant car, pour différentes raisons (souvent financières), certains pays font de leur mieux pour empêcher d’avancer.</p> <p>Cette année, Oxfam est présente lors de ces négociations pour faire campagne sur certains sujets importants.</p> <h3>Une crise climatique est une crise alimentaire</h3> <p>La hausse des températures a <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/bouleversement-croissant" target="_blank" title=" changement climatique, alimentation et lutte contre la faim" rel="nofollow">un impact considérable sur l’alimentation</a></strong>. À moins que nous ne parvenions à maîtriser le changement climatique, le prix des denrées alimentaires continuera d’augmenter, les inondations et les sécheresses ravageront les cultures, les pertes de récoltes se multiplieront, la qualité de l’alimentation baissera, des agriculteurs du monde entier peineront à s’en sortir, et des millions de personnes se retrouveront prises au piège de la faim chronique. Nous pouvons empêcher que cela ne devienne notre nouvelle réalité. Mais il faut agir dès maintenant.</p> <p>Afin de marquer le coup d’envoi des négociations, nous avons invité <strong><a href="http://www.flickr.com/photos/oxfam/10777742353/in/set-72157637517971514" target="_blank" rel="nofollow">quatre de nos grosses têtes d’Oxfam (Abe, Hollande, Merkel et Obama)</a></strong> à vendre de la nourriture sur un fameux marché de Varsovie. Malheureusement, la nourriture que ces quatre dirigeants mondiaux avaient à offrir était en faible quantité, de mauvaise qualité et trop chère, résultat du changement climatique. <strong><a href="http://www.flickr.com/photos/oxfam/sets/72157637517971514/" target="_blank" rel="nofollow">Jetez un œil à nos photos.</a></strong></p> <h3>Le changement climatique coûte cher</h3> <p>Les pays riches ont promis d’aider les pays pauvres à s’adapter au changement climatique et à réduire leurs émissions. Ensemble, ils ont promis de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020. Bonne nouvelle ! Mais<strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/pressroom/pressrelease/2013-11-11/cop19-flou-financement-changement-climatique-pays-pauvres" rel="nofollow"> ils n’ont encore rien fait pour tenir leurs promesses</a></strong>. Cette année, tous les pays développés doivent annoncer les montants qu’ils verseront jusqu’à 2020, et adopter des plans pour réussir ensuite à mobiliser les 100 milliards de dollars chaque année.</p> <p>Les pays riches souhaitent avoir recours au secteur privé pour financer leur engagement de 100 milliards de dollars. Mais les financements privés seront investis dans une optique de rentabilité. Ils ne parviendront pas aux populations les plus pauvres et les plus vulnérables, qui ont du mal à s’adapter au changement climatique. Il est très important qu’au moins la moitié des 100 milliards de dollars soient affectés aux efforts d’adaptation, afin de veiller à ce que les personnes pauvres puissent surmonter les effets du changement climatique.</p> <h3>Nous devons réduire les émissions</h3> <p>Le changement climatique nuit à la production alimentaire et aggrave la faim dans le monde. Plus nous tarderons à agir, <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/policy/terre-rechauffe-prix-flambent-cout-alimentaire-changement-climatique" target="_blank" title=" le coût alimentaire du réchauffement climatique" rel="nofollow">plus le coût sera élevé</a></strong> en termes de destruction de cultures, de pertes de vies humaines et en termes financiers.</p> <p>Les États doivent impérativement réduire davantage leurs émissions au cours des sept prochaines années. Et d’ici l’année prochaine, ils doivent également prendre des engagements justes et ambitieux qui s’inscrivent dans la durée. Les États doivent arrêter de sélectionner les objectifs de réduction des émissions comme bon leur semble (le meilleur moyen d’aller droit à la catastrophe politique et climatique) et doivent se fixer des objectifs correspondant aux besoins établis par la science et satisfaisant à des critères d’équité.</p> <h3>Nous ne pouvons compter sur les énergies polluantes</h3> <p>Les énergies polluantes (le charbon et le pétrole) sont le moteur principal du changement climatique. Elles sont vouées à détraquer le climat et, par la même occasion, à anéantir toute possibilité de mettre un terme à la faim. Les gouvernements doivent commencer dès aujourd’hui à investir dans les énergies propres et dans la sécurité climatique et alimentaire de demain.</p> <p>Le Gouvernement polonais se sert de la conférence pour promouvoir la <strong><a href="http://www.euractiv.fr/energie/le-charbon-propre-et-le-climat-s-news-530691" target="_blank" title="Mélange des genres en Pologne entre climat et charbon &quot;propre&quot; - Euractiv" rel="nofollow">fausse solution du « charbon propre »</a></strong> (la Pologne tire de larges profits du charbon). Il ne prend pas au sérieux le changement climatique. Il ne faut pas le laisser parasiter les négociations ou saboter la lutte contre le changement climatique en Europe et ailleurs.</p> <p>Nous sommes donc présents ici pour nous entretenir avec les gouvernements, les organisations caritatives et les personnes affectées par le changement climatique afin d’insister sur ces points importants et essayer de garantir que nous mettions un terme au changement climatique, et à la faim, dès que possible.</p> <h3>Suivez Oxfam à Varsovie sur<strong><a href="/fr/cultivons" rel="nofollow"> notre blog</a></strong> ou sur Twitter : <a href="https://twitter.com/oxfam_fr" target="_blank" rel="nofollow">@Oxfam_fr</a> et <a href="https://twitter.com/@OxfamAtCOP" target="_blank" rel="nofollow">@OxfamAtCOP</a></h3> <h3>&gt;&gt; Contribuez à notre <a href="http://www.oxfam.org/fr/appel-haiyan" rel="nofollow">aide d'urgence aux Philippines</a></h3></div><div class="field field-name-title"><h2>Pourquoi faisons-nous campagne avec les Grosses Têtes en Pologne à la COP19 ?</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-11-13-four-reasons-why-oxfam-big-heads-campaigning-poland-climate-talks" title="Four reasons why Oxfam – and the Oxfam big heads – are at the UN Climate Talks in Poland" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-11-14-por-que-oxfam-y-sus-cabezudos-estan-haciendo-campana-en-polonia" title="Cuatro razones por las que Oxfam y sus cabezudos están haciendo campaña en Polonia" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Thu, 14 Nov 2013 11:41:52 +0000 Al Kinley 10509 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-11-14-cop19-pourquoi-oxfam-grosses-tetes-font-campagne-pologne#comments Un plaidoyer vibrant de l’ambassadeur des Philippines pour la lutte contre le changement climatique http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-11-12-un-plaidoyer-vibrant-de-l%E2%80%99ambassadeur-des-philippines-pour-la-lutte-contre-le-changem <div class="field field-name-body"><p>À l’ouverture de la <strong><a href="/fr/blogs/13-11-12-trois-choses-sur-la-pologne-qui-devraient-inspirer-les-negociations-sur-le-climat" rel="nofollow">conférence des Nations unies sur le changement climatique</a></strong>, hier à Varsovie, les représentants et représentantes des pays du monde entier se sont pressés dans la salle de conférence pour entendre le principal négociateur philippin, Yeb Sano, témoigner de la « désolation inimaginable et sans précédent laissée par le typhon Haiyan, le plus puissant de l’histoire ». Dans <strong><a href="http://www.youtube.com/watch?v=7SSXLIZkM3E" target="_blank" rel="nofollow">un appel émouvant</a></strong>, Yeb Sano a raconté son angoisse atroce alors qu’il attendait des nouvelles de ses proches, son soulagement d’apprendre que son frère avait survécu et les événements traumatisants vécus, au cours des derniers jours, par son frère qui « affamé et épuisé, a rassemblé de ses propres mains les corps de victimes ». </p> <p>Ce fut de loin l’intervention la plus émouvante qu’il m’ait été donné d’entendre depuis que je suis, au fil des ans, les aléas des négociations sur le changement climatique. Ces mots poignants ont confronté chaque personne présente dans cette salle de conférence gigantesque, souvent si impersonnelle, à la réalité du changement climatique que vivent les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète. Et oui, beaucoup n’ont pas pu retenir leurs larmes.</p> <p><a href="/sites/blogs.oxfam.org/files/extremeweatherinfographicFR_1.png" target="_blank" rel="nofollow"></a></p> <h3>Des phénomènes climatiques extrêmes plus nombreux</h3> <p>Malgré l’impossibilité d’imputer une tempête, une inondation ou une canicule donnée au changement climatique, la communauté scientifique est catégorique : le risque de phénomènes météorologiques extrêmes, tels que le typhon Haiyan, va s’accroître avec le réchauffement climatique.</p> <p>C’est pourquoi l’appel de Yeb Sano a constitué le plaidoyer le plus éloquent qui soit en faveur de la réduction des émissions et de l’aide aux efforts de préparation et d’adaptation des pays pauvres aux phénomènes météorologiques extrêmes et imprévisibles. Pourtant, rien ne garantit que les représentants et représentantes des pays présents à la table des négociations de Varsovie soient disposés à agir avec la célérité requise.</p> <p>Dans l’immédiat, les populations des régions sinistrées des Philippines ont besoin de vivres, d’eau, de soins médicaux et d’abris, et <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/emergencies/typhon-haiyan" rel="nofollow">Oxfam met tout en œuvre pour apporter de l’eau potable et de l’assainissement aux familles de certaines des régions les plus gravement touchées</a></strong>. Mais les communautés pauvres des Philippines, du Bangladesh, du Mozambique, du Guatemala et du monde entier ont aussi besoin d’aide pour pouvoir se préparer et s’adapter à des phénomènes météorologiques de plus en plus extrêmes et imprévisibles.</p> <h3>Mettons un terme à cette folie</h3> <p>Les États peuvent montrer qu’ils ont bien entendu les paroles de Yeb Sano et qu’ils sont prêts à prendre les mesures qui s’imposent de toute urgence pour lutter contre le changement climatique ; ici même, à Varsovie, ils doivent adopter un mécanisme international de réparation des « pertes et dommages », prenant en compte les effets du changement climatique auxquels il est impossible de s’adapter, tels que la perte de vies humaines ou la destruction d’un pays.</p> <p>Les pays développés doivent en outre indiquer comment ils entendent mobiliser les 100 milliards de dollars annuels jusqu’en 2020, promis il y a quatre ans à Copenhague, pour financer la lutte contre le changement climatique. Ils doivent aussi s’engager fermement, ici et maintenant, à apporter <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/pressroom/pressrelease/2013-11-11/cop19-flou-financement-changement-climatique-pays-pauvres" rel="nofollow">des fonds pour permettre aux pays pauvres de faire face aux effets du changement climatique</a></strong>.</p> <p>Les pays pauvres en première ligne du changement climatique ont besoin de connaître les montants dont ils pourront disposer, de savoir que ces fonds ne proviendront pas de budgets d’aide déjà engagés ou ne prendront pas non plus la forme de prêts difficiles à rembourser. Nul ne peut nier que cela représente une somme importante, mais ce n’est qu’une goutte dans l’océan par rapport aux sommes colossales – jusqu’à 90 milliards de dollars par an – que les pays riches ont dépensées pour subventionner les énergies fossiles entre 2005 et 2011.</p> <p>Selon l’expression de Yeb Sano, « ce que mon pays traverse suite à ce phénomène météorologique extrême est de la folie. La crise climatique est une folie [...] nous pouvons mettre un terme à cette folie. Ici même, à Varsovie. »</p> <h3><strong>Merci de <a href="http://www.oxfam.org/fr/appel-haiyan" rel="nofollow">contribuer à venir en aide aux populations touchées</a> par le typhon Haiyan aux Philippines</strong></h3> <p></p> <h3>&gt;&gt; <a href="http://www.oxfam.org/fr/appel-haiyan" rel="nofollow">Contribuez à notre aide d'urgence aux Philippines</a></h3></div><div class="field field-name-title"><h2>Un plaidoyer vibrant de l’ambassadeur des Philippines pour la lutte contre le changement climatique </h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/13-11-12-emotivo-discurso-embajador-filipinas-poderoso-alegato-contra-cambio.climatico" title="Emotivo discurso del embajador de Filipinas: un poderoso alegato para luchar contra el cambio climático " class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/13-11-12-climate-talks-philippines-rep-announces-fast-people-affected-typhoon-haiyan" title="Philippines rep&#039;s tearful testimony makes compelling case for climate action" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 12 Nov 2013 17:44:26 +0000 Al Kinley 10505 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/13-11-12-un-plaidoyer-vibrant-de-l%E2%80%99ambassadeur-des-philippines-pour-la-lutte-contre-le-changem#comments Phénomènes météorologiques extrêmes en 2012 : trois faits, trois photos http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/12-11-30-phenomenes-meteorologiques-extremes-en-2012-trois-faits-trois-photos <div class="field field-name-body"><p>Tandis que les négociations sur le climat se poursuivent au Qatar, cette semaine, voici un très bref retour sur quelques-uns des événements qui ont contribué à faire de 2012 une année météorologique des plus capricieuses, aux conséquences désastreuses pour notre nourriture et les agriculteurs du monde entier qui la produisent.</p> <p><strong>FAIT :</strong><em> Juin 2012 a été le 328e mois consécutif où la température mondiale a été supérieure à la moyenne du XXe siècle.</em></p> <p>Ce fait, émanant de l’agence américaine responsable de l’étude des océans et de l’atmosphère (NOAA, National Oceanographic and Atmospheric Administration), signifie qu’il faut remonter à 1985 pour trouver le <strong><a href="http://www.slate.fr/lien/65141/temperatures-moyenne-rechauffement-climatique" target="_blank" title="Sur Terre, aucun mois n'a été plus froid que la moyenne depuis 27 ans" rel="nofollow">dernier mois plus froid que la moyenne</a></strong> pour l’ensemble de la planète. Selon les scientifiques, les chances qu’une telle période de températures élevées ait une cause tout à fait naturelle sont infimes.</p> <p><strong>PHOTO :</strong> En 2010, <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/emergencies/inondations-pakistan-2010" target="_blank" rel="nofollow">le Pakistan a subi la pire catastrophe naturelle que le pays ait connue</a></strong>, de mémoire d’homme. Les inondations ont recouvert jusqu’à un cinquième du territoire pakistanais, détruisant plus de 3 millions d’hectares de cultures et faisant environ 20 millions de sinistrés. Cette année encore, des millions de personnes se retrouvent confrontées au risque de maladie et de malnutrition suite à de nouvelles inondations.</p> <p></p> <p><em>Chakdara, Pakistan : les victimes des inondations utilisent un bac à câble. (Crédit photo : EPD / Hammad Khan Farooqi)</em></p> <p><strong>FAIT :</strong> <em>Selon une étude lancée cette année, le réchauffement climatique accroît la probabilité de connaître des sécheresses, telles celles qui ont accablé la <strong><a href="http://fr.rian.ru/trend/chaleur_russie_2010/" target="_blank" title=" nombre record de catastrophes naturelles en 2010 (Dossier RIA-Novosti)" rel="nofollow">Russie en 2010</a></strong> et le <strong><a href="http://observers.france24.com/fr/content/20110622-etats-unis-texas-houston-secheresse-soleil-pluie-climat-rechauffement-incendies" target="_blank" title="Coup de chaud sur le Texas - France 24" rel="nofollow">Texas en 2011</a></strong>.</em></p> <p>Même si elles n’ont pas eu lieu en 2012, ces deux sécheresses méritent pleinement de figurer ici. Il ressort en effet d’une étude réalisée cette année que le risque de sécheresse au Texas est 20 fois plus élevé que dans les années 1960. De plus, les sécheresses russes, qui ont anéanti les récoltes de céréales dans l’un des principaux greniers du monde, ont contribué à une année de prix record sur le marché mondial du blé, avec des répercussions sur des pays pauvres tels que le Yémen et toute l’Afrique du Nord.</p> <p><strong>PHOTO :</strong> Une sécheresse généralisée – dans la <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/emergencies/crise-alimentaire-en-afrique-est" target="_blank" rel="nofollow">Corne de l’Afrique</a></strong>, puis au <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/sahel" target="_blank" rel="nofollow">Sahel</a></strong> – a entraîné des crises alimentaires qui ont fait les <strong><a href="http://www.lapresse.ca/actualites/201209/16/01-4574478-crise-alimentaire-imminente.php" target="_blank" title="Crise alimentaire imminente - La Presse" rel="nofollow">gros titres</a></strong> de la presse internationale. Bien que 4 milliards de dollars aient pu être réunis grâce à des dons de plusieurs pays et à la générosité du public, le changement climatique pourrait alourdir encore la facture de catastrophes similaires à l’avenir.</p> <p></p> <p><em>Transport de jerricanes d’eau en brouette, au Somaliland. (Crédit photo : Alun McDonald / Oxfam)</em></p> <p><strong>FAIT :</strong> <em>Au cœur de l’été 2012, la sécheresse s’est étendue à plus de la moitié de la zone continentale des <strong><a href="http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/07/27/la-secheresse-aux-etats-unis-s-intensifie-a-un-rythme-sans-precedent_1739017_3244.html" target="_blank" title="La sécheresse aux Etats-Unis s'intensifie à un rythme sans précédent (Le Monde)" rel="nofollow">États-Unis</a></strong>.</em></p> <p>Elle a durement touché les agriculteurs américains cette année. Mais contrairement à eux, leurs homologues des pays en développement ne peuvent compter sur aucune assurance pour amortir le choc et n’ont pas accès à des variétés résistantes à la sécheresse.</p> <p><strong>PHOTO :</strong> Pendant Sandy, le monde avait les yeux braqués sur New York. Pourtant, l’ouragan a également touché une <strong><a href="http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Haiti-appelle-a-l-aide-pour-les-victimes-de-l-ouragan-Sandy-_EG_-2012-11-05-872266" target="_blank" title="Haïti appelle à l’aide pour les victimes de l’ouragan Sandy (La Croix)" rel="nofollow">Haïti qui peinait encore à se relever du séisme</a></strong> ayant ravagé le pays il y a deux ans. Bilan : plus de 50 morts, 200 000 sans-abri et environ 90 500 hectares de <strong><a href="http://www.fao.org/emergencies/country-information/list/latinamerica/haiti-ouragan-sandy/fr/" target="_blank" title="Haïti une fois de plus durement frappée (FAO - Urgences)" rel="nofollow">terres agricoles et de cultures ravagées en Haïti</a></strong>.</p> <p></p> <p><em>Inondations et dégâts dans les rues d’Haïti. (Crédit photo : Welthungerhilfe-German Agro Action / Flickr.com)</em></p> <p>2012 a donc été une autre année de turbulences météorologiques qui ont mis à mal les agriculteurs et le système alimentaire mondial. Bien que tous les phénomènes météorologiques extrêmes ne puissent pas être attribués au changement climatique, les scientifiques parviennent à mieux établir le lien entre leur multiplication ou aggravation et le changement climatique. Avec la poursuite du réchauffement planétaire, <strong><a href="http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/03/27/les-evenements-climatiques-extremes-nouvelle-realite/" target="_blank" title="Les événements climatiques extrêmes, nouvelle réalité" rel="nofollow">les phénomènes météorologiques extrêmes sont en passe de devenir la nouvelle norme</a></strong>. Nous devons de toute urgence faire en sorte de réduire les émissions et investir dans des mesures permettant aux populations vulnérables de s’adapter, faute de quoi la facture risque fort de s’alourdir.</p> <h3>En savoir plus</h3> <p><strong>Infographie : <a href="/sites/blogs.oxfam.org/files/extremeweatherinfographicFR_0.png" target="_blank" rel="nofollow">le coût des phénomènes météorologiques extrêmes</a></strong></p> <p><strong>Rapport : <a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/terre-rechauffe-prix-flambent-cout-alimentaire-changement-climatique" target="_blank" rel="nofollow">La terre se réchauffe, les prix flambent : le coût alimentaire du réchauffement climatique</a></strong></p> <p><strong>Action : participez à la campagne <a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/signup" target="_blank" rel="nofollow">CULTIVONS</a>, pour construire un monde dans lequel chacune et chacun pourra manger à sa faim</strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Phénomènes météorologiques extrêmes en 2012 : trois faits, trois photos</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blogs/12-11-29-fenomenos-meteorologicos-extremos-en-2012-tres-hechos-y-tres-fotografias" title="2012: Fenómenos meteorológicos extremos. Tres hechos y tres fotografías." class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blogs/12-11-28-three-facts-and-three-photos-about-extreme-weather-2012" title="Three facts and three photos about extreme weather in 2012" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Fri, 30 Nov 2012 10:23:36 +0000 Richard Casson 10093 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blogs/12-11-30-phenomenes-meteorologiques-extremes-en-2012-trois-faits-trois-photos#comments COP 17 sur le climat : envoyez vos tweets aux responsables politiques http://l.blogs.oxfam/fr/blog/11-12-08-twitter-cop17-climat-envoyez-tweets-responsables-politiques <div class="field field-name-body"><p><strong>Les <a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/durban" target="_blank" rel="nofollow">négociations sur le climat, à Durban</a>, patinent.</strong> Les progrès en vue d’un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, afin de maintenir le réchauffement climatique sous la barre fatidique des 2°C, ont été plus que minimes. Et les discussions sur la façon d’alimenter le Fonds vert sur le climat traînent...</p> <p>Les responsables politiques doivent de toute urgence s’engager en faveur de solutions durables pour la planète. Nous comptons sur vous pour les faire réagir. Aux côtés des membres d’Oxfam, vous pouvez interpeller directement les principaux protagonistes du <strong><a href="http://www.cop17-cmp7durban.com/fr/index.html" target="_blank" title="Site officiel de la COP17 sur le changement climatique" rel="nofollow">Sommet des Nations unies de Durban</a></strong> sur le changement climatique. Si vous avez un compte Twitter, vous pouvez par exemple envoyer les tweets suivants : </p> <p><strong>Au Département d'Etat des Etats-Unis, qui continue à freiner les négociations :</strong></p> <p><strong><a href="http://twitter.com/home?status=%40StateDept%20Cessez%20de%20bloquer%20les%20initiatives%20de%20r%C3%A9duction%20des%20%C3%A9missions%20de%20CO2%20!%20%23COP17%20%23climat%20%23CULTIVONS" target="_blank" rel="nofollow">@StateDept Cessez de bloquer les initiatives de réduction des émissions de CO2 ! #COP17 #climat #CULTIVONS</a></strong> </p> <p><strong><a href="http://twitter.com/home?status=%40StateDept%20Cessez%20de%20bloquer%20l%E2%80%99accord%20sur%201%20taxe%20sur%20les%20%C3%A9missions%20du%20transport%20maritime!%20%23COP17%20%23climat%20%23CULTIVONS" target="_blank" rel="nofollow">@StateDept Cessez de bloquer l’accord sur 1 taxe sur les émissions du transport maritime! #COP17 #climat #CULTIVONS</a></strong></p> <p><strong>A la présidence de l’Afrique du Sud, qui accueille la COP 17 :</strong></p> <p><a href="http://twitter.com/home?status=%40SApresident%20Faites%20de%20la%20%23COP17%20un%20sommet%20majeur%20%3A%20soutenez%201%20taxe%20sur%20les%20%C3%A9missions%20du%20transport%20maritime%20%23durban%20%23climat" target="_blank" rel="nofollow"><strong>@SApresident Faites de la #COP17 un sommet majeur : soutenez 1 taxe sur les emissions du transport maritime #durban #climat</strong></a></p> <p><strong>Et si vous souhaitez les interpeller directement en anglais : </strong></p> <p><strong><a href="http://twitter.com/home?status=To%20%40StateDept%20Stop%20blocking%20%23COP17%20support%20for%20shipping%20pollution%20charges.%20Step%20up%20or%20step%20aside%21%20%23GROW" target="_blank" rel="nofollow">To @StateDept Stop blocking #COP17 emissions cutting initiatives. Step up or step aside! #GROW</a></strong></p> <p><a href="http://twitter.com/home?status=To%20%40StateDept%20Stop%20blocking%20%23COP17%20support%20for%20shipping%20pollution%20charges.%20Step%20up%20or%20step%20aside%21%20%23GROW" target="_blank" rel="nofollow"><strong>To @StateDept Stop blocking #COP17 support for shipping pollution charges. Step up or step aside! #GROW</strong></a></p> <p><a href="http://twitter.com/home?status=To%20%40SApresident%20maximise%20%23COP17%20presidency.%20Support%20shipping%20pollution%20charges%20now%20to%20fill%20the%20Climate%20Fund%20%23GROW%20%23southafrica" target="_blank" rel="nofollow"><strong>To @SApresident maximise #COP17 presidency. Support shipping pollution charges now to fill the Climate Fund #GROW #southafrica</strong></a></p> <h3>Pourquoi de tels messages ?</h3> <p>A seulement quelques jours de la fin de la COP 17, les discussions portent sur deux enjeux essentiels :</p> <ul><li><strong>le calendrier :</strong> certains gros pollueurs, à commencer par les Etats-Unis, poussent pour que rien ne soit fait pour augmenter les engagements de réduction des émissions de CO2 d’ici 2020, ce qui ne laisse que peu de chance d’atteindre l’objectif annoncé de maintenir le réchauffement climatique en-deçà de 2°C.</li> <li><strong>les financements :</strong> des pourparlers sont en cours sur les moyens d’alimenter le Fonds vert sur le climat. Une solution est tout à fait envisageable et pourrait enfin voir le jour : une taxe sur les émissions du secteur du transport maritime. D’après nos estimations, elle permettrait de lever 10 millions de dollars pour le Fonds vert. Et les <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/pressroom/pressrelease/2011-11-29/changement-climatique-oxfam-wwf-ICS-accord-reduction-emissions-maritimes" target="_blank" title=" Oxfam, WWF et les armateurs pour un accord afin de réduire les émissions du secteur maritime" rel="nofollow">armateurs eux-mêmes</a></strong>, par l’intermédiaire de la Chambre internationale de la marine marchande (qui représente plus de 80 % de la flotte marchande mondiale), se sont dits favorables à sa mise en place. </li> </ul><p>Nous devons donc nous assurer que l’accord final comprendra des engagements forts sur la réduction des émissions d’ici 2020 et sur le financement du Fonds vert sur le climat. Des enjeux capitaux pour l’avenir, sur lesquels nous pouvons influer ensemble, de différentes façons.  </p> <p><em>Pour en savoir plus : <a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/durban" target="_blank" title="Oxfam au sommet des Nations unies sur le climat, Durban, Afrique du Sud" rel="nofollow"><strong>Oxfam à Durban, pour le sommet des Nations unies sur le climat (COP 17)</strong></a></em></p></div><div class="field field-name-title"><h2>COP 17 sur le climat : envoyez vos tweets aux responsables politiques</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blog/11-12-07-tweet-leader" title="Tweet a leader: let’s get some action going at COP17" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blog/11-12-08-twitea-los-politicos-un-poco-de-accion-en-la-conferencia-climatica-de-durban-cop17" title="&#039;Twittea&#039; a los políticos: hagamos que se muevan en la conferencia climática de Durban COP17" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Thu, 08 Dec 2011 13:02:48 +0000 Ian Sullivan 9696 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blog/11-12-08-twitter-cop17-climat-envoyez-tweets-responsables-politiques#comments Justice climatique : des milliers de manifestants appellent les États à lever leurs oeillères http://l.blogs.oxfam/fr/blog/11-12-06-justice-climatique-milliers-manifestants-appellent-etats-lever--oeilleres <div class="field field-name-body"><p><strong>Ce samedi 3 décembre ne fut pas un jour comme les autres pour les habitants de Durban, en Afrique du Sud. Dix à quinze mille manifestants ont défilé dans les rues du centre-ville pour exiger des mesures concrètes de lutte contre le changement climatique.</strong></p> <p></p> <p>En compagnie de nos splendides géants zoulous – le couple Mama Mhlaba et Baba Manzi – incarnant la terre nourricière et l'eau, j'ai vu défiler côte à côte des groupes aussi divers et variés que l'Assemblée des femmes rurales et le syndicat du personnel de l'aéroport. Animés par un même souci de justice climatique, toutes et tous réclamaient que la communauté internationale prenne de toute urgence des mesures efficaces et justes pour freiner le changement climatique.</p> <p>Mais hélas, nos gouvernements semblent ne pas entendre. À l'ouverture de la deuxième semaine de négociations ici, à Durban, les craintes sont vives que les États ne ferment les yeux sur la réalité du changement climatique. Il semble que certains pays puissants – <strong><a href="http://www.oxfam.org/en/grow/pressroom/reactions/top-civil-society-executives-issue-warning-call-us-step-or-step-aside" target="_blank" title=" US step up or step aside" rel="nofollow">les États-Unis en tête</a></strong> – s'apprêtent à proposer de surseoir pour une dizaine d'années à toute action contre le changement climatique. <strong>Ils refusent de fixer de nouveaux objectifs de réduction des émissions et s'opposent à tout accord juridiquement contraignant avant 2020.</strong> C'est inacceptable.</p> <p>Nous savons que, pour éviter les effets les plus néfastes et destructeurs, il nous faut renforcer nos objectifs de réduction des émissions, et sans tarder. Pourquoi donc les responsables politiques tournent-ils les talons ? Nombreux sont ceux qui exhortent la communauté internationale à ouvrir les yeux, faire preuve de courage et prendre des mesures efficaces contre le changement climatique. Nous craignons que ces appels ne tombent dans l'oreille d'un sourd. Les quatre prochains jours s'annoncent déterminants.</p> <p><strong>Les États doivent se retrousser les manches dès aujourd'hui</strong> pour lutter contre le changement climatique. Il leur faut non seulement favoriser la réduction des émissions, mais aussi financer le <strong><a href="http://climat.blogs.liberation.fr/durban/2011/12/fonds-vert-pour-le-climat-espere-a-cancun-a-oublier-a-durban-.html" target="_blank" title=" espéré à Cancun, à oublier à Durban ?&quot;" rel="nofollow">Fonds vert pour le climat</a></strong>, qu'ils ont créé à la conférence de l'an dernier, à <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/campaigns/sommet-cancun-climat" target="_blank" title="Sommet de Cancun sur le changement climatique (2010)" rel="nofollow">Cancún</a></strong>. Des sources de financement existent : une <strong><a href="http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/climat-le-transport-maritime-pret-a-accepter-une-taxe-sur-le-co2_1610461_3244.html" target="_blank" title=" le transport maritime prêt à accepter une taxe sur le CO2 - LEMONDE.FR avec AFP | 29.11.11" rel="nofollow">taxe sur les émissions du secteur maritime</a></strong> et une autre <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/campaign/health-education/taxe-robin-des-bois" target="_blank" title="Taxe Robin des bois - les explications d'Oxfam" rel="nofollow">sur les transactions financières</a></strong> permettraient de mobiliser les fonds nécessaires aux populations les plus pauvres pour faire face aux réalités du changement climatique.</p> <p>Ceci dit, des millions de gens agissent au quotidien pour faire face aux changements climatiques, sans attendre nos responsables politiques. C'est notamment le cas des femmes épatantes que nous avons rencontrées par le biais de l'<strong><a href="http://www.youtube.com/watch?v=imyEDnBRUBk" target="_blank" title="Vidéo en anglais - Rural women of South Africa speak out on climate change" rel="nofollow">Assemblée des femmes rurales</a></strong> et des agriculteurs, artistes et militants formant la <strong><a href="http://blogs.oxfam.org/fr/blog/11-12-01-campagne-sur-le-changement-climatique%C2%A0-un-artiste-un-agriculteur-et-une-caravane" title=" un artiste, un agriculteur et une caravane (blog Oxfam)">Caravane trans-africaine de l'espoir</a></strong>. La manifestation de samedi a rappelé que les citoyens et citoyennes ne se croisent pas les bras en attendant que nos gouvernements daignent ouvrir les yeux sur la réalité climatique.</p> <p><em>Suivez-nous sur notre compte Twitter en français<strong> <a href="http://twitter.com/@Oxfam_fr" target="_blank" title="@Oxfam_fr Oxfam en français sur Twitter" rel="nofollow">@Oxfam_fr</a> </strong>et la page consacrée à la campagne CULTIVONS sur <strong><a href="http://www.facebook.com/GROWgarden" rel="nofollow">Facebook</a></strong></em></p> <p><em>Pour plus d'informations sur le travail d'Oxfam à la COP17<a href="http://www.oxfam.org/en/grow/climate" rel="nofollow"></a>, retrouvez notre page spéciale sur le <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/durban" target="_blank" title="Sommet de Durban sur le changement climatique - Oxfam" rel="nofollow">sommet de Durban sur le changement climatique</a></strong>.</em></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Justice climatique : des milliers de manifestants appellent les États à lever leurs oeillères</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_en first"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blog/11-12-05-thousands-call-climate-justice-while-countries-prepare-their-blindfolds" title="Thousands call for climate justice while countries prepare their blindfolds" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> <li class="translation_es last"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blog/11-12-06-thousands-call-climate-justice-while-countries-prepare-their-blindfolds" title="Miles de personas exigen justicia climática mientras los políticos se tapan los ojos" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> </ul> Tue, 06 Dec 2011 19:09:41 +0000 Conor Costello 9690 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blog/11-12-06-justice-climatique-milliers-manifestants-appellent-etats-lever--oeilleres#comments Angélique Kidjo : agir pour le climat par le menu http://l.blogs.oxfam/fr/blog/11-12-06-angelique-kidjo-agir-pour-climat-menu <div class="field field-name-body"><p><strong>Comment manger un éléphant ? Réponse : une bouchée à la fois. J’aime beaucoup ce vieil adage africain qui devrait être sur toutes les lèvres aux négociations de <a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons/durban" target="_blank" title="Sommet de l'ONU sur le climat 2011, Durban" rel="nofollow">Durban</a> sur le changement climatique.</strong></p> <p>La question du changement climatique est si vaste et si complexe qu’à l’instar de notre pachyderme, elle peut paraître ingérable. Nous semblons ne pouvoir rien y changer. C’est faux. Il suffit de la découper en portions gérables pour progresser pas à pas.</p> <p>Voici donc mon conseil à tous ces hommes et femmes politiques qui jugent irréaliste la conclusion d’un accord global sur le changement climatique – au moins dans les prochaines années. J’espère qu’il leur évitera de repartir d’Afrique du Sud avec une indigestion permanente.</p> <p><strong>Commençons, en hors-d’œuvre, par convenir de l’urgence d’un accord.</strong> Le changement climatique est une réalité ; il ne s’agit plus de tergiverser. Il a déjà des effets dévastateurs sur la vie et les moyens de subsistance des plus démunis : les conditions météorologiques extrêmes et de plus en plus imprévisibles compromettent les récoltes, ce qui contribue à la flambée des prix alimentaires. La montée des températures va entraîner une baisse des rendements agricoles, et ce, dans certains pays africains, probablement de moitié par rapport à leurs niveaux actuels au cours de notre génération ou celle de nos enfants.</p> <p>Il ne s’agit pas seulement de notre humanité commune ; c’est aussi une question de justice. Les populations en première ligne du changement climatique – depuis les villageois des plaines inondées du Bangladesh jusqu’aux agriculteurs et agricultrices vivant des terres arides du Zimbabwe – sont les moins à même de résister à ces changements mais aussi les moins responsables.</p> <p><strong>En plat de résistance, les responsables politiques réunis à Durban doivent s’entendre sur les mesures à prendre</strong> pour réduire l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction d’émissions. Dans notre intérêt à tous, nous devons limiter la hausse des températures mondiales à moins de 1,5 °C. Or cela nécessite de réduire de toute urgence et de façon draconienne les émissions de carbone et autres gaz à effet de serre que nous rejetons dans l’atmosphère. Les pays riches et développés doivent afficher des objectifs ambitieux en la matière pour inciter les autres à également renforcer et honorer leurs engagements avant qu’il ne soit trop tard.</p> <p><strong>Une fois la table débarrassée, le dessert</strong> – une entente sur la forme juridique d’un nouvel accord qui préserve et développe les acquis du <strong><a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Protocole_de_kyoto" target="_blank" title="Protocole de Kyoto - Wikipédia (FR)" rel="nofollow">Protocole de Kyoto</a></strong> – apporterait un point d’orgue. Des vies sont en jeu ; nous devons explicitement inscrire notre engagement de résoudre cette crise sous une forme juridique aussi efficace que possible, et non revenir sur les engagements internationaux existants. Nous devons nous efforcer de parvenir au plus vite à un accord global qui soit juste, ambitieux et juridiquement contraignant.</p> <p><strong>Enfin, on ne part pas sans payer l’addition</strong> et son partage soulèvera inévitablement des discussions. Il existe à cet effet des solutions innovantes, notamment une taxe minime sur les transactions financières et une juste taxation des émissions de carbone dues au transport maritime et aérien. Ces deux nouvelles sources de financement permettraient d’alimenter le <strong><a href="http://blogs.oxfam.org/fr/category/tags/fonds-sur-le-climat" title=" Fonds sur le climat">Fonds vert pour le climat</a></strong>, évitant ainsi qu’il ne devienne une coquille vide. Fruit des dernières négociations sur le climat tenues à Cancún, ce Fonds vise à acheminer les financements aux pays pauvres pour leur permettre de s’adapter aux changements climatiques et de s’engager sur la voie d’un développement sobre en carbone. Les États avaient affirmé leur volonté de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020. À Durban, il leur faut à présent décider qui paie quoi et quand.</p> <p>Je souhaite aux participants une conférence fructueuse et espère, dans notre intérêt à tous, que vous quitterez notre beau continent l’estomac plein mais le cœur léger.</p> <p><em>Originaire du Bénin, en Afrique de l'Ouest, Angélique Kidjo est l'une des plus grandes artistes de la musique World et est <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/about/ambassadors/angelique_kidjo" target="_blank" title="Angélique Kidjo, ambassadrice internationale d'Oxfam" rel="nofollow">Ambassadrice internationale d'Oxfam</a></strong>.</em></p> <h3>En savoir plus</h3> <p>Soutenir la campagne d'Oxfam <strong><a href="http://www.oxfam.org/fr/cultivons" target="_blank" title="CULTIVONS" rel="nofollow">CULTIVONS</a></strong></p></div><div class="field field-name-title"><h2>Angélique Kidjo : agir pour le climat par le menu</h2></div><ul class="links inline"><li class="translation_es first"><a href="http://l.blogs.oxfam/es/blog/11-12-02-angelique-kidjo-luchar-paso-paso-contra-el-cambio-climatico" title="Angélique Kidjo: Poco a poco contra el cambio climático" class="translation-link" xml:lang="es">Español</a></li> <li class="translation_en last"><a href="http://l.blogs.oxfam/en/blog/11-11-30-angelique-kidjo" title="Angélique Kidjo: Climate Action, One Bite at a Time" class="translation-link" xml:lang="en">English</a></li> </ul> Tue, 06 Dec 2011 10:44:39 +0000 Angélique Kidjo 9687 at http://l.blogs.oxfam http://l.blogs.oxfam/fr/blog/11-12-06-angelique-kidjo-agir-pour-climat-menu#comments